Recherche par mots clés

Recherche par mots clés

Établissements

Établissements

Auteurs

Auteurs

Thématiques

Thématiques

Formats

Formats

Types de média

Types de média

Dico du management

Dico du management

Trier par

Trier par
03:23
Le display est la première forme de publicité apparue sur l’internet. Et aujourd’hui c’est encore le segment de publicité qui génère le plus de ventes. Le display regroupe l’ensemble des publicités graphiques ou visuelles dont l’emplacement est l’objet d’une transaction financière entre l’annonceur (celui qui fait sa promotion) et l’éditeur de l’annonce (le support).
PERRAUD Laure - Université Paris Est IUTSF Sénart |
02:28
La notion de participation peut prendre différentes significations lorsqu’on l’emploie dans le monde du travail et de la gestion des ressources humaines. Il n’est d’ailleurs pas toujours évident de voir le lien entre les différentes dimensions de la participation mais disons qu’elles ont en commun une vision partenariale des entreprises ou des organisations.
BOURGUIGNON Rémi - IAE Paris-Est |
04:27
Deux fois par an, les étudiants du mastère spécialisé « Manager Marketing Data & Commerce Électronique de SKEMA Business School participent à la Digital Consulting Week : un challenge de consulting proposé par une entreprise partenaire. Pour les étudiants à mieux cadrer leur problématique, leur parcours de réflexion et à passer de l’idée à l’action, le directeur du programme Jean-François Detout a fait appel à Patrick Bédigis, créateur d’une méthode asynchrone qui regroupe des outils utilisés par des start-ups. Une méthode en 7 étapes qui s’appuie à chaque sur un spécialiste en la matière. Cette co-construction avec les étudiants, éprouvée par la pratique, a permis à ces derniers d’obtenir d’excellents retours des entreprises.
BEDIGIS Patrick - SKEMA Business School |
DETOUT Jean-François - SKEMA Business School |
04:32
Réussir le défi de la transition écologique passe d’abord par la formation. En Marketing, les acteurs concernés (marketeurs, professeurs et étudiants) doivent être sensibilisés aux réels enjeux de durabilité, considérer les nouvelles approches et outils du marketing durable, et développer un esprit réflexif tant nécessaire pour faire émerger de nouveaux questionnements. Nous proposons ici un nouveau format pédagogique : « Les ateliers d’éclairage Marketing positif ». D’une durée limitée à 1 heure et réalisés en ligne, ces ateliers constituent des rendez-vous réguliers pour une montée en compétences progressive et continue afin de mieux intégrer l’enjeu de durabilité en Marketing. Ils confrontent des connaissances issues de travaux de recherche et des pratiques de marketeurs.
DEKHILI Sihem - ESSCA |
BELLINI Béatrice - FNEGE |
04:58
La divulgation d’informations sur la Responsabilité Sociale des Entreprises regroupe trois piliers essentiels : l’environnemental, le social et la gouvernance des organisations. Ces paramètres, qui sont produits par différentes agences de Rating dans le monde, sont désormais scrutés par les parties prenantes pour rendre compte de la performance sociétale des organisations. Les consommateurs, les fournisseurs mais également les investisseurs s’intéressent de plus en plus à la qualité et à la pertinence de ces informations pour envisager un engagement à long terme avec les entreprises.
HUSSER Jocelyn - IAE Aix-Marseille Graduate School of Management |
05:15
La loi prévoit de protéger les lanceurs d’alerte de représailles de la part de l’entreprise. Pourtant, les professionnels préfèrent généralement partager le secret dans leur espace de proximité : alerter est perçu comme un acte de trahison et les individus préfèrent privilégier la qualité de leurs relations avec les parties prenantes. Le lancement d’alerte s’avère délicat mais il est désormais encadré et protégé par les extensions de la loi Sapin II.
HUSSER Jocelyn - IAE Aix-Marseille Graduate School of Management |
02:20
Le phygital, c’est l’union du monde physique et du monde digital. Dans le cas de l’activation de marque, le consommateur vit une expérience unique et mémorable pour créer un lien avec la marque qui tente de le charmer ; le phygital propose plus spécifiquement une expérience qui relie le client à une action numérique, souvent directement sur le lieu de vente. Les marques ont compris que pour développer les ventes, l’achat d’impulsion restait important. Et que l’acheteur devait pouvoir acheter ce qu’il voulait immédiatement en utilisant le canal de son choix et notamment le digital.
AUBRUN Frédéric - OMNES Education |
JAUFFRET Marie-Nathalie - OMNES Education |
02:43
Lorsqu’une entreprise est en croissance, l’augmentation de son chiffre d’affaires va mener à un accroissement de son excédent brut d’exploitation, et, parallèlement, à l’accroissement de son Besoin en Fonds de Roulement. Si l’augmentation du BFR est plus rapide que l’augmentation de l’EBE, l’effet ciseau va conduire à un épuisement des réserves. Paradoxalement, plus une entreprise est en croissance, et plus elle s’expose à l’effet-ciseaux. Pour autant, cet effet ciseau est prévisible, et parfaitement mesurable, grâce à des outils tels le plan de trésorerie.
BESANGER Serge - OMNES Education |
02:41
Avec la lettre de crédit dos à dos, l’exportateur dispose d’un instrument de paiement à la fois souple et sûr, permettant une meilleure optimisation du capital tout en garantissant la confidentialité de sa sous-traitance.
BESANGER Serge - OMNES Education |
02:49
La stratégie dite “Océan bleu” proposée par W. Chan Kim et Renée Mauborgne, vise à : - s’écarter des marchés encombrés, aux perspectives de croissance limitées, - rechercher des marchés plus rentables, tout en évitant l’affrontement direct avec les concurrents. L’océan bleu est un espace stratégique non exploité, et rentable, car pratiquement libre de concurrence. Kim et Mauborgne nous proposent une méthodologie appelée ERAC, pour : Eliminer, Réduire, Augmenter et Créer de nouveaux attributs. Ces quatre ateliers doivent être menés de façon conjointe.
BESANGER Serge - OMNES Education |
03:18
Le Free Cash Flow, ou flux de trésorerie disponible, pilier de la « culture cash », est un des indicateurs les plus suivis par les dirigeants d’entreprise, investisseurs, et autres parties prenantes. Il correspond aux flux de trésorerie générés par l’entreprise grâce à son exploitation courante, et veritablement disponibles après avoir payé les investissements nécessaires au maintien ou au développement de son activité, tels : le CAPEX, investissement en capital, et le BFR, besoin en fonds de roulement. Le Free Cash Flow est donc une somme d’argent qui pourra être réinvesti dans l’entreprise, ou bien servir à rémunérer les investisseurs. Le Free Cash Flow permet de déterminer si l’entreprise dégage un flux financier positif, ou non.
BESANGER Serge - OMNES Education |
03:08
Un problème épineux sera dénoué par une approche collaborative. Aucun individu n’a la réponse et la direction à prendre est incertaine : il incombe alors au leader d’animer une culture expérimentale de l’apprentissage par tâtonnements (« trial-and-error »). Le décideur est alors amené à encourager la prise de risque pour élucider ce qui marche ou ne marche pas.
SANDERS Paul - NEOMA |