Qu’est-ce que « global city » ?

951 vues

Récemment, l’accent du commerce international a été déplacé d’un niveau national à un niveau infranational, avec une meilleure disponibilité de données plus fines et de nouvelles recherches interdisciplinaires. En particulier, la «ville mondiale» est devenue un sujet clé dans le commerce international en raison de leurs performances économiques supérieures. Leur supériorité peut s’expliquer par 1) une infrastructure bien développée attire de nombreuses personnes et entreprises différentes à concentrer dans une zone dense, et 2) la connectivité mondiale des villes mondiales donne accès à plus d’opportunités et de connaissances en dehors de la zone métropolitaine. Ces deux facteurs sont très étroitement liés. Les entreprises de classe mondiale et les personnes talentueuses de la région métro

Mots clés

Auteur(s)

Institution(s)

Médias de la même institution

03:18
Les actionnaires tentent de changer les pratiques et politiques environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) des entreprises dans lesquelles ils investissent en établissant avec elles une relation à long terme que nous appelons engagement actionnarial. L'engagement des actionnaires est initié par les actionnaires avec une expression formelle d'une préoccupation dans une lettre écrite ; se poursuit généralement avec le dépôt d'une résolution ou d'une proposition formelle qui doit être votée par tous les investisseurs lors des assemblées annuelles de la société ; avance par le dialogue privé entre actionnaires et dirigeants d'entreprise ; et conduit à des changements concrets grâce à une articulation judicieuse du conflit et de la collaboration à différentes étapes du processus.
BECCARINI Irene - EMLV |
01:57
Les organismes sans but lucratif ont longtemps été confrontés au défi de l’équilibre budgétaire lorsqu’ils cherchaient simultanément à retenir les donateurs existants et à en recruter de nouveaux. En principe, on peut cibler les donateurs existants à partir des données de leurs dons antérieurs. Toutefois, pour les nouveaux donateurs, ces données ne sont pas disponibles ou pourraient être difficiles à obtenir de sources secondaires. Que devraient faire les organismes sans but lucratif? Nous suggérons 2 alternatives.
SINHA Shameek - EMLV |
03:21
Qu’est-ce que c’est ? Un processus conscient ou subconscient, dans lequel les gens tentent d’influencer les perceptions d’autres personnes au sujet d’une personne, d’un objet ou d’un événement en régulant et en contrôlant l’information dans l’interaction sociale • Auto-promotion • Image de marque Qui se soucie ? • Personnes ayant des interactions sociales • Recruteurs et demandeurs d’emploi • Entreprises Comment atteindre ? Tactiques individuelles d’auto-présentation : • En utilisant des histoires personnelles • Surmonter les obstacles • Se conformer aux opinions • Fournir des justifications • Auto-promotion Tactiques de la Société : • Annonces de recrutement • Rapports annuels
NAVAZHYLAVA Kseniya - EMLV |
01:59
Le managérialisme est l’accaparement du pouvoir par les managers, aux dépends des autres parties prenantes d’une organisation. Il se développe sur un affaiblissement de l’autorité professionnelle de ceux qui réalisent la mission de leur entreprise ou de leur administration, remplacée par le pouvoir de celui qui croit savoir et qui décide de tout en conséquence. Les managérialistes ont pour mission de fixer les objectifs collectifs et de décider des moyens à utiliser pour atteindre ces objectifs. Résister au managérialisme, c’est donc restaurer l’autorité de celui qui est capable d’expliquer, de justifier le pourquoi et le comment de ce qu’il fait ou propose de faire.
JOULLIÉ Jean-Étienne - EMLV |

Médias de la même thématique

La stratégie militaire est née à la même époque en Chine et en Grèce, il y a près de 2500 ans. Ce n’est que très récemment (début du XXème siècle) que la stratégie a été appliquée aux domaines du management et de l’entreprise, pour devenir progressivement le « management stratégique ».
GOY Hervé - iaelyon School of Management |
Deux grandes approches de la décision peuvent être trouvées. D’une part, l’approche optimisatrice vise à trouver, grâce à des algorithmes, la meilleure des solutions dans l’ensemble du champ des possibles. Dans cette approche, la décision est donc le meilleur choix dans l’absolu. Le décideur ne joue pas de rôle. D’autre part, l’approche cognitive initiée par H. Simon stipule qu’en raison de limites exogènes et endogène, la rationalité est limitée.
LEBRATY Jean-Fabrice - iaelyon School of Management |
Finaliste du Prix Académique de la Recherche en Management – Catégorie « Réinventer le management » – SYNTEC CONSEIL.
BARBE Anne-Sophie - iaelyon School of Management |
Au premier abord, la gestion de la crise du Covid-19 par les autorités gouvernementales et sanitaires françaises semble éminemment stratégique. Après tout, le Président de la République n’a-t-il pas déclaré la guerre au virus ? Cette référence à une situation de guerre renvoie de facto aux origines militaires de la stratégie.
GOY Hervé - iaelyon School of Management |

S'abonner aux vidéos