Qu’est-ce que la Réflexivité ?

1257 vues

Partager

La notion de réflexivité permet d’envisager les questions actuelles de responsabilité de l’entreprise, de gestion de crise, de changements et d’accélérations sociales.
Venant du latin reflexivus, à la fois reflet et réflexion, ce concept prendra avec Descartes et Kant le sens des conditions subjectives sous lesquelles une valeur de vérité devient possible. Ainsi, la réflexivité correspond à un retour de la pensée sur elle-même ce qui la différencie de la réflexion laquelle s’appuie sur une représentation ou un processus mental.

Mots clés

Vidéos de la même institution

03:44
Le degré d’autonomie organisationnelle d’une unité vis-à-vis du parent peut évoluer dans le temps. Notre modèle dialectique, basée sur une étude longitudinale couvrant 21 années de la relation entre Automobili Lamborghini et Audi, explique comment les interdépendances entre l’intégration stratégique, le respect, et certaines dimensions de l’identité organisationnelle peuvent générer des oscillations dans la dynamique de l’autonomie organisationnelle. Ces oscillations permettent le renouvellement de compétences distinctives et ouvrent de nouvelles perspectives sur le management de la relation unité-parent.
DATTEE Brice - emlyon business school |
23:33
Le Professeur Roland Pérez a été l’un des pionniers des sciences de gestion en tant que discipline universitaire en France. Sa trajectoire est celle d’un universitaire accompli et très actif dans la société. Il a été le témoin et l’acteur engagé de la naissance et de l’autonomisation des sciences de gestion et de leur développement à l’université française, et cela dans différents champs : la comptabilité et la finance, la stratégie et la gouvernance. Cet intérêt intellectuel qui déborde des frontières étroites des disciplines académiques, avec un intérêt particulier pour la responsabilité sociale, est dû à ses valeurs humanistes fortes.
WIRTZ Peter - emlyon business school |
PEREZ Roland - FNEGE |
02:57
Le servant leadership se distingue de toutes les autres théories de leadership en ce qu’il met le manager au service des personnes et des équipes, et non l’inverse. A partir du postulat que les équipes préfèrent s’investir dans leur travail, les servant leaders sont là pour les accompagner et les aider dans la résolution de problèmes professionnels mais aussi, en cas de nécessité, de difficultés personnelles. C’est dans ce cadre qu’il leur arrive, aussi, de prendre des décisions douloureuses. Les études ont montré que le servant leadership contribue à l’épanouissement des personnes, ce qui se traduit par un supplément de performance individuelle et collective, notamment mesuré par le bénéfice de l’entreprise.
GIOLITO Vincent - emlyon business school |
02:44
Au début des années 2000, les entreprises commencent à développer leurs politiques diversité, mais peu mènent des actions concrètes pour lutter contre l’homophobie et la transphobie. Cette vidéo analyse le rôle de salarié.es militant.es, en particulier des employé.es LGBT qui mettent en place une association LGBT au sein de leur organisation, pour pousser leur employeur à mieux prendre en compte la lutte contre les LGBT-phobies. Ces salarié.es militant.es cherchent à utiliser les enjeux de réputation autour de la marque employeur de leur organisation pour les inciter à agir plus concrètement. Ils développement également de nombreux programmes contre l’homophobie et la transphobie eux-mêmes afin de montrer les potentielles résistances à ces programmes.
BUCHTER Lisa - emlyon business school |

Vidéos de la même thématique

La performance sociale en Supply Chain Management est un concept crucial mais souvent méconnu. Contrairement aux performances opérationnelles et financières, elle se concentre sur les impacts sociaux des opérations d’une entreprise, y compris dans sa supply chain ou chaîne d’approvisionnement. Cela inclut les conditions de travail, les droits des travailleurs, la diversité, l’inclusion et les initiatives communautaires. Cette performance est cruciale pour plusieurs raisons : elle renforce la réputation de l’entreprise, attire les talents, réduit les risques de réputation et de conflits sociaux, et contribue à la fidélisation des employés. Pour améliorer cette performance sociale, les entreprises doivent évaluer régulièrement leurs pratiques sociales, collaborer avec leurs partenaires dans la supply chain et s’engager avec des parties prenantes externes. En conclusion, la performance sociale est un élément clé de la durabilité des entreprises, soulignant l’importance de leur impact social au-delà des frontières organisationnelles.
RUEL Salomée - Excelia Business School |
Entreprise libérée, démocratie au travail, management participatif, ... Le dilemme autonomie-contrôle continue aujourd’hui d’obnubiler chercheur·e·s comme praticien·ne·s. Ma thèse tente d’ouvrir une « troisième voie » pour gérer ce « vieux couple » en théorie des organisations, qui ne chercherait ni à l’évacuer « simplement » (contrairement aux initiatives centrées sur le design organisationnel, comme l’holacratie, pouvant aller jusqu’à préconiser l’abolition de la ligne managériale) ni à le « diaboliser » (en écho à une littérature critique foisonnante qui pointe du doigt le risque de manipulation derrière le recours à des leviers d’identification pour « libérer » les salarié·e·s) mais bien à le (ré)concilier. En croisant les champs de la philosophie et de la gestion, elle propose un modèle empirico-normatif de l’autonomie au travail, par l’articulation de deux niveaux d’analyse : le plancher moral à respecter en matière de justice relationnelle (les garde-fous institutionnels de l’autonomie) et les fins bonnes au-delà de la justice relationnelle (l’horizon d’une organisation auto-déterminante ou SDO pour self-determining organisation en anglais). Elle débouche sur une lecture plus collective de l’autonomie, autour du triptyque suivant : l’autonomie pour les autres, par les autres, avec les autres.
DUBEY Anne-Sophie - |
Ce livre étudie les liens entre stéréotypes de genre et inégalités professionnelles entre femmes et hommes en Europe. Plus précisément, il se fonde sur des données européennes pour étudier la prévalence des stéréotypes de genre, en France comme dans d’autres pays européens, et la manière dont ces stéréotypes de genre contribuent aux inégalités entre femmes et hommes dans la sphère professionnelle. Il s’intéresse aussi aux pratiques de gestion des ressources humaines et aux fonctionnements organisationnels qui favorisent ou au contraire portent atteinte à l’égalité. Cet ouvrage cherche ainsi à préciser le rôle des entreprises dans l’atteinte de l’égalité femmes-hommes, dans un contexte où les stéréotypes de genre constituent des facteurs explicatifs des inégalités professionnelles.
CORON Clotilde - FNEGE |
Cette recherche s’appuie sur la théorie de l’identité sociale et le concept de sale boulot pour étudier les stratégies de défense identitaire des soignants en établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Face à un travail dévalorisé, nous analysons les stratégies mobilisées par les soignants pour trouver ou redonner du sens à leur travail. Six stratégies de défense identitaire sont identifiées : 1) défendre et recommander le métier, 2) souligner l’utilité et le sens du métier, 3) accepter l’image négative, 4) valoriser le métier en parlant des EHPAD comme de lieux de vie, 5) faire connaitre la richesse relationnelle du métier, 6) mettre en avant la difficulté à la fois physique et psychologique du métier. Ces résultats permettent de mieux comprendre comment les soignants en EHPAD remédient à une perte de sens au travail et d’identifier des leviers d’action pour une véritable revalorisation de ce métier à un niveau organisationnel mais aussi sociétal.
GUILLOT-SOULEZ Chloé - iaelyon School of Management |

S'abonner aux vidéos FNEGE MEDIAS