Quand une stratégie syndicale rencontre une stratégie d’affaire : l’adoption du chèque syndical par Axa

198 vues

Dans les années 1980, la CFDT et l’entreprise Axa ont décidé d’expérimenter le chèque syndical. Il s’agit d’un dispositif original permettant aux sections syndicales dans l’entreprise de faire face aux difficultés financières, d’élargir leurs bases syndicales et de générer de nouvelles ressources. Le chèque syndical est un outil de financement du syndicalisme dans l’entreprise : une fois par an, l’employeur distribue aux salariés un bon de financement que ces derniers peuvent allouer, ou non, à la section syndicale de leur choix. Le chèque syndical articule ainsi financement par l’entreprise et choix individuel des salariés. Axa a adopté ce système au début des années 1990. Cette décision peut s’expliquer par sa stratégie de croissance externe et la volonté de maintenir un climat social apaisé dans une période d’intenses restructurations. Cette recherche retrace l’histoire du chèque syndical et de son expérimentation par Axa.

Mots clés

Vidéos de la même institution

39:45
"Notre rôle n’est pas de briller, il est d’éclairer" La vidéo présente le parcours de la Professeure Julienne BRABET, Professeur émérite, Université Paris Est Créteil, IAE Gustave Eiffel, IRG. Interview réalisée par Géraldine GALINDO.
BRABET Julienne - IAE Gustave Eiffel |
GALINDO Géraldine - ESCP Business School |
04:18
Prix du Meilleur Ouvrage de Management 2022 - Catégorie Essai Ce livre propose une façon radicalement nouvelle d’aborder la gestion. Pour les auteurs, elle ne saurait être réduite à une ingénierie conjuguant bonnes pratiques et outils standards, rangés dans une superposition de fonctions cloisonnées. Au contraire, la gestion, inscrite dans les sciences humaines et sociales, a pour objet la régulation instrumentée d’activités collectives finalisées que nous qualifions de « nouvelle sociotechnique ». Cette régulation s’appuie sur des dispositifs de gestion, médiateurs essentiels entre les acteurs et leur environnement économique et social, pour satisfaire cet objet.
GILBERT Patrick - IAE Paris |
RAULET-CROSET Nathalie - IAE Paris |
02:56
La solvabilité de l’entreprise est la capacité de celle-ci à faire face à ses engagements, ses obligations, c’est-à-dire payer ses salariés, ses fournisseurs, ses impôts, rembourser ses emprunts et assurer le service de la dette et plus généralement rembourser toutes ses dettes. On distingue deux types de solvabilité, la solvabilité à court terme, désignée sous le terme de liquidité, c’est-à-dire sa capacité à faire face à ses engagements au jour le jour et la solvabilité à long terme, c’est-à-dire sa capacité à faire face à ses engagements de façon structurelle. L’analyse financière propose de nombreux outils pour en faire le diagnostic, mettre en œuvre des décisions de remédiation et éviter la faillite.
CABY Jérôme - IAE Paris |
02:59
La rentabilité de l’entreprise est à la fois un concept, l’aptitude de l’entreprise à dégager des excédents qui procèdent de moyens matériels et financiers qui ont été investis dans l’entreprise et une mesure qui prend la forme de ratios qui permettent de la qualifier. Elle est indispensable à la pérennité de l’entreprise en assurant le maintien du capital de production, le remboursement des emprunts et une rémunération suffisante du capital investi par les actionnaires.
CABY Jérôme - IAE Paris |

Vidéos de la même Thématique

00:00
Le cas d’une PME en fort développement à l’épreuve d’un métier en tension Les défis de l’intégration des salariés au sein des PME ont été renforcés par la crise sanitaire et un marché du travail en tension. La pénurie de main d’œuvre sur des métiers en tension dans ce type d’entreprise implique que les gestionnaires de ressources humaines mettent en œuvre une démarche d’amélioration continue de leurs processus d’intégration, voire qu’ils en créent de nouveaux.
DHEILLY Sophie - IAE Lille |
00:00
Le but de l’étude était d’explorer le processus d’appropriation des TPG au sein des organisations – et comment le processus est façonné par de multiples facteurs liés au macro-environnement, au micro-environnement et aux individus de l’entreprise. Les GPT ont des caractéristiques spécifiques, d’où la nécessité d’aller au-delà des théories et modèles traditionnels d’adoption et d’appropriation qui ont été largement développés dans la littérature.
TAHA Nour - IAE Lille |
00:00
« Emotion » est un mot couramment utilisé dans un contexte personnel et professionnel. C’est un processus commençant par un stimulus qui conduit à des réponses cognitives et physiologiques, et qui nous amène à des tendances de comportement ou d’action. Une émotion peut se manifester pour diverses raisons, et la cause ou le stimulus qui la provoque n’est pas toujours évident. Parfois, c’est une caractéristique de l’environnement qui nous fait nous sentir émotionnellement stimulés.
GONZÁLEZ-GÓMEZ Hélena - NEOMA |
00:00
L’intelligence collective a toujours existé… C’est un concept innovant dans sa mise en œuvre mais ancien dans sa pratique… La dimension collective du concept d’intelligence en Sciences de Gestion est relativement récente (les années 90). C’est une construction pluridisciplinaire, protéiforme et multidimensionnelle. Ce concept est appréhendé en GRH comme un nouveau champ de compétences (comportementales et méthodologiques).
GRESELLE-ZAÏBET Olfa - LIRSA-CNAM |

S'abonner aux vidéos