[Série – Face à la crise Covid-19] Les femmes cadres face au confinement

1280 vues

Suite au déconfinement du printemps 2020, nous avons assisté à une priorisation du retour à l’école, privilégiant les enfants d’infirmièr·e, enseignant·e, policier·e ou ayant des difficultés scolaires. Dans cet article, nous montrons que ce choix, bien que moralement acceptable et difficilement contestable, n’en demeure pas moins une violence symbolique faite aux femmes cadres exerçant à des postes bénéficiant d’une grande autonomie.
La priorisation mène à une “invisibilisation spatio-temporelle” du travail des femmes cadres. Devant prendre en charge leurs enfants, elles exercent leur activité professionnelle à la marge du temps professionnel – le soir ou les week-ends – et des lieux professionnels puisqu’elles ne peuvent se mêler à la société qu’à moins que leur mari n’assume le foyer (dans les couples hétérosexuels).

D’aucuns diront que ce mauvais moment est temporaire. Nous arguons plutôt que cette priorisation du retour à l’école met en valeur que les femmes doivent toujours se battre pour avoir le “droit de travailler” dans nos sociétés capitalistes contemporaines. Nous pensons également que cette crise nous ramène progressivement à une division sexuelle du travail. Six mois peuvent suffire à bloquer certaines carrières, surtout s’ils font suite à plusieurs congés maternité. Cette mise en retrait temporaire ne sera pas sans conséquence sur l’écart de salaire entre hommes et femmes. De même que cette division sexuelle du travail cantonne les femmes dans des métiers moins bien rémunérés.

Mots clés

Médias de la même institution

03:08
Un problème épineux sera dénoué par une approche collaborative. Aucun individu n’a la réponse et la direction à prendre est incertaine : il incombe alors au leader d’animer une culture expérimentale de l’apprentissage par tâtonnements (« trial-and-error »). Le décideur est alors amené à encourager la prise de risque pour élucider ce qui marche ou ne marche pas.
SANDERS Paul - NEOMA |
02:32
Les « problèmes épineux » apparaissent en 1973 dans une étude sur la planification et les problèmes de politique sociale de Horst Rittel et Melvin Webber. Les deux urbanistes américains identifient le problème épineux, son opposé est le problème maîtrisé. Un problème maîtrisé peut être sorti de son contexte, résolu, et réintégré dans ce contexte, sans créer de vagues. Tandis que le problème épineux interagit avec son contexte - une intervention ici ou là, et tout peut basculer.
SANDERS Paul - NEOMA |
24:31
La vidéo présente le parcours de la Professeure Elisabeth TISSIER DESBORDES, Professeur émérite, ESCP Europe. Interview réalisée par Delphine MANCEAU.
MANCEAU Delphine - NEOMA |
TISSIER DESBORDES Elisabeth - ESCP Business School |
01:49
Le travail de service correspond aux activités s’exerçant en interaction avec les clients. Cette forme de travail s’est développée au fur et à mesure que nos économies sont devenues des économies de service, et a contribué de façon décisive à renouveler les questionnements en matière d’organisation du travail. Il s’agit d’un travail orienté vers et avec le consommateur. Il a fait sortir l’agent au contact de son affrontement dual avec le management, faisant de lui un acteur incontournable des organisations de service.
SUQUET Jean-Baptiste - NEOMA |

Médias de la même thématique

La valeur n’existe pas en tant que telle, mais s’exprime dans une relation entre deux personnes, deux entités, deux acteurs au moins. Historiquement, la valeur dans l’entreprise est appréhendée par le prisme comptable ou économique. Depuis les années 2000, les parties prenantes aux entreprises ne se contentent plus de la valeur au singulier. Ces parties prenantes ont DES Valeurs, parfois contradictoires, qu’il s’agit d’expliciter.
VINOT Didier - iaelyon School of Management |
En entreprise, le rôle du coach est d’accompagner une personne, une équipe ou encore une organisation dans l’atteinte de ses objectifs, de ses challenges ou de ses projets. Ainsi, on parlera de coaching individuel, de coaching d’équipe ou encore de coaching d’organisation.
BERNARD Nathalie - iaelyon School of Management |
Comment font-elles face aux impératifs de croissance sans répercuter cette pression sur leurs employés ?
DENIS Lucie - iaelyon School of Management |
Le concept de marque employeur renvoie à l’ensemble des avantages associés à un emploi et permettant d’identifier une entreprise en tant qu’employeur (employer brand) mais aussi à l’activité de management de la marque employeur (employer branding) qui vise à expliciter la marque employeur de l’entreprise afin d’apparaître comme un employeur à la fois attractif et distinct des employeurs concurrents.
GUILLOT-SOULEZ Chloé - iaelyon School of Management |

S'abonner aux vidéos