Vidéos et podcasts
en Gestion et Management

Le marketing lié à une cause : quelle perception des Millennials Français ?

138 vues

Les marques ont de plus en plus recours au marketing de cause ou « cause-related marketing ». On peut citer l’exemple emblématique d’Octobre Rose dans lequel plusieurs marques telles que KUSMI TEA ou VANS soutiennent la lutte contre le cancer.

Le marketing de cause fait partie des nombreuses initiatives de RSE au travers duquel les marques montrent leur engagement envers une cause. Cet engagement prendre généralement la forme suivante : acheter un produit et un pourcentage ou un montant fixe du prix payé est reversé à la cause. Une telle démarche peut autant susciter l’admiration de l’audience faisant ressortir la facette altruiste de la marque. Elle peut aussi susciter de la méfiance en pensant que la marque profite d’une manière opportuniste d’une cause pour redorer son image.

Ainsi, la question du succès du marketing de cause fait encore débat. Car plusieurs paramètres sont à prendre en considération dans la construction de ce type de marketing. Quel type de produit en cohérence avec la cause ciblée ? quelle audience ? quel montant ? quel pourcentage ? quel message affiché et à quel moment ? Sont autant d’aspects à considérer par une initiative de marketing de cause.

Nous avons étudié l’effet du cadrage du message (à savoir : énoncé sous une forme promotionnelle comme par exemple « contribuer à soutenir la recherche contre le cancer » ou préventive, par exemple « contribuer à réduire les risques de cancer ») et du type de produit (à savoir : produit hédonique comme par exemple une eau minérale haut de gamme, ou produit utilitaire, par exemple une bouteille d’eau entrée de gamme) sur l’intention d’achat de la Génération Y Français

Les Millennials Français comme leur homologues Américains et Néerlandais, affichent une attitude favorable pour les marques portant des messages liés à des causes. Les Millennials Français montrent une plus forte intention d’achat pour les produits hédoniques accompagnés de messages promotionnels, que leurs compères Sud-Africains. Les Français de la Génération Y montre plus de sensibilité envers une marque hédonique qui se lie à une cause qui répond davantage à leurs aspirations.

Les marques à travers leurs actions marketing de cause, contribuent à augmenter l’engagement de la génération Y envers les causes. Mais, les marques doivent aussi assurer la cohérence entre les causes portées, les types de messages et les produits pour assurer l’efficacité de leur marketing de cause auprès de cette génération.

Mots clés

Auteur(s)

Institution(s)

Vidéos de la même institution

03:30
Dans un récent travail de recherche, nous posons une question simple : la norme de cours de Bourse est-elle également contingente à l’actionnariat de l’entreprise ? Plus précisément, les firmes détenues par des familles ont-elles des comportements différents de ceux des firmes à actionnariat atomisé ou contrôlé par d’autres types d’actionnaires (Etats, financiers, industriels) ?
WAXIN Timothée - EMLV |
02:31
L'article étudie les effets des campagnes de marketing lié à une case (Cause-related Marketing ou CRM) sur le comportement d'achat des Millennials français par rapport à leurs homologues internationaux. Sur la base de la théorie du regulatory-fit, l’influence des types de messages et de produits est testée sur les attitudes, les intentions et les comportements des millennials français dans le cadre de campagnes CRM. Les résultats révèlent l’attitude favorable des Millennials français et une plus grande intention d’achat pour les produits porteurs de messages CRM, affichant des similitudes avec leurs compères Américains et Néerlandais. Lorsqu'ils sont exposés à la publicité CRM avec des messages de promotion pour les produits hédoniques, les Milléniaux français, à l'instar de leurs homologues Sud-Africains et Américains, affichent une plus grandes intentions d'achat, manifestant leur sensibilité envers une marque hédonique qui se lie à une cause répondant davantage à leurs aspirations.
KHELLADI Insaf - EMLV |
03:46
Cet article examine l’effet du contrôle familial sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE) sur un échantillon de sociétés cotées en France. Suivant la perspective socio-émotionnelle et sur la base de régressions quantiles, nos résultats montrent que l’identité familiale et l’implication de la famille dans le capital et la gestion influencent positivement la performance RSE, en particulier pour les entreprises à faible engagement RSE. Les résultats montrent également que l’excès de contrôle familial (lorsque les droits de vote sont supérieurs aux droits financiers) impacte négativement la performance RSE. Cette dernière relation est cependant modérée par la taille du conseil d’administration et la diversité de genre.
LAKHAL Fathen - EMLV |
05:14
Laure Bertrand, enseignante-chercheur et Directrice des Soft Skills et Services Pédagogiques Transverses de l’EMLV, parle des facteurs clés de succès du travail transversal.
BERTRAND Laure - EMLV |

Vidéos de la même Thématique

La créativité est une compétence de plus en plus recherchée par les recruteurs.
SADIK-ROZSNYAI Orsolya - ESSCA |
Composé du mot « marketing » et du préfixe « dé » qui donne à un mot le sens opposé, le terme démarketing a été utilisé pour la première fois en 1971 par Kotler et Levy. Il désigne la stratégie, adoptée par une organisation publique ou privée, qui consiste à décourager l’achat auprès de certains segments ou de tous les consommateurs, de manière temporaire ou durable.
BERTRANDIAS Laurent - Toulouse Business School |
ELGAAIED-GAMBIER Leila - Toulouse Business School |
Instagram est devenu le réseau social privilégié des marques de luxe qui y développent leur évènementiel de façon active. Parmi les multiples stratégies de présence sur ce réseau, figure la mise en avant des contenus et des comptes des directeurs artistiques (DA). Or, certains développent des stratégies propres qui rendent floue l’expression des positionnements des marques de luxe pour lesquels ils travaillent.
MERCANTI-GUERIN Maria - IAE Paris |
Cet article propose un aménagement de la Service Dominant Logic (SDL) dans le cas des relations de service avec les publics vulnérables sur la base d’une étude qualitative menée dans un service gériatrique. Cette étude révèle d’une part, des pratiques de soins régies par des représentations du patient âgé « déficient », et d’autre part, des pratiques de soins irriguées par des représentations du patient âgé « en capacité ».
AMINE Abdelmajid - IAE Gustave Eiffel |
BONNEMAIZON Audrey - IAE Gustave Eiffel |
JOSION-PORTAL Margaret - IAE Gustave Eiffel |

S'abonner aux vidéos