Qu’est-ce que le Capital social ?

543 vues

Partager

En entrepreneuriat il existe trois types de capital nécessaire au développement d’un projet entrepreneurial : social, financier et humain. Alors que le financier représente l’accès aux ressources monétaires et l’humain l’accès au savoir, le capital social englobe toutes les relations de notre réseau. La particularité du capital social est qu’il peut nous permettre d’accéder aux deux autres types de ressources.

Le capital social comprend deux types de relations ou de liens. Les liens forts sont les relations que nous entretenons avec les personnes de notre réseau immédiat. Ces liens sont très forts mais manquent de diversité. Quant aux liens faibles, ce sont les relations que nous développons avec des personnes situées au-delà de notre proximité mais qui peuvent nous donner accès à des ressources très précieuses pour le développement de notre projet.



Mots clés

Vidéos de la même institution

04:15
Chaque année en France, le nombre de sites marchands augmente en moyenne de 5 à 10 %. Il est actuellement de 220000. Face à une telle croissance, comment réussir à se différencier durablement ?
LEMOINE Jean-François - ESSCA |
03:02
Pitch pour le Prix FNEGE de la Meilleure Thèse en Management 2024 (thèse en 180 secondes) – Prix de thèse ATLAS AFMI Cette thèse s’intéresse aux effets des chocs exogènes sur les stratégies d’internationalisation des PME exportatrices.
MESCHI Manon - ESSCA |
02:35
La MDBC e-hryvnia : une monnaie banque centrale en projet Dans un contexte international marqué par un attrait croissant pour la technologie blockchain, de nombreux projets de monnaies digitales de banques centrales (MDBC) ont vu le jour. Le projet de MDBC e-hryvnia engagé par la banque centrale d’Ukraine (NBU) est l’un des plus avancés d’Europe. Après avoir défini la notion de MDBC, cet article fait le point sur les attentes de la NBU, les conclusions du projet pilote de MDBC e-hryvnia lancé en 2018 et les obstacles qui restent à lever pour lancer définitivement cette monnaie banque centrale de nouvelle génération.
SLIM Assen - ESSCA |
02:20
Le risque climatique en finance est divisé en risques physiques, liés aux impacts directs du changement climatique, et en risques de transition, associés à l'évolution vers une économie à faible émission de carbone. Les premiers ont engendré d'énormes pertes financières, tandis que les seconds peuvent découler de l'adoption de normes environnementales et de l'émergence de technologies vertes. Les entreprises et les investisseurs doivent évaluer et gérer ces risques, adaptant leurs stratégies et modèles d'affaires. Une gestion proactive de ces risques est cruciale pour la stabilité financière et environnementale à long terme.
GLAVAS Dejan - ESSCA |

Vidéos de la même thématique

Chaque année en France, le nombre de sites marchands augmente en moyenne de 5 à 10 %. Il est actuellement de 220000. Face à une telle croissance, comment réussir à se différencier durablement ?
LEMOINE Jean-François - ESSCA |
La notion de cadre est utilisée en sciences de gestion pour comprendre comment se forme le sens d’une situation. Les cadres de l’expériences forment à partir de normes, des règles, de cultures communes, la base à la construction du sens dans les situations. Les acteurs y font référence en jouant des rôles qui renforcent le sens qu’ils veulent donner à la situation. Lorsqu’un cadre n’est plus adapté pour faire sens de la situation les acteurs en choisissent un nouveau dont ils confèrent de la crédibilité en modifiant les rôles qu’ils y jouent.
SZPIRGLAS Mathias - IAE Paris-Est |
Le 28 mars 1979, l’accident nucléaire de Three Mile Island en Pennsylvanie a marqué un tournant dans la gestion des risques majeurs. En 1984, le sociologue Charles Perrow en a tiré une analyse montrant que les organisations complexes et fortement couplées seraient inévitablement sujettes à des « Accidents Normaux » majeurs. Cependant, des chercheurs de l’université de Berkeley ont montré que ces mêmes organisations présentaient aussi un taux extrêmement faible d’accidents ou d’incidents. Ils les appellent « Organisations à Haute Fiabilité ».
SZPIRGLAS Mathias - IAE Paris-Est |
Les 4 activités du management peuvent être résumées selon l’acronyme PODC (Planifier, Organiser, Diriger, Contrôler) établi par Henri Fayol en 1916. Planifier implique de définir des objectifs et de tracer un chemin cohérent pour les atteindre. Organiser concerne la coordination de l’action collective et la mobilisation des ressources. Diriger consiste à donner une direction et à réorienter l’action en cas d’imprévu. Contrôler vérifie la réalisation des plans et favorise l’apprentissage pour progresser. Ces activités, interagissent souvent simultanément dans la pratique du management.

S'abonner aux vidéos FNEGE MEDIAS