Transformation Digitale
Transformation Digitale
Quelles compétences managériales pour travailler avec l’Intelligence Artificielle ?
Loading
/

32 écoutes

Partager

Quelles compétences managériales pour travailler avec l’Intelligence Artificielle ?

Qu’elle fasse peur ou qu’elle fascine, l’Intelligence Artificielle (IA) constitue un facteur de transformation à la fois pour la société mais également pour les organisations et les individus. Il est temps d’expliquer objectivement aux managers quelle aura des impacts sur leur métier.

l’IA peut remplacer de nombreuses tâches, assister le collaborateur et surtout l’augmenter, c’est-à-dire lui permettre de réaliser des tâches qu’il ne pourrait pas faire sans elle.

L’IA remplace, assiste, et augmente.

Mots clés

Auteur.e(s)

Institution(s)

Médias de la même institution

Découvrez le portrait du Professeur Alain Burlaud par Elisabeth Walliser.
WALLISER Elisabeth - IAE Nice |
BURLAUD Alain - LIRSA-CNAM |
Comment l'intelligence artificielle générative va-t-elle impacter les ressources humaines ? Et qu'est-ce que l'intelligence artificielle générative ?
DEJOUX Cécile - LIRSA-CNAM |
L’Intelligence Artificielle (IA) constitue un enjeu stratégique au sein des entreprises, permettant d’innover et de proposer de nouveaux usages et services vers les clients. Elle redistribue les tâches, transforme les métiers et amène à repenser les apprentissages des collaborateurs. Compte tenu de ce double enjeu à la fois stratégique et humain, il est pertinent d’observer quelle est la position des managers et des partenaires sociaux dans cette nouvelle réalité.
DEJOUX Cécile - LIRSA-CNAM |
GRESELLE-ZAÏBET Olfa - LIRSA-CNAM |
Les recherches-interventions menées sur près de 1600 entreprises et organisations publiques en France depuis 1974 montrent qu’un euro investi en qualité du management en rapporte quatre, en moyenne, en surcroit de productivité. En effet les coûts cachés des défauts de management s’élèvent en moyenne à 20 000 euros par personne et par an.
CAPPELLETTI Laurent - LIRSA-CNAM |

Médias de la même thématique

Les définitions académiques des fintechs sont basées sur des recherches antérieures ou sur des rapports d’organismes de régulation et de cabinets de conseil. En interrogeant directement 10 acteurs de la fintech et de la banque, cette étude compare la perception des fintechs par les chercheurs avec la réalité vécue par les professionnels interrogés. Notre définition est fortement inspirée de la perception des fondateurs de fintechs. Elle met davantage l’accent sur la notion d’innovation d’usage centrée sur le client (vs innovation technologique) et sur une vision entrepreneuriale des fintechs, plus indépendants des acteurs en place.
ELABIDI Houda - ISTEC Business School |
Des recherches récentes explorent ce que les plateformes digitales font et font faire aux utilisateurs. Cette recherche étudie comment les plateformes digitales P2P accélèrent les activités marchandes, et comment cette accélération modèle les relations entre utilisateurs. Une étude qualitative à caractère ethnographique a été menée au sein du marché des vêtements d’occasion de 2013 à 2020. En mobilisant la théorie de l’accélération sociale de Hartmut Rosa, nous montrons que les affordances des plateformes digitales encouragent une accélération du rythme de vie, une accélération du renouvellement des objets possédés, et une accélération technique multi-domaines. Ces formes d’accélération aboutissent à une concurrence par la rapidité entre utilisateurs : chacun d’eux se doit d’être plus réactif, plus à la pointe, et plus averti que les autres. De plus, les plateformes constituent un espace digital particulier qui invite à repenser l’aliénation sous plusieurs formes, et notamment l’aliénation par rapport à l’espace et par rapport au temps.
JUGE Elodie - IAE Lille |
Nous construisons tous des identités en fonction des situations. Notre étude examine la construction d’identité en contexte liminal, en prenant le cas des journalistes de la presse quotidienne sur Twitter. Elle montre que les journalistes jouent avec leurs identités, en créant une personnalité à l’intersection de leur identités professionnelle et personnelle. Ainsi, la construction d’identité en contexte liminal peut-être plaisante dès lors qu’elle est volontaire et conduite de façon autonome.
LE Patrick - NEOMA Business School |
Chaque entreprise développe sa stratégie marketing en s’appuyant sur 4 valeurs internationales et minimum : le Produit, le Prix, la Promotion et la Place. Ce cadre de référence se nomme le marketing mix ou les 4P du marketing. Cette notion de 4P a évolué et se trouve aujourd’hui représentée par les 7P car se rajoutent : les Personnes, le Packaging et le Processus. Suivre chacune de ces étapes, permet à toutes les sociétés, qui offrent un produit ou un service, de créer la base de leur stratégie marketing afin de bien toucher leur cœur de cible.
AUBRUN Frédéric - OMNES Education |
JAUFFRET Marie-Nathalie - OMNES Education |

Découvrez nos podcasts