Management et Big Data
Management et Big Data
IA et dialogue social
Loading
/

13 écoutes

Partager

IA et dialogue social

L’Intelligence Artificielle (IA) constitue un enjeu stratégique au sein des entreprises, permettant d’innover et de proposer de nouveaux usages et services vers les clients. Elle redistribue les tâches, transforme les métiers et amène à repenser les apprentissages des collaborateurs. Compte tenu de ce double enjeu à la fois stratégique et humain, il est pertinent d’observer quelle est la position des managers et des partenaires sociaux dans cette nouvelle réalité. Cet article se focalise sur leur perception en matière de risques et d’opportunités liés à l’IA dans la transformation des métiers au sein de la branche Métallurgie.

Mots clés

Médias de la même institution

Découvrez le portrait du Professeur Alain Burlaud par Elisabeth Walliser.
WALLISER Elisabeth - IAE Nice |
BURLAUD Alain - LIRSA-CNAM |
Comment l'intelligence artificielle générative va-t-elle impacter les ressources humaines ? Et qu'est-ce que l'intelligence artificielle générative ?
DEJOUX Cécile - LIRSA-CNAM |
Les recherches-interventions menées sur près de 1600 entreprises et organisations publiques en France depuis 1974 montrent qu’un euro investi en qualité du management en rapporte quatre, en moyenne, en surcroit de productivité. En effet les coûts cachés des défauts de management s’élèvent en moyenne à 20 000 euros par personne et par an.
CAPPELLETTI Laurent - LIRSA-CNAM |
Dans un contexte d’émergence des méthodologies de recherche de terrain en management et gestion, notre problématique porte sur un modèle de recherche-intervention faisant du conseil une technologie de la recherche. La vidéo vise à clarifier les principes de la recherche-intervention (son « comment ? »), ses apports discriminants pour la création de connaissances en management et gestion (son « quoi ? ») et sa dimension de consultance scientifique (« son pourquoi ? »).
CAPPELLETTI Laurent - LIRSA-CNAM |

Médias de la même thématique

Définir une identité visuelle, c’est parvenir à concrétiser en éléments graphiques (signes, couleurs, formes, polices, etc.) l’identité d’une marque, pour la distinguer de ses concurrents. Elle repose avant tout sur la création d’un logotype mais aussi sur l’élaboration d’une charte graphique qui donnent sens au projet de l’identité de la marque. Tout l’enjeu de la démarche consiste à donner naissance à un univers visuel en parfaite cohérence avec l’essence de la marque et à ses produits ou services.
AUBRUN Frédéric - OMNES Education |
JAUFFRET Marie-Nathalie - OMNES Education |
Le terme « GAFAM » représente aujourd’hui les 5 plus grandes entreprises nord-américaines qui dominent et contrôlent en partie le marché du numérique dont l’intelligence artificielle. Au début on citait les GAFA : G pour Google, A pour Apple, F pour Facebook, A pour Amazon puis le M pour Microsoft s’est rajouté. Les GAFAM ont souvent été nommées « les big 5 » car elles sont comparées pour leur force et leur intelligence aux 5 espèces animales et sauvages les plus emblématiques. Les GAFAM qui sont originaires de la Silicon Valley en Californie sont en concurrences avec les NATU. Un autre acronyme pour désigner Netflix, Airbnb, Tesla, Uber.
JAUFFRET Marie-Nathalie - OMNES Education |
AUBRUN Frédéric - OMNES Education |
Malgré les évolutions récentes des technologies liées à la conduite connectée ou conduite autonome, on constate encore des délais très longs (à l’échelle des mois) de mise à jour de la cartographie embarquée dans les véhicules. C’est par exemple le cas des mises à jour des éléments de signalisation routière tels que les panneaux de signalisation, les feux, ou les marquages au sol, qui sont des éléments essentiels de régulation de la conduite.
TCHUENTE Dieudonné - TBS Education |
Deux grandes approches de la décision peuvent être trouvées. D’une part, l’approche optimisatrice vise à trouver, grâce à des algorithmes, la meilleure des solutions dans l’ensemble du champ des possibles. Dans cette approche, la décision est donc le meilleur choix dans l’absolu. Le décideur ne joue pas de rôle. D’autre part, l’approche cognitive initiée par H. Simon stipule qu’en raison de limites exogènes et endogène, la rationalité est limitée.
LEBRATY Jean-Fabrice - iaelyon School of Management |

Découvrez nos podcasts