Vidéos

Recherche par mots clés

Recherche par mots clés

Établissements

Établissements

Auteurs

Auteurs

Thématiques

Thématiques

Formats

Formats

Types de média

Types de média

Dico du management

Dico du management
02:43
Au début des années 2000, les entreprises commencent à développer leurs politiques diversité, mais peu mènent des actions concrètes pour lutter contre l’homophobie et la transphobie. Cette vidéo analyse le rôle de salarié.es militant.es, en particulier des employé.es LGBT qui mettent en place une association LGBT au sein de leur organisation, pour pousser leur employeur à mieux prendre en compte la lutte contre les LGBT-phobies. Ces salarié.es militant.es cherchent à utiliser les enjeux de réputation autour de la marque employeur de leur organisation pour les inciter à agir plus concrètement. Ils développement également de nombreux programmes contre l’homophobie et la transphobie eux-mêmes afin de montrer les potentielles résistances à ces programmes.
BUCHTER Lisa - emlyon business school |
04:27
La valeur cachée des associations est fondée sur leurs bénévoles. En effet, Les associations, loi 1901, regroupent des personnes volontaires réunies autour d’un projet commun et qui ne cherchent pas à réaliser des bénéfices. Les associations emploient des salariés ou peuvent fonctionner avec des bénévoles. Il convient alors de s’interroger sur la manière dont on gère les bénévoles des associations en trouvant la bonne articulation entre leurs envies, leurs besoins et le projet d’établissement. Une bonne gestion des bénévoles permet d’éviter les attitudes de « consommation » et de s’assurer que les comportements sont en correspondance avec le projet d’établissement. Les associations peuvent valoriser d’un point de vue comptable les heures données gratuitement à l’association.
GOUJON BELGHIT Anne - IAE Bordeaux |
02:57
Les politiques publiques en matière d’entrepreneuriat et de petites et moyennes entreprises sont focalisées sur la croissance avant tout. Des résultats de recherche récents remettent en question la pertinence de ce modèle pour la majorité des entreprises. Sur un très large échantillon de PME européennes on observe que les entreprises qui privilégient la rentabilité à la croissance réussissent sensiblement mieux à moyen/long terme. Inversement, celles qui privilégient la croissance à la rentabilité sous-performent bien davantage à moyen/long terme. En termes de politiques publiques pour le soutien et l’accompagnement des PME, ces résultats suggèrent de s’assurer de la rentabilité des entreprises avant de les encourager à croître. Nous obtiendrons ainsi plus de croissance soutenable.
BEN HAFAIEDH Cyrine - FNEGE |
HAMELIN Anaïs - EM Strasbourg |
02:49
Ubérisation, management algorithmique, capitalisme de plateforme… Inconnues il y a dix ans, ces notions devenues familières évoquent une mutation profonde du monde de l’entreprise, marquée par un recul du salariat et de la hiérarchie au profit du travail indépendant et du contrôle par la technologie. Conséquence inévitable de la révolution digitale pour les uns, précarisation à combattre pour les autres, l’avenir de l’ubérisation s’écrit en pointillés. A partir des théories de la firme, nous montrons que la clé du devenir des plateformes de travail indépendant résidera aussi dans leur capacité à surpasser les entreprises traditionnelles sur le terrain de la création, de l’intégration et de la conservation de connaissances complexes.
GARCIAS Frédéric - IAE Lille |
NOURY Lucie - FNEGE |
04:58
Le dispositif BSIS a été conçu pour déterminer l’étendue et la nature de l’impact d’une Ecole de Management sur son territoire local – la ville ou la région dans laquelle elle est située.
BONVALET François - FNEGE |
03:47
Depuis quelques années, le secteur public promeut l’innovation en intégrant à ses logiques structurelles de nouvelles formes de management, qui tendent à repenser l’organisation et la gestion du travail dans le domaine. Ce désir d’innovation est primordial : pour repenser le secteur public, d’un point de vue conceptuel comme pratique, il convient d’introduire de nouvelles formes de gestion, d’organisations, de compétences pour provoquer une rupture avec le passé. Quelles formes prend cette innovation publique ? Quel type de management est appliqué au secteur public ? Comment innover en repensant les moyens d’interaction managériaux du secteur ?
RIVAL Madina - LIRSA-CNAM |
03:17
Selon une étude du Cabinet Deloitte, 60% des entreprises sont confrontées à davantage de crises aujourd’hui qu’il y a 10 ans. Ces crises peuvent être anticipées avec des plans de crise intelligemment construits. La communication y joue un rôle clef et fait appel à des stratégies, des techniques mais aussi à des comportements spécifiques, auxquels il est essentiel de former de futurs managers. Pour cela, l’INSEEC Grande école propose aux étudiants un format innovant de jeu de crise, sur deux jours. Le premier jour, les étudiants sont formés à la gestion de crise par un professionnel qui leur présente plusieurs situations de crises. Les étudiants doivent identifier le problème à résoudre, puis proposer une solution. L’enseignant explique alors comment la situation a été gérée en réalité.
BORNARD Fabienne - OMNES Education |
GRANAT Jean-François - FNEGE |
HAVET-LAURENT Stéphanie - OMNES Education |
RICHARD Damien - OMNES Education |
04:44
Cette vidéo a pour objectif de participer à la compréhension des effets d’une cabine virtuelle en ligne sur la curiosité spécifique (situationnelle) et l’intention comportementale du consommateur en mettant en évidence les effets modérateurs de la curiosité trait – tendance à être naturellement curieux – et de l’auto-efficacité. L’expérimentation menée montre que les individus fortement curieux de nature ont davantage l’intention d’acheter en magasin dans le cas d’une expérience via un site classique en comparaison à la cabine virtuelle. Mais, lorsqu’ils se sentent peu efficaces leur intention sera plus faible alors que lorsqu’ils se perçoivent comme fortement efficaces leur intention d’achat sur le site sera plus forte.
BECK Marie - IAE Lille |
03:48
Le design visuel d’un site d’e-commerce est un vecteur de différenciation pour les entreprises cherchant à acquérir un avantage compétitif sur des marchés de plus en plus concurrentiels. Bien que certaines études montrent que le design visuel exerce une influence positive sur les réactions des consommateurs, d’autres études ne confirment pas cette influence. Cette recherche vise à apporter un nouvel éclairage sur ces résultats contrastés en montrant que les effets du design visuel dépendent du moment d’évaluation du site et de la capacité des consommateurs à y naviguer. Ces résultats conduisent à formuler des recommandations sur la manière dont les sites d’e-commerce peuvent créer des expériences en ligne plus engageantes.
DAMPERAT Maud - FNEGE |
Eline JONGMANS - FNEGE |
JEANNOT Florence - OMNES Education |
04:10
L'objectif de cet article est d'explorer comment un certain nombre de processus se sont combinés pour créer les stratégies et procédures de micro-niveau qui ont abouti à l'incendie de forêt le plus meurtrier et le plus tragique de l'histoire du Portugal.
ABRANTES Antonio - TBS Education |
03:45
Deux grands échantillons de prix indiquent que les prix juste en dessous d'un chiffre rond (par exemple 1495 € contre 1500 €) sont utilisés dans le luxe. Une analyse des terminaisons de prix suggère que les managers de marques de luxe s'appuient moins sur le mécanisme d’arrondi inférieur (i.e. drop-off) que sur le mécanisme de connotation, deux mécanismes qui ont été utilisés pour montrer que les prix juste en dessous influencent les consommateurs dans l'industrie des biens de grande consommation. En s'appuyant sur l'effet de justification des prix juste en dessous, une analyse conjointe, indiquant qu'une grande partie des consommateurs de produits de luxe préfèrent les prix juste en dessous, souligne le rôle de la déculpabilisation dans la fixation des prix des produits de luxe.
MACE Sandrine - ESCP Business School |
PARGUEL Béatrice - FNEGE |
FRACCARO Annalisa - TBS Education |
03:50
Depuis quelques années, l’identité des fondateurs est devenue un sujet d’intérêt pour des chercheurs en entrepreneuriat qui souhaitent comprendre les facteurs qui mènent à une diversité de formes, de buts, et de stratégies parmi des entreprises naissantes. Le point de départ de cette étude était la question – comment la culture influence-t-elle l’identité des entrepreneurs ? Ce qui émerge de cette étude qualitative, c’est la question de l’alignement identitaire‒sociétal. Cela détermine si l’entrepreneur va viser une logique simplement économique, cependant reproduisant les structures sociales existantes, ou bien s’il va viser à défier et à changer les structures et les normes sociales avec son produit ou sa façon de gérer son entreprise.
FOY Shirah - TBS Education |