Actionnariat familial et cours de Bourse

746 vues

Dans un contexte de marchés financiers parfaits, le cours de Bourse est neutre.

Cette neutralité est pourtant remise en question par la simple observation de la pratique boursière : nombre d’entreprises semblent en effet gérer pro activement leur cours de Bourse – en particulier à l’aide d’opérations de division du nominal (stock splits) – pour le maintenir autour d’une valeur préétablie.

Comment expliquer également que les actions Hermès, Kering et LVMH s’échangent aujourd’hui à respectivement 845, 564 et 509 € pendant que les titres Orange et Crédit Agricole dépassent de peu les 10 € ?

Deux grandes théories ont été proposées. La première met en avant l’effet de signal : la division du nominal permettrait à des entreprises sous-évaluées d’attirer l’attention des investisseurs et indiquerait des perspectives de croissances futures non prises en compte par le marché. La seconde suggère que le cours de Bourse est un outil permettant de satisfaire les préférences des investisseurs.

Une autre explication serait que les firmes suivent des traditions et des normes et adoptent parfois un comportement mimétique. La norme choisie dépendrait en particulier de la taille de l’entreprise – les grandes entreprises ont ainsi des cours nominaux plus élevés – et de son secteur d’activité.

Dans un récent travail de recherche, nous posons une question simple : la norme de cours de Bourse est-elle également contingente à l’actionnariat de l’entreprise ? Plus précisément, les firmes détenues par des familles ont-elles des comportements différents de ceux des firmes à actionnariat atomisé ou contrôlé par d’autres types d’actionnaires (Etats, financiers, industriels) ?

La littérature en finance et gestion suggère que les familles ne sont pas des actionnaires comme les autres. Les firmes familiales seraient ainsi caractérisées par une orientation de long-terme et une attention portée à la réputation de l’entreprise qui découleraient en particulier de la volonté de transmission aux héritiers dans de bonnes conditions. Puisqu’il est également démontré qu’un cours de Bourse faible attire les spéculateurs intéressés par un retour rapide sur investissement et qu’une opération de division du nominal peut dégrader la réputation de l’entreprise, nous anticipons (1) une relation positive entre actionnariat familial et cours de Bourse et (2) une relation négative entre actionnariat familial et probabilité d’observer un split.

Ces hypothèses sont testées sur un panel de 3 000 observations comprenant 236 firmes françaises appartenant ou ayant appartenu à l’indice SBF 120 sur la période 1998-2016.

Différents tests statistiques valident nos hypothèses : les firmes familiales s’échangent à un cours significativement plus élevé et ont une probabilité de diviser leur nominal inférieure à celle de leurs homologues non-familiales. Nous étudions également les introductions en Bourse réalisées sur la période 2000-2016 et observons que les firmes familiales retiennent des prix d’introduction significativement plus élevés.

Nous étudions les dépenses de recherche et développement (souvent analysées comme le marqueur d’une orientation de long-terme) et démontrons qu’elles sont, pour les entreprises familiales, positivement (négativement) corrélées avec le cours de Bourse (les opérations de division du nominal). Un cours élevé permettrait donc aux firmes familiales de mettre en place une politique de long-terme et de s’affranchir des exigences d’investisseurs focalisés sur un rapide retour sur investissement. Nous sommes donc bien loin de l’hypothèse de neutralité du cours de Bourse.

Mots clés

Vidéos de la même institution

03:18
Les actionnaires tentent de changer les pratiques et politiques environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) des entreprises dans lesquelles ils investissent en établissant avec elles une relation à long terme que nous appelons engagement actionnarial. L'engagement des actionnaires est initié par les actionnaires avec une expression formelle d'une préoccupation dans une lettre écrite ; se poursuit généralement avec le dépôt d'une résolution ou d'une proposition formelle qui doit être votée par tous les investisseurs lors des assemblées annuelles de la société ; avance par le dialogue privé entre actionnaires et dirigeants d'entreprise ; et conduit à des changements concrets grâce à une articulation judicieuse du conflit et de la collaboration à différentes étapes du processus.
BECCARINI Irene - EMLV |
01:57
Les organismes sans but lucratif ont longtemps été confrontés au défi de l’équilibre budgétaire lorsqu’ils cherchaient simultanément à retenir les donateurs existants et à en recruter de nouveaux. En principe, on peut cibler les donateurs existants à partir des données de leurs dons antérieurs. Toutefois, pour les nouveaux donateurs, ces données ne sont pas disponibles ou pourraient être difficiles à obtenir de sources secondaires. Que devraient faire les organismes sans but lucratif? Nous suggérons 2 alternatives.
SINHA Shameek - EMLV |
03:21
Qu’est-ce que c’est ? Un processus conscient ou subconscient, dans lequel les gens tentent d’influencer les perceptions d’autres personnes au sujet d’une personne, d’un objet ou d’un événement en régulant et en contrôlant l’information dans l’interaction sociale • Auto-promotion • Image de marque Qui se soucie ? • Personnes ayant des interactions sociales • Recruteurs et demandeurs d’emploi • Entreprises Comment atteindre ? Tactiques individuelles d’auto-présentation : • En utilisant des histoires personnelles • Surmonter les obstacles • Se conformer aux opinions • Fournir des justifications • Auto-promotion Tactiques de la Société : • Annonces de recrutement • Rapports annuels
NAVAZHYLAVA Kseniya - EMLV |
01:59
Le managérialisme est l’accaparement du pouvoir par les managers, aux dépends des autres parties prenantes d’une organisation. Il se développe sur un affaiblissement de l’autorité professionnelle de ceux qui réalisent la mission de leur entreprise ou de leur administration, remplacée par le pouvoir de celui qui croit savoir et qui décide de tout en conséquence. Les managérialistes ont pour mission de fixer les objectifs collectifs et de décider des moyens à utiliser pour atteindre ces objectifs. Résister au managérialisme, c’est donc restaurer l’autorité de celui qui est capable d’expliquer, de justifier le pourquoi et le comment de ce qu’il fait ou propose de faire.
JOULLIÉ Jean-Étienne - EMLV |

Vidéos de la même Thématique

00:00
L’investissement à impact ou Impact Investing est défini par le Global Impact Investing Network comme le fait d’investir avec l’intention de générer un impact social et environnemental positif et mesurable en même temps qu’un rendement financier. Le terme est employé dans ce sens pour la première fois en 2007 au sein de la fondation Rockfeller qui affiche l’ambition de changer les pratiques de l’investissement classique.
DUBOCAGE Emmanuelle - IAE Gustave Eiffel |
ROUSSELET Evelyne - IAE Gustave Eiffel |
00:00
L’Investissement Socialement Responsable – dit ISR – est apparu aux Etats-Unis dans les années 1980 puis en Europe une dizaine d’années plus tard. Il correspond à l’application du principe du développement durable à l’investissement. Il s’agit, autrement dit, d’investir dans des entreprises qui intègrent les dimensions sociales et environnementales dans leur modèle de développement et, ce, quel que soit leur secteur d’activité.
DUBOCAGE Emmanuelle - IAE Gustave Eiffel |
ROUSSELET Evelyne - IAE Gustave Eiffel |
Un marché efficient est un marché dans lequel le prix des titres financiers reflète à tout moment toute l’information pertinente disponible. Il y a trois degrés d’efficience selon (1) la capacité à prévoir les cours futurs, (2) la réponse des marchés à des évènements ponctuels et (3) l’influence des informations privilégiées sur le marché. L’efficience informationnelle est l’hypothèse la plus testée en finance.
LAJILI JARJIR Souad - IAE Gustave Eiffel |
Une obligation verte (Green bond) est un instrument de dette émis sur les marchés pour financer uniquement des projets qui contribuent positivement à l’environnement. Deux normes internationales font référence sur le marché des obligations vertes : les Green Bond Principles de l’International Capital Market Association et le Climate Bond Standard de la Climate Bond Initiative.
LAJILI JARJIR Souad - IAE Gustave Eiffel |

S'abonner aux vidéos