Actionnariat familial et cours de Bourse

945 vues

Partager

Dans un contexte de marchés financiers parfaits, le cours de Bourse est neutre.

Cette neutralité est pourtant remise en question par la simple observation de la pratique boursière : nombre d’entreprises semblent en effet gérer pro activement leur cours de Bourse – en particulier à l’aide d’opérations de division du nominal (stock splits) – pour le maintenir autour d’une valeur préétablie.

Comment expliquer également que les actions Hermès, Kering et LVMH s’échangent aujourd’hui à respectivement 845, 564 et 509 € pendant que les titres Orange et Crédit Agricole dépassent de peu les 10 € ?

Deux grandes théories ont été proposées. La première met en avant l’effet de signal : la division du nominal permettrait à des entreprises sous-évaluées d’attirer l’attention des investisseurs et indiquerait des perspectives de croissances futures non prises en compte par le marché. La seconde suggère que le cours de Bourse est un outil permettant de satisfaire les préférences des investisseurs.

Une autre explication serait que les firmes suivent des traditions et des normes et adoptent parfois un comportement mimétique. La norme choisie dépendrait en particulier de la taille de l’entreprise – les grandes entreprises ont ainsi des cours nominaux plus élevés – et de son secteur d’activité.

Dans un récent travail de recherche, nous posons une question simple : la norme de cours de Bourse est-elle également contingente à l’actionnariat de l’entreprise ? Plus précisément, les firmes détenues par des familles ont-elles des comportements différents de ceux des firmes à actionnariat atomisé ou contrôlé par d’autres types d’actionnaires (Etats, financiers, industriels) ?

La littérature en finance et gestion suggère que les familles ne sont pas des actionnaires comme les autres. Les firmes familiales seraient ainsi caractérisées par une orientation de long-terme et une attention portée à la réputation de l’entreprise qui découleraient en particulier de la volonté de transmission aux héritiers dans de bonnes conditions. Puisqu’il est également démontré qu’un cours de Bourse faible attire les spéculateurs intéressés par un retour rapide sur investissement et qu’une opération de division du nominal peut dégrader la réputation de l’entreprise, nous anticipons (1) une relation positive entre actionnariat familial et cours de Bourse et (2) une relation négative entre actionnariat familial et probabilité d’observer un split.

Ces hypothèses sont testées sur un panel de 3 000 observations comprenant 236 firmes françaises appartenant ou ayant appartenu à l’indice SBF 120 sur la période 1998-2016.

Différents tests statistiques valident nos hypothèses : les firmes familiales s’échangent à un cours significativement plus élevé et ont une probabilité de diviser leur nominal inférieure à celle de leurs homologues non-familiales. Nous étudions également les introductions en Bourse réalisées sur la période 2000-2016 et observons que les firmes familiales retiennent des prix d’introduction significativement plus élevés.

Nous étudions les dépenses de recherche et développement (souvent analysées comme le marqueur d’une orientation de long-terme) et démontrons qu’elles sont, pour les entreprises familiales, positivement (négativement) corrélées avec le cours de Bourse (les opérations de division du nominal). Un cours élevé permettrait donc aux firmes familiales de mettre en place une politique de long-terme et de s’affranchir des exigences d’investisseurs focalisés sur un rapide retour sur investissement. Nous sommes donc bien loin de l’hypothèse de neutralité du cours de Bourse.

Mots clés

Auteur(s)

Institution(s)

Vidéos de la même institution

03:09
Bien que la pratique du coaching ait fait l’objet d’une attention soutenue dans la littérature, aucun cadre théorique n’existe pour guider le langage des conversations visant à améliorer la performance des dirigeants. Cet article répond à cette omission. À la suite de Richard Weaver, il ressuscite une ancienne distinction entre langage noble et ignoble et combine cette distinction avec une hiérarchie linguistique. Le langage noble culmine et donne voix à une performance exécutive optimale ; en tant que tel, c’est le langage idéal du coaching.
JOULLIÉ Jean-Étienne - EMLV |
02:49
Peu connue en France, la distinction analytique-synthétique est un des piliers de l’empirisme en général et de la méthode scientifique en particulier. En effet, elle traduit, dans la langue de tous les jours, le fait que la connaissance scientifique provient soit de l’expérience (c’est-à-dire de l’observation), soit de la logique appliquée à l’expérience. Les origines de la distinction remontent au quatorzième siècle et à Guillaume d’Ockham, mais c’est David Hume puis Immanuel Kant qui lui donnèrent son expression définitive.
JOULLIÉ Jean-Étienne - EMLV |
03:43
Avec une prise de conscience croissante de l'environnement et une demande croissante en ressources précieuses, le recyclage des déchets est devenu une préoccupation majeure. Cette étude examine le profit des recycleurs et des plateformes en tenant compte du niveau de confiance dans le système de logistique inverse, en considérant les scénarios suivants : une plateforme de recyclage en ligne établit ou non la confiance, dans des modèles centralisés et décentralisés.
YUAN Zhe - EMLV |
02:49
Selon l’histoire orthodoxe du management, les employés sont des acteurs passifs, prévisibles et peu sophistiqués. Avec mes collègues, je défends une présentation alternative et soutiens que la pensée managériale n’est pas née de perspectives purement théoriques mais est plutôt le produit d’une confrontation entre la théorie et ce que les employés, agissant en égaux intellectuels, ont révélé à leurs employeurs.
JOULLIÉ Jean-Étienne - EMLV |

Vidéos de la même thématique

La valeur actuelle nette (VAN) évalue la rentabilité d’un investissement en comparant les flux de trésorerie actuels et futurs, ajustés pour le coût du capital. Basée sur la valeur temporelle de l’argent, elle permet une comparaison rigoureuse des avantages et coûts des investissements. Malgré sa capacité à fournir une mesure claire de rentabilité et à faciliter la prise de décision, la VAN dépend fortement des estimations de flux de trésorerie futurs et du choix du taux d’actualisation, ce qui peut entraîner des décisions sous-optimales. En outre, elle ne prend pas en compte des considérations stratégiques ou qualitatives. Pour autant, la VAN est un outil essentiel dans la prise de décision financière des entreprises.
BESANGER Serge - OMNES Education |
L’EBITDA, ou excédent brut d’exploitation (EBE), est un indicateur financier évaluant la performance opérationnelle d’une entreprise en excluant certains éléments comme l’amortissement, la dépréciation, les intérêts et les impôts. Il permet des comparaisons de rentabilité entre entreprises, produits ou business units, et est utilisé dans les fusions et acquisitions pour évaluer la rentabilité opérationnelle. Les multiples d’EBITDA, des ratios financiers, comparent la valeur d’une entreprise à son EBITDA, facilitant l’évaluation des entreprises dans un même secteur ou lors de transactions. Bien qu’utile, l’EBITDA présente des limites, ne tenant pas compte des investissements en capital et pouvant être manipulé pour donner une fausse impression de rentabilité.
BESANGER Serge - OMNES Education |
La MDBC e-hryvnia : une monnaie banque centrale en projet Dans un contexte international marqué par un attrait croissant pour la technologie blockchain, de nombreux projets de monnaies digitales de banques centrales (MDBC) ont vu le jour. Le projet de MDBC e-hryvnia engagé par la banque centrale d’Ukraine (NBU) est l’un des plus avancés d’Europe. Après avoir défini la notion de MDBC, cet article fait le point sur les attentes de la NBU, les conclusions du projet pilote de MDBC e-hryvnia lancé en 2018 et les obstacles qui restent à lever pour lancer définitivement cette monnaie banque centrale de nouvelle génération.
SLIM Assen - ESSCA |
Fintech, a contraction of "finance" and "technology," refers to companies that use technology to offer innovative financial services that are often more accessible or less expensive than traditional banks. Decentralized finance (DeFi) is a suite of financial services that are not controlled by a central authority. It uses blockchain technology to create financial applications that operate without intermediaries such as banks, financial institutions, or governments.
SALLOUM Charbel - EM Normandie |

S'abonner aux vidéos FNEGE MEDIAS