Les effets néfastes pour les marques des parodies des campagnes de « marketing de la cause »

540 vues

Partager

Les marques s’engagent de plus en plus dans le marketing de la cause (CrM), appelé cause-related marketing ou charity promotion en anglais, qui est une pratique communicationnelle initiée par une entreprise à but lucratif pour promouvoir un bien ou un service dont une partie du prix de vente est reversée à une cause charitable pour en soutenir l’action. Parallèlement au développement des activités de CrM, les critiques à leurs égards se sont développées, car ces premières concourent parfois au développement de messages induisant le consommateur en erreur. Pour contrecarrer ces pratiques, les consommateurs et les associations à but non lucratif utilisent de plus en plus les parodies publicitaires, des messages non commerciaux qui imitent une publicité réelle pour adresser des critiques aux marques. Dans ce contexte, l’étude examine comment ces parodies peuvent avoir un impact négatif sur les évaluations attitudinales et comportementales des consommateurs à l’égard des marques s’engageant dans des campagnes de CrM. En mettant en œuvre une expérimentation comparant les campagnes de CrM et les parodies qui en sont faites, l’auteur montre les effets pervers des parodies de CrM sur l’attitude envers la marque et le bouche à oreille qui s’expliquent par le scepticisme généré par les campagnes de CrM envers les motivations poursuivies par l’entreprise. En outre, l’article montre qu’il existe une asymétrie des effets dans laquelle les parodies de CrM endommagent plus fortement l’évaluation des marques que les campagnes réelles de CrM l’améliorent. Les auteurs ont répliqué les résultats pour deux types de critique et deux types de marque. Les résultats fournissent des implications utiles pour les praticiens qui conduiront à une plus grande autorégulation des pratiques de CrM.

Mots clés

Vidéos de la même institution

02:46
Le script de carrière constitue une sorte de guide que les individus mobilisent pour faire sens de leur situation professionnelle et construire leur parcours. Ce guide est constitué de trois composantes : des schémas interprétatifs qui donnent un sens commun aux actions individuelles en matière de carrière, des ressources qui délimitent et permettent les actions individuelles en matière de carrière et des normes qui légitiment ou sanctionnent les actions individuelles en matière de carrière. Le script de carrière est un cadre conceptuel permettant de penser la carrière dans sa dualité. Les scripts de carrière sont ainsi façonnés par la structure sociale et transformés par les individus qui les mobilisent dans le cadre d’un processus d’influence conjointe et concomitante.
GARBE Emmanuelle - IAE Paris-Sorbonne |
02:44
La carrière est la succession des postes occupés au cours d’une vie professionnelle. Elle est le résultat de choix individuels motivés par des besoins de développement professionnel et personnel. La carrière est aussi le reflet de pratiques de gestion organisationnelle et constitue, via les mobilités internes et externes qu’elle permet, un levier important de la gestion des emplois et des compétences. Enfin la carrière est l’expression de règles sociales et normatives qui forgent les représentations, orientent les comportements et encadrent les pratiques de gestion. En ce sens, la carrière est un objet multiniveau. C’est ce qui en fait toute sa richesse et toute sa complexité.
GARBE Emmanuelle - IAE Paris-Sorbonne |
02:38
Le concept d’orientation patient se diffuse dans le monde hospitalier où, sous l’expression Patient-Centered Care (PCC), il participe à l’introduction de la logique marketing dans un nouvel espace. Au-delà du dessein de transformation du patient-objet en patient-sujet, ce concept reste difficile à cerner. Pour étudier la façon dont ces conceptions s’affrontent, mais parviennent aussi à s’accorder, la recherche s’appuie sur les économies de la grandeur. Elle se centre sur l’étude d’un cas emblématique, le service de chirurgie orthopédique d’un grand hôpital public parisien (3 semaines d’observation et 43 entretiens). Elle montre que le PCC se construit séquentiellement dans une expérience partagée, mettant aux prises patients, soignants et direction.
LAPORTE Marie-Eve - IAE Paris-Sorbonne |
02:43
Le nudge marketing est une démarche incitant à modifier les comportements en douceur, sans contrainte et à moindre coût. D’un point de vue méthodologique, il nécessite d’identifier les freins à l’adoption du comportement souhaité, puis les biais cognitifs à actionner pour orienter les individus vers les « bons » choix. Il bénéficie d’un large succès mais suscite aussi des controverses éthiques.
LAPORTE Marie-Eve - IAE Paris-Sorbonne |

Vidéos de la même thématique

Le Buyer Persona est une représentation fictive et détaillée des acheteurs cible d’un produit ou d’un service. Il est défini et piloté par les équipes marketing, et, est utilisé à la fois par les équipes marketing, commerciales et service client afin de mieux connaître leurs interlocuteurs. La création du Buyer Persona repose sur la collecte de nombreuses données issues d’études de marché, d’analyses des fichiers clients, de sondages en ligne et d’entretiens menés généralement auprès de clients. Il est composé principalement de critères socio-démographiques, comportementaux et psychographiques applicables à chacun. Enfin, il n’existe pas une représentation unique de Buyer Persona mais différents modèles disponibles par exemple sur Internet.
GIFFARD Pierre-Olivier - OMNES Education |
La méthode SONCASE est un moyen mnémotechnique à destination des professionnels de la vente. Elle permet d’identifier, dans la phase de découverte, les principales motivations d’achat d’un prospect : Sécurité – Orgueil – Nouveauté – Confort – Argent – Sympathie et Environnement Les commerciaux peuvent ainsi mieux comprendre les attentes de leurs clients et adapter leurs argumentaires et leurs stratégies de vente en conséquence.
GIFFARD Pierre-Olivier - OMNES Education |
Qu’est-ce que le bien vieillir ? Le Bien Vieillir constitue depuis quelques années un défi majeur pour notre société, tant sur le plan économique, social et éthique. Il s’agit d’un enjeu sociétal, inscrit dans un contexte de vieillissement de la population au niveau mondial. Pour cela, les compagnies d’assurance s’y intéressent et notamment leur fonction marketing car elles peuvent apporter des réponses en proposant de nouveaux produits ou services adaptés. Dans mon mémoire, j’ai cherché à comprendre comment les assureurs innovent pour tenter de répondre aux besoins et attentes des seniors.
RANNOU Lucie - IAE Lille |

S'abonner aux vidéos FNEGE MEDIAS