Unpacking the black box of ICO white papers: A topic modeling approach

788 vues

Partager

This study applies a novel topic modeling method to map the thematic content of initial coin offerings (ICO) white papers in order to analyze their informational value for investors. Using a phrase-based topic modeling algorithm, we empirically determine and quantify 30 topics in a large collection of 5,210 ICO white papers between 2015 and 2021. We find that the algorithm produces a semantically meaningful set of topics, which significantly improves the model’s performance in identifying successful projects. The most relevant topics concern the technical features of the ICO.

Mots clés

Auteur.e(s)

Institution(s)

Vidéos de la même institution

06:06
The paper explores how sanctions affect international business (IB) and how firms respond to sanctions. We propose that firms’ reactions to sanctions can be analyzed through the lenses of leading IB theories, including institutions-based view and resource-based view. We argue that IB scholars can go beyond existing approaches to explain how firms act when facing sanctions. Moreover, we suggest that studies of firms facing sanctions help to reassess some of the assumptions underlying the prevailing theoretical explanations. We contribute with systematic view on strategy options that international and domestic firms may implement when faced with sanctions.
PANIBRATOV Andrei - EMLV |
03:09
Bien que la pratique du coaching ait fait l’objet d’une attention soutenue dans la littérature, aucun cadre théorique n’existe pour guider le langage des conversations visant à améliorer la performance des dirigeants. Cet article répond à cette omission. À la suite de Richard Weaver, il ressuscite une ancienne distinction entre langage noble et ignoble et combine cette distinction avec une hiérarchie linguistique. Le langage noble culmine et donne voix à une performance exécutive optimale ; en tant que tel, c’est le langage idéal du coaching.
JOULLIÉ Jean-Étienne - EMLV |
02:49
Peu connue en France, la distinction analytique-synthétique est un des piliers de l’empirisme en général et de la méthode scientifique en particulier. En effet, elle traduit, dans la langue de tous les jours, le fait que la connaissance scientifique provient soit de l’expérience (c’est-à-dire de l’observation), soit de la logique appliquée à l’expérience. Les origines de la distinction remontent au quatorzième siècle et à Guillaume d’Ockham, mais c’est David Hume puis Immanuel Kant qui lui donnèrent son expression définitive.
JOULLIÉ Jean-Étienne - EMLV |
03:43
With growing environmental awareness and increasing demand for valuable resources, waste recycling has become a major concern. This study examines the profit of recyclers and platforms by taking into account the level of trust in the reverse logistics system, considering the following scenarios: an online recycling platform builds trust or not, in centralized and decentralized models. The results show that building trust can effectively generate more revenue for the online recycling platform system with increased demand if the cost of building trust is relatively low. The revenue-sharing contract is more profitable than the cost-sharing contract, but fails to achieve optimization in the integrated setting. We propose a new decision-making tool for optimal strategies under different decision-making models.
YUAN Zhe - EMLV |

Vidéos de la même thématique

Les définitions académiques des fintechs sont basées sur des recherches antérieures ou sur des rapports d’organismes de régulation et de cabinets de conseil. En interrogeant directement 10 acteurs de la fintech et de la banque, cette étude compare la perception des fintechs par les chercheurs avec la réalité vécue par les professionnels interrogés. Notre définition est fortement inspirée de la perception des fondateurs de fintechs. Elle met davantage l’accent sur la notion d’innovation d’usage centrée sur le client (vs innovation technologique) et sur une vision entrepreneuriale des fintechs, plus indépendants des acteurs en place.
ELABIDI Houda - ISTEC Business School |
Des recherches récentes explorent ce que les plateformes digitales font et font faire aux utilisateurs. Cette recherche étudie comment les plateformes digitales P2P accélèrent les activités marchandes, et comment cette accélération modèle les relations entre utilisateurs. Une étude qualitative à caractère ethnographique a été menée au sein du marché des vêtements d’occasion de 2013 à 2020. En mobilisant la théorie de l’accélération sociale de Hartmut Rosa, nous montrons que les affordances des plateformes digitales encouragent une accélération du rythme de vie, une accélération du renouvellement des objets possédés, et une accélération technique multi-domaines. Ces formes d’accélération aboutissent à une concurrence par la rapidité entre utilisateurs : chacun d’eux se doit d’être plus réactif, plus à la pointe, et plus averti que les autres. De plus, les plateformes constituent un espace digital particulier qui invite à repenser l’aliénation sous plusieurs formes, et notamment l’aliénation par rapport à l’espace et par rapport au temps.
JUGE Elodie - IAE Lille |
La valeur actuelle nette (VAN) évalue la rentabilité d’un investissement en comparant les flux de trésorerie actuels et futurs, ajustés pour le coût du capital. Basée sur la valeur temporelle de l’argent, elle permet une comparaison rigoureuse des avantages et coûts des investissements. Malgré sa capacité à fournir une mesure claire de rentabilité et à faciliter la prise de décision, la VAN dépend fortement des estimations de flux de trésorerie futurs et du choix du taux d’actualisation, ce qui peut entraîner des décisions sous-optimales. En outre, elle ne prend pas en compte des considérations stratégiques ou qualitatives. Pour autant, la VAN est un outil essentiel dans la prise de décision financière des entreprises.
BESANGER Serge - OMNES Education |
L’EBITDA, ou excédent brut d’exploitation (EBE), est un indicateur financier évaluant la performance opérationnelle d’une entreprise en excluant certains éléments comme l’amortissement, la dépréciation, les intérêts et les impôts. Il permet des comparaisons de rentabilité entre entreprises, produits ou business units, et est utilisé dans les fusions et acquisitions pour évaluer la rentabilité opérationnelle. Les multiples d’EBITDA, des ratios financiers, comparent la valeur d’une entreprise à son EBITDA, facilitant l’évaluation des entreprises dans un même secteur ou lors de transactions. Bien qu’utile, l’EBITDA présente des limites, ne tenant pas compte des investissements en capital et pouvant être manipulé pour donner une fausse impression de rentabilité.
BESANGER Serge - OMNES Education |

S'abonner aux vidéos FNEGE MEDIAS