Qu’est-ce que la « théorie de l’acteur-réseau » ?

553 vues

La théorie de l’acteur réseau s’inscrit dans les travaux en sociologie de la traduction. Elle met au cœur de l’analyse les relations entre sciences, technique et société. L’idée de réseau consiste ici rassembler des humains (direction, utilisateurs, prestataires…) et des « non-humains » (objets, technologies, outils, lieux, dispositifs) lesquels vont agir soit comme médiateurs ou intermédiaires les uns avec les autres au service de l’innovation et de la société. Ces travaux de recherche se révèlent particulièrement utiles pour développer de nouveaux modes de direction et d’action dans les organisations, spécialement sur les questions d’innovation.

Mots clés

Médias de la même institution

07:52
L'étude des biais cognitifs fait l'objet de nombreux travaux en psychologie cognitive, en psychologie sociale et plus généralement dans les sciences cognitives et trouve de nombreuses applications dans le champ de la gestion, notamment lorsqu’on étudie les processus de décision. Un biais cognitif correspond à une déviation dans le traitement cognitif d'une information. Il fait référence à une déviation systématique de la pensée logique et rationnelle par rapport à la réalité et peut donc conduire à d’importantes erreurs en matière d’évaluation, de jugement et de prise de décision.
MEIER Olivier - Université Paris Est IUTSF Sénart |
05:10
La marque de distributeurs plus connue sous l’acronyme MDD, correspond à un produit fabriqué par ou pour le compte d’un distributeur (sur la base d’un cahier des charges défini par lui) et vendu dans ses propres magasins sous une marque exclusive et qui peut être associée à différentes stratégies de marquage et à divers positionnements qualité/ prix. Malgré cette définition, le terme de MDD recouvre une offre très éclectique tant en termes de stratégie de marquage que de positionnement.
LACŒUILHE Jérôme - Université Paris Est IUTSF Sénart |
04:00
Le concept d’attachement à la marque retient notre attention pour plusieurs raisons : l’attachement se distinguerait par son seul caractère affectif et sa capacité à rendre compte d’une relation de proximité, voire de fusion, qui peut être nouée avec une marque (brand affect). Les premiers travaux sur le concept d’attachement remontent à ceux de Bolwby (1979) portant sur les relations aux personnes et plus particulièrement la relation mère-nouveau-né et la recherche de proximité par ce dernier. Ainsi, le désir d’attachement traduit un lien émotionnel fort et sert un besoin primaire qu’est la recherche d’affiliation.
LACŒUILHE Jérôme - Université Paris Est IUTSF Sénart |
05:43
Alors que la théorie de l'agence suggère que les dirigeants entendent tirer parti de leurs rentes de positions pour maximiser leurs intérêts personnels, la théorie de l'intendance énonce au contraire que ces derniers chercheront avant tout à aligner leurs intérêts avec ceux des autres parties prenantes. L’approche «stewardship theory» ou théorie de l’intendance entend ainsi montrer que dans certaines situations, l'altruisme peut également être un moyen de réduire les coûts d'agence (contrôle, surveillance, coordination...) et de permettre de résoudre les conflits dans l’entreprise. Selon cette perspective, il n'y a donc pas nécessairement de divergence d'intérêts entre les dirigeants et les actionnaires.
MEIER Olivier - Université Paris Est IUTSF Sénart |

Médias de la même thématique

Deux grandes approches de la décision peuvent être trouvées. D’une part, l’approche optimisatrice vise à trouver, grâce à des algorithmes, la meilleure des solutions dans l’ensemble du champ des possibles. Dans cette approche, la décision est donc le meilleur choix dans l’absolu. Le décideur ne joue pas de rôle. D’autre part, l’approche cognitive initiée par H. Simon stipule qu’en raison de limites exogènes et endogène, la rationalité est limitée.
LEBRATY Jean-Fabrice - iaelyon School of Management |
On peut définir un système d’information : ensemble de ressources visant à traiter les données et les informations et les connaissances d’une organisation dans le but d’aider à prendre des décisions. Parmi ses ressources l’humain joue un rôle central. Les technologies numériques contribuent à l’évolution profonde des systèmes d’information et renforcent l’avantage compétitif des organisations sachant en tirer profit.
LEBRATY Jean-Fabrice - iaelyon School of Management |
La théorie de l’acteur réseau s’inscrit dans les travaux en sociologie de la traduction. Elle met au cœur de l’analyse les relations entre sciences, technique et société. L’idée de réseau consiste ici rassembler des humains (direction, utilisateurs, prestataires…) et des « non-humains » (objets, technologies, outils, lieux, dispositifs) lesquels vont agir soit comme médiateurs ou intermédiaires les uns avec les autres au service de l’innovation et de la société.
MEIER Olivier - Université Paris Est IUTSF Sénart |
Les véhicules autonomes (VA) basés sur l’intelligence artificielle (IA) constituent l’une des avancées technologiques les plus attendues de notre époque, avec des implications sociales très importantes en termes de sécurité des conducteurs/passagers et d’aspects environnementaux. Cependant, la plupart des consommateurs sont réticents à l’adoption de ces VA.
MEYER-WAARDEN Lars - Toulouse School of Management |

S'abonner aux vidéos