Comment les dirigeants utilisent les ressources financières disponibles et à leur discrétion pour répondre à la pression des parties prenantes.

1106 vues

Partager

Les dirigeants utilisent les ressources financières non engagées disponibles à leur discrétion pour répondre à la pression des parties prenantes ? Pour répondre à cette question, nous étudions la relation entre la performance sociale des entreprises industrielles cotées au Standard & Poor’s 500 et les ressources financières à la discrétion de leurs dirigeants. Nous montrons que ces derniers peuvent utiliser ce slack financier pour augmenter la performance sociale de leurs entreprises. Également, nous signalons que ces ressources ne sont pas allouées pour réduire les impacts environnementaux des activités de leurs entreprises, mais qu’elles sont utilisées à la résolution des problèmes sociaux et des conditions sociales affectant les parties prenantes.

Mots clés

Vidéos de la même institution

03:54
Le conseil d'administration est une structure de gouvernance collégiale chargée de superviser les activités d'une organisation. Composé de membres choisis pour leurs compétences, il agit en tant que représentant des actionnaires et veille à l'efficacité, à l'éthique et à la conformité de l'organisation. Ses responsabilités comprennent la définition de la stratégie et des objectifs, la surveillance des risques ainsi que la nomination et la supervision de la direction. Ses réunions permettent d'examiner les rapports et de prendre des décisions stratégiques. Cette structure est cruciale pour le succès à long terme de l'organisation, favorisant la transparence et la confiance.
BESANGER Serge - OMNES Education |
03:00
La valeur actuelle nette (VAN) évalue la rentabilité d'un investissement en comparant les flux de trésorerie actuels et futurs, ajustés pour le coût du capital. Basée sur la valeur temporelle de l'argent, elle permet une comparaison rigoureuse des avantages et coûts des investissements. Malgré sa capacité à fournir une mesure claire de rentabilité et à faciliter la prise de décision, la VAN dépend fortement des estimations de flux de trésorerie futurs et du choix du taux d'actualisation, ce qui peut entraîner des décisions sous-optimales. En outre, elle ne prend pas en compte des considérations stratégiques ou qualitatives. Pour autant, la VAN est un outil essentiel dans la prise de décision financière des entreprises.
BESANGER Serge - OMNES Education |
03:01
L'EBITDA, ou excédent brut d’exploitation (EBE), est un indicateur financier évaluant la performance opérationnelle d'une entreprise en excluant certains éléments comme l'amortissement, la dépréciation, les intérêts et les impôts. Il permet des comparaisons de rentabilité entre entreprises, produits ou business units, et est utilisé dans les fusions et acquisitions pour évaluer la rentabilité opérationnelle. Les multiples d'EBITDA, des ratios financiers, comparent la valeur d'une entreprise à son EBITDA, facilitant l'évaluation des entreprises dans un même secteur ou lors de transactions. Bien qu'utile, l'EBITDA présente des limites, ne tenant pas compte des investissements en capital et pouvant être manipulé pour donner une fausse impression de rentabilité.
BESANGER Serge - OMNES Education |
02:55
La responsabilité numérique implique un ensemble d'obligations éthiques, sociales et légales pour les individus, les entreprises et les gouvernements. Cela englobe la gestion des données, la transparence, la lutte contre la désinformation, et la promotion de l'accès équitable aux technologies. Les implications touchent tous les acteurs de l'écosystème numérique, appelés à adopter des pratiques respectueuses de la vie privée et à élaborer des politiques protectrices. En intégrant la responsabilité numérique dans leurs actions et politiques, ils peuvent créer un environnement numérique plus sûr et éthique pour tous.
BESANGER Serge - OMNES Education |

Vidéos de la même thématique

Parmi les tendances internationales qui façonnent nos modes de vie urbains, la notion de proximité polycentrique et de proximité heureuse s’est répandue à travers le globe, incarnée par la ville du quart d’heure et le territoire de la demi-heure. Ce mouvement est porté par une coalition comprenant des maires, des gouvernements locaux, des associations municipales et des institutions internationales. Il constitue une réponse systémique aux défis climatiques, économiques et sociaux auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui. Dans le contexte des récentes tensions géopolitiques, telles que celles en Ukraine et le Moyen Orient, ce concept offre une approche axée sur la relocalisation, le développement des économies locales, la création d’emplois et la consolidation des territoires grâce à des chaînes d’approvisionnement en circuits courts. Il favorise également les interactions sociales, une utilisation optimale de l’espace public et une meilleure intégration sociale et fonctionnelle. Nous sommes fiers d’être à l’origine de cette initiative et nous nous engageons à en faire une source d’inspiration pour les politiques publiques à l’échelle mondiale.
MORENO Carlos - IAE Paris-Sorbonne |
Cette étude examine l’impact de la décentralisation et des transformations post-Covid sur la qualité de vie en métropole, focalisant sur la diminution de l’usage des bureaux et la proximité durable. Utilisant des méthodes mixtes, elle montre que ces tendances améliorent l’adaptation urbaine aux besoins locaux, diminuent la congestion et facilitent l’accès aux services. Les résultats indiquent l’importance de ces évolutions pour une urbanisme flexible et durable. Elle apporte une contribution scientifique à un sujet d’actualité et suggère des stratégies pour intégrer ces dynamiques dans le développement urbain du XXIème siècle. Pour les villes, ce travail propose des recommandations managériales pour intégrer la décentralisation et la transformation du travail dans le développement des villes, visant à construire des environnements urbains plus résilients et propices au bien-être.
MORENO Carlos - IAE Paris-Sorbonne |
La notion de notoriété de marque indique si les consommateurs ont entendu parler de votre marque et s’ils sont capables de la reconnaître. Il existe 2 types de mesure de la notoriété : notoriété spontanée et notoriété assistée que l’on peut organiser en « échelle de la notoriété » La notoriété spontanée se compose de 2 parties : le « Top of mind » qui est la notoriété spontanée de premier rang, la marque ou le produit que le consommateur citera en premier. Le questionnaire de notoriété permet de mesurer le nombre de fois où la marque sera citée spontanément et à quelle place elle se trouve par rapport aux concurrents.
BOUCHER Ronald - ISTEC Business School |
La notion de notoriété de marque indique si les consommateurs ont entendu parler de votre marque et s’ils sont capables de la reconnaître. Il existe 2 types de mesure de la notoriété : notoriété spontanée et notoriété assistée. Lorsqu’une personne interrogée ne cite pas spontanément une marque, l’enquêteur proposera alors au consommateur une liste dans laquelle se trouvera la marque qui souhaite mesurer sa notoriété. Si la marque est reconnue, elle sera considérée comme reconnue en notoriété assistée. La question pour mesurer la notoriété assistée peut-être : Dans cette liste de marques lesquelles connaissez-vous ?
BOUCHER Ronald - ISTEC Business School |

S'abonner aux vidéos FNEGE MEDIAS