Des robots et des hommes : acceptation du robot par l’humain

Des robots et des hommes : acceptation du robot par l’humain
Catégorie(s) : Vidéos Marketing

La robotique, l’IA et plus largement les objets connectés et intelligents sont la plus importante rupture socio-technologique depuis la deuxième révolution industrielle. Pour autant l’acceptation de ces nouveaux objets ne va pas de soi. Sur la base de plusieurs recherches de l’Institut SPoC de NEOMA Business School, nous présentons quelques résultats : les seniors, en l’état du marketing des roboticiens, ne sont pas enclain à utiliser les robots compagnons pour le maintien à domicile. Le design anthropomorphique n’augmente pas nécessaire l’adoption du robot compagnon. Les robots sont un extraordinaire sujet de recherche par leurs capacités à agir et interagir dans l’environnement du consommateur.

Robotics, AI and more widely smart objects are the most important socio-technological break since the second industrial revolution. However, the acceptance of these new objects is not obvious. On the basis of several researches of the SPoC Institute of NEOMA Business School, we present some results: the seniors, regarding the marketing of robots’ firms, are not inclined to use companion robots for home support. The anthropomorphic design does not increase the adoption of the companion robot. Robots are an extraordinary research subject by their ability to act and interact in the consumer environment.

En savoir plus

https://www.neoma-bs.fr/corps-professoral-et-recherche/partenariats-recherche-entreprises/chaires-instituts/spoc
https://www.youtube.com/watch?v=6Xt2POtfi5I
https://alain.goudey.eu

À propos de l'auteur

Nom(s) GOUDEY Alain;
Institution(s) Neoma Business School;
Fonction(s) Directeur de la Transformation Digitale
Tags
  • design
  • robots
  • acceptation
  • robotique
  • senior
  • maintien+à+domicile
  • SPoC
  • neoma+bs
  • Robosanté
A l'ère de la transformation numérique, de l'intelligence artificielle et des objets connectés, robots et humains se ressemblent plus que jamais. Mais est-ce que cet anthropomorphisme favorise l'acceptation de l'objet robotique ? Par l'intermédiaire de deux expériences, sur des seniors et des mères de famille, Alain Goudrey nous explique que de nombreux facteurs influent sur la place des robots dans notre société. En effet, un certain stade d'anthropomorphisme semble mettre les clients mal à l'aise, c'est l'effet de "la vallée de l'étrange". De plus, une pratique antérieure des technologies, à l'image du smartphone semble entraîner une plus grande acceptation du robot au quotidien. Le contexte d'utilisation influe également, si le robot rappelle à l'humain son impuissance à accomplir certaines tâches, il est alors associé à un sentiment négatif et rejeté. Ainsi, l'acceptation des robots par les humains ne va pas de soi et demande un temps certain d'adaptation.