Qu’est-ce que la « RSE » (Responsabilité Sociétale des Entreprises) ?

1411 vues

Descriptif de la notion de RSE.

La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) est née de réflexions visant à questionner le rôle et la mission de l’entreprise dans la société mais aussi les responsabilités incombant à cette dernière. Cette notion est apparue lors de la seconde révolution industrielle, aux Etats-Unis, pour interroger les pratiques des grandes entreprises concentrant capitaux, outils et moyens humains.

Mots clés

Médias de la même institution

03:54
Les institutions financières sociales ont pour objectif de financer des projets sociaux. Des exemples de telles institutions sont les fondations, les institutions de microfinance, les plateformes de financement participatif, les coopératives de crédit, ou encore les banques sociales ou éthiques. Leurs modes opératoires sont très variées : les fondations réalisent des dons, alors que les banques sociales octroient des crédits. Les institutions financières sociales prennent leurs décisions d’investissement et de financement en s’appuyant sur des critères sociaux, environnementaux et économiques.
COZARENCO Anastasia - MONTPELLIER Business School |
03:55
Pour comprendre le terme « Finance Durable », nous avons besoin de comprendre les deux mots qui le composent. Le mot « Finance » désigne toute activité en relation avec l’argent, qui est en moyen d’échange et de réserve. Ces activités peuvent être le financement et l’investissement dans différents domains tels que la finance d’entreprise, la finance de marché, la finance publique et la finance personnelle. Quant au mot « durable », il veut tout simplement dire quelque chose qui dure dans le temps. Ainsi, le terme « Finance Durable » veut dire des activités de la finance qui visent à promouvoir la durabilité dans les quatre domaines de la finance. Cette durabilité peut être sociale et/ou environnementale.
HOANG HILLARD Thi Hong Van - MONTPELLIER Business School |
03:12
Sommes-nous à l’aube d’une crise qui viendrait accélérer la transformation de l’exercice sacro-saint de la thèse? La thèse en management telle que nous la connaissons est-elle en train de vivre ces derniers jours, face à cette crise du critère ? Quels sont les impacts de ces bouleversements sur l’entrée dans la carrière d’enseignant chercheur des docteurs français ? Dans le cadre d’un partenariat avec la FNEGE, lancé au début de 2021, nous menons cette réflexion en considérant la thèse comme le témoin de ces évolutions, et posons ici 3 constats préliminaires.
CLOAREC Julien - iaelyon School of Management |
GAILLARD Hugo - FNEGE |
GRANDAZZI Albane - FNEGE |
SENN Juliette - Montpellier MANAGEMENT |
02:00
Peut-être avez-vous déjà entendu parler des trois piliers du développement durable qui intègrent: l’économique, le social et l’environnemental. Cette vision a été promue depuis les années 90 par le Conseil mondial des affaires pour le développement durable. Ces trois axes sont supposés être d’égale importance, mais, dans les faits, le volet économique prenait généralement le dessus.
ETCHANCHU Helen - MONTPELLIER Business School |

Médias de la même thématique

La valeur n’existe pas en tant que telle, mais s’exprime dans une relation entre deux personnes, deux entités, deux acteurs au moins. Historiquement, la valeur dans l’entreprise est appréhendée par le prisme comptable ou économique. Depuis les années 2000, les parties prenantes aux entreprises ne se contentent plus de la valeur au singulier. Ces parties prenantes ont DES Valeurs, parfois contradictoires, qu’il s’agit d’expliciter.
VINOT Didier - iaelyon School of Management |
Comment font-elles face aux impératifs de croissance sans répercuter cette pression sur leurs employés ?
DENIS Lucie - iaelyon School of Management |
La stratégie militaire est née à la même époque en Chine et en Grèce, il y a près de 2500 ans. Ce n’est que très récemment (début du XXème siècle) que la stratégie a été appliquée aux domaines du management et de l’entreprise, pour devenir progressivement le « management stratégique ».
GOY Hervé - iaelyon School of Management |
Deux grandes approches de la décision peuvent être trouvées. D’une part, l’approche optimisatrice vise à trouver, grâce à des algorithmes, la meilleure des solutions dans l’ensemble du champ des possibles. Dans cette approche, la décision est donc le meilleur choix dans l’absolu. Le décideur ne joue pas de rôle. D’autre part, l’approche cognitive initiée par H. Simon stipule qu’en raison de limites exogènes et endogène, la rationalité est limitée.
LEBRATY Jean-Fabrice - iaelyon School of Management |

S'abonner aux vidéos