Vidéos et podcasts
en Gestion et Management

Vidéos

Recherche par mots clés

Recherche par mots clés

Établissements

Établissements

Auteurs

Auteurs

Thématique

Thématique

Formats

Formats

Types de média

Types de média
04:39
L'écosystème entrepreneurial est un courant théorique émergent et en développement qui a le potentiel d'élargir notre compréhension de l'entrepreneuriat. Dans des recherches antérieures, ce concept a été étudié dans un contexte universitaire, mais il n'a pas encore été introduit dans le domaine de l’accompagnement entrepreneurial. Ce projet de recherche vise à renforcer la compréhension des écosystèmes entrepreneuriaux universitaires durables à travers une analyse en profondeur d'incubateurs universitaires.
MESSEGHEM Karim - Montpellier MANAGEMENT |
04:48
À en juger par le poids que représentent les PME, en termes d'emplois et de création de richesse, nul doute que ces entreprises, prises dans leur diversité, sont le coeur de l'économie réelle. À en juger par la place qu'occupent la création et l'innovation dans nos sociétés contemporaines, l'entrepreneuriat est devenu le moteur de l'économie nouvelle.
MESSEGHEM Karim - Montpellier MANAGEMENT |
04:35
Plusieurs controverses jalonnent les recherches antérieures sur l’exportation des PME. L’objet de notre recherche est d’analyser les facteurs de succès et les risques d’échec à l’international de ces entreprises spécifiques. Pour cela, nous avons mené une analyse empirique sur dix cas d’entreprises vitivinicoles françaises.
MAUREL Carole - Montpellier MANAGEMENT |
04:39
La loi du 20 août 2008 réformant la représentativité des syndicats français impose une “transparence financière”. Cette recherche exploratoire aborde la question des effets organisationnels et politiques de cette nouvelle règlementation, ce qui conduit à revenir sur le traditionnel débat en matière de démocratie syndicale : comment les rationalités administratives et représentatives s’articulent-elles au sein des organisations syndicales ?
BOURGUIGNON Rémi - IAE Gustave Eiffel |
04:44
In the 1980s, the French reformist union CFDT and insurance company Axa tested the union voucher. This was a novel solution for the union branch inside the company to address financial difficulties, broaden its membership base and generate new resources. The union voucher is a tool that provides unions with company funding: the company distributes vouchers to employees on an annual basis; employees then allocate the voucher (or not) to the union branch of their choice. The voucher system thus combines company financing and individual employee choice. Axa adopted the system in the early 1990s. Axa’s decision can ultimately be explained by its external growth strategy and because it needed to preserve a favourable climate during a period of intense restructuring. This article traces the history of the union voucher and assesses Axa’s experience. Dans les années 1980, la CFDT et l’entreprise Axa ont décidé d’expérimenter le chèque syndical. Il s’agit d’un dispositif original permettant aux sections syndicales dans l’entreprise de faire face aux difficultés financières, d’élargir leurs bases syndicales et de générer de nouvelles ressources. Le chèque syndical est un outil de financement du syndicalisme dans l’entreprise : une fois par an, l’employeur distribue aux salariés un bon de financement que ces derniers peuvent allouer, ou non, à la section syndicale de leur choix. Le chèque syndical articule ainsi financement par l’entreprise et choix individuel des salariés. Axa a adopté ce système au début des années 1990. Cette décision peut s’expliquer par sa stratégie de croissance externe et la volonté de maintenir un climat social apaisé dans une période d’intenses restructurations. Cette recherche retrace l’histoire du chèque syndical et de son expérimentation par Axa.
BOURGUIGNON Rémi - IAE Gustave Eiffel |
04:14
Les loteries promotionnelles qui offrent un plus grand nombre de prix identiques n'attirent pas nécessairement plus de participants. Quand ils doivent décider s'ils participeront à une loterie présentée de façon isolée (le cas typique), la plupart des consommateurs ne peuvent pas évaluer dans un certain intervalle (1 à 10 prix) si le nombre de prix offerts est intéressant ou non, parce que cet attribut est peu évaluable dans l'absolu. En conséquence, ils ne perçoivent pas qu'ils ont plus de chances de gagner quand il y a davantage de prix, et n'ont pas tendance à participer davantage. Cinq études analysent ce processus en détail et illustrent les facteurs individuels et contextuels qui rendent l'attribut plus évaluable et diminuent donc l'insensibilité au nombre de prix (la participation fréquente à des loteries, la connaissance des prix offerts habituellement dans des loteries comparables, la mise en valeur visuelle du nombre de prix). Cet article a des implications managériales pour la conception efficace et l'annonce de loteries promotionnelles.
LAURENT Gilles - OMNES Education |
02:44
Les grandes théories de la firme, la théorie des coûts de transaction et la théorie des ressources par exemple, utilisent généralement une dichotomie pour caractériser le mode de production des entreprises. Celles-ci peuvent en effet soit produire elle-même un bien, c’est la hiérarchie, ou externaliser la production du bien, c’est le marché. Pourtant beaucoup d’organisations utilisent les deux modes de gouvernance à la fois, une pratique que j’appelle l’approvisionnement concurrentiel. Cette vidéo a pour objectif d’expliquer cette pratique dans le cadre du secteur de l’eau en France.
PORCHER Simon - IAE Paris |
03:11
En France, comme dans la plupart des pays industrialisés, les collectivités territoriales doivent assurer la production de services publics pour leurs administrés. Ces différents services publics peuvent être assurés directement par la collectivité ou leur gestion peut être déléguée à un opérateur privé via un contrat. Dans le secteur de l’eau, de nombreuses remunicipalisations ont été observées ces dernières années dans le monde entier. Cette vidéo revient sur les principales raisons pouvant expliquer les remunicipalisations en France.
PORCHER Simon - IAE Paris |
04:20
Cette recherche teste la relation entre les comportements proactifs de socialisation de 2905 nouveaux-entrants et deux conséquences – les domaines de socialisation et l’implication multi-cibles – dans le contexte particulier de contrats courts en formation-emploi. Les résultats basés sur des régressions multiples soutiennent les relations directes entre les comportements de socialisation et deux domaines de socialisation et l’implication multi-cibles. De plus, les domaines de socialisation médiatisent la relation entre comportements de socialisation et implication envers l’équipe et le travail.
PENNAFORTE Antoine - FNEGE |
03:52
Dans une économie de la connaissance, le besoin en personnes à haut niveau de formation se fait croissant pour les organisations, qui recherchent pour leurs équipes des individus diplômés et compétents, avec une ou plusieurs expériences de travail. Rares cependant sont les nouveaux venus correspondant à ces attentes dès le premier pas posé dans l’organisation.
PENNAFORTE Antoine - FNEGE |
04:04
Les marques ont souvent exploité des thématiques taboues dans leur publicité digitale pour accroitre leur caractère viral sur la toile. Dans ce contexte, l'étude examine le rôle du contexte de programmation sur l'efficacité des publicités taboues controversées.
SABRI Ouidade - IAE Paris |
04:21
Cause-related marketing (CrM), defined as a firm’s communication activities designed to promote a consumer good or service by including an offer to contribute a specified amount to a designated nonprofit cause, has become a preponderant practice. In tandem with the development of CrM activities, criticism of CrM has increased; critics note that some CrM claims mislead consumers regarding their purchases’ donative impact. Critics such as consumers and nonprofit advocates are using ad parodies, noncommercial messages that mimic an actual advertisement. In this context, the study investigates how these ad parodies can result in a detrimental impact on consumers’ perceptual and behavioral evaluations of the sponsoring brand. By implementing a tightly controlled experiment comparing actual CrM campaigns and CrM parodies, the author shows that the detrimental effects of CrM parodies on brand attitude and word of mouth can be explained by greater skepticism toward the firm’s sincere and altruistic motivations. In addition, the author shows that a robust asymmetry emerges in which CrM ad parodies damage perceptual and behavioral evaluations of brands more than actual CrM campaigns improve them. The authors replicate the results for two kinds of critics and two types of brands. The results provide useful implications for theory and practice, documenting the backfire effect of poorly designed CrM, which may urge brands to move toward more self-regulation of CrM practices. Les marques s’engagent de plus en plus dans le marketing de la cause (CrM), appelé cause-related marketing ou charity promotion en anglais, qui est une pratique communicationnelle initiée par une entreprise à but lucratif pour promouvoir un bien ou un service dont une partie du prix de vente est reversée à une cause charitable pour en soutenir l’action. Parallèlement au développement des activités de CrM, les critiques à leurs égards se sont développées, car ces premières concourent parfois au développement de messages induisant le consommateur en erreur. Pour contrecarrer ces pratiques, les consommateurs et les associations à but non lucratif utilisent de plus en plus les parodies publicitaires, des messages non commerciaux qui imitent une publicité réelle pour adresser des critiques aux marques. Dans ce contexte, l'étude examine comment ces parodies peuvent avoir un impact négatif sur les évaluations attitudinales et comportementales des consommateurs à l'égard des marques s'engageant dans des campagnes de CrM. En mettant en œuvre une expérimentation comparant les campagnes de CrM et les parodies qui en sont faites, l'auteur montre les effets pervers des parodies de CrM sur l'attitude envers la marque et le bouche à oreille qui s'expliquent par le scepticisme généré par les campagnes de CrM envers les motivations poursuivies par l'entreprise. En outre, l'article montre qu'il existe une asymétrie des effets dans laquelle les parodies de CrM endommagent plus fortement l'évaluation des marques que les campagnes réelles de CrM l’améliorent. Les auteurs ont répliqué les résultats pour deux types de critique et deux types de marque. Les résultats fournissent des implications utiles pour les praticiens qui conduiront à une plus grande autorégulation des pratiques de CrM.
SABRI Ouidade - IAE Paris |