Les effets politiques de la normalisation comptable sur le fonctionnement des organisations syndicales

227 vues

La loi du 20 août 2008 réformant la représentativité des syndicats français impose une “transparence financière”. Cette recherche exploratoire aborde la question des effets organisationnels et politiques de cette nouvelle règlementation, ce qui conduit à revenir sur le traditionnel débat en matière de démocratie syndicale : comment les rationalités administratives et représentatives s’articulent-elles au sein des organisations syndicales ? Sur la base d’entretiens menés avec les dirigeants et trésoriers aux différents niveaux des trois principaux syndicats français (CGT, CFDT et CGT-FO), la recherche montre les différentes manières dont les responsables syndicaux se sont appropriés ces nouvelles exigences comptables et les ont traduites en pratiques organisationnelles. La mobilisation des approches critical legal studies et critical management studies permet d’aller au-delà des thèses traditionnelles en termes de compatibilité ou de colonisation et de développer une analyse endogène des relations entre fonctionnement syndical et gestion comptable.

Mots clés

Vidéos de la même institution

39:45
"Notre rôle n’est pas de briller, il est d’éclairer" La vidéo présente le parcours de la Professeure Julienne BRABET, Professeur émérite, Université Paris Est Créteil, IAE Gustave Eiffel, IRG. Interview réalisée par Géraldine GALINDO.
BRABET Julienne - IAE Gustave Eiffel |
GALINDO Géraldine - ESCP Business School |
04:18
Prix du Meilleur Ouvrage de Management 2022 - Catégorie Essai Ce livre propose une façon radicalement nouvelle d’aborder la gestion. Pour les auteurs, elle ne saurait être réduite à une ingénierie conjuguant bonnes pratiques et outils standards, rangés dans une superposition de fonctions cloisonnées. Au contraire, la gestion, inscrite dans les sciences humaines et sociales, a pour objet la régulation instrumentée d’activités collectives finalisées que nous qualifions de « nouvelle sociotechnique ». Cette régulation s’appuie sur des dispositifs de gestion, médiateurs essentiels entre les acteurs et leur environnement économique et social, pour satisfaire cet objet.
GILBERT Patrick - IAE Paris |
RAULET-CROSET Nathalie - IAE Paris |
02:56
La solvabilité de l’entreprise est la capacité de celle-ci à faire face à ses engagements, ses obligations, c’est-à-dire payer ses salariés, ses fournisseurs, ses impôts, rembourser ses emprunts et assurer le service de la dette et plus généralement rembourser toutes ses dettes. On distingue deux types de solvabilité, la solvabilité à court terme, désignée sous le terme de liquidité, c’est-à-dire sa capacité à faire face à ses engagements au jour le jour et la solvabilité à long terme, c’est-à-dire sa capacité à faire face à ses engagements de façon structurelle. L’analyse financière propose de nombreux outils pour en faire le diagnostic, mettre en œuvre des décisions de remédiation et éviter la faillite.
CABY Jérôme - IAE Paris |
02:59
La rentabilité de l’entreprise est à la fois un concept, l’aptitude de l’entreprise à dégager des excédents qui procèdent de moyens matériels et financiers qui ont été investis dans l’entreprise et une mesure qui prend la forme de ratios qui permettent de la qualifier. Elle est indispensable à la pérennité de l’entreprise en assurant le maintien du capital de production, le remboursement des emprunts et une rémunération suffisante du capital investi par les actionnaires.
CABY Jérôme - IAE Paris |

Vidéos de la même Thématique

00:00
L’investissement à impact ou Impact Investing est défini par le Global Impact Investing Network comme le fait d’investir avec l’intention de générer un impact social et environnemental positif et mesurable en même temps qu’un rendement financier. Le terme est employé dans ce sens pour la première fois en 2007 au sein de la fondation Rockfeller qui affiche l’ambition de changer les pratiques de l’investissement classique.
DUBOCAGE Emmanuelle - IAE Gustave Eiffel |
ROUSSELET Evelyne - IAE Gustave Eiffel |
00:00
Les actifs immatériels ont une importance majeure dans la création de valeur, mais restent mal appréhendés par les normes comptables. L’examen lexicographique des lettres des dirigeants permet d’appréhender l’information discrétionnaire sur le capital intellectuel jugée nécessaire en complément de l’information comptable traditionnelle.
LEFRANCQ Stéphane - LIRSA-CNAM |
En plus d’être une obligation d’ordre légale, la tenue d’une comptabilité est impérative pour la bonne gestion de toute entreprise. Qu’est-ce qu’un compte de résultat et quelle différence avec le bilan ? Découvrez-le en 3 minutes chrono !
AUTHIER Jérôme - PEPITE France |
À l’heure des crises financières, de la crise des revenus agricoles, des burn out professionnels et de la délocalisation des emplois, les entreprises coopératives restent encore discrètes sur leur mode d’organisation.
CAPELLI Sonia - iaelyon School of Management |
GUILLOT-SOULEZ Chloé - iaelyon School of Management |

S'abonner aux vidéos