Vidéos et podcasts
en Gestion et Management

[Série – Face à la crise Covid-19] : faut-il craindre une crise bancaire après la crise sanitaire ?

1160 vues

Beaucoup se posent aujourd’hui la question des conséquences de cette crise sanitaire et l’on voit déjà poindre les effets économiques du confinement mondial ! naturellement, comme dans le cas de chaque crise économique on se pose la question de la capacité des banques à contenir les conséquences de cette crise et préserver la sécurité de notre épargne. Les souvenirs de la crise bancaire de 2007/2008, de la faillite d’une banque prestigieuse Lehman Brother, sont toujours très vivaces.
La question de la solvabilité est assurément celle où il y a le plus d’incertitude aujourd’hui car nous ne connaissons pas l’impact réel de la crise sur le non remboursement des crédits et la baisse durable de la valeur des actifs de marché.
Les établissements bancaires ainsi que la BCE réalisent des stress tests censés simuler leur résistance à des chocs externes, comme des récessions par exemple. Cela permet ensuite d’activer des plans d’urgence financiers en fonction du suivi journalier des indicateur réglementaires en matière de fonds propres et de liquidité.

Mots clés

Vidéos de la même institution

02:56
La solvabilité de l’entreprise est la capacité de celle-ci à faire face à ses engagements, ses obligations, c’est-à-dire payer ses salariés, ses fournisseurs, ses impôts, rembourser ses emprunts et assurer le service de la dette et plus généralement rembourser toutes ses dettes. On distingue deux types de solvabilité, la solvabilité à court terme, désignée sous le terme de liquidité, c’est-à-dire sa capacité à faire face à ses engagements au jour le jour et la solvabilité à long terme, c’est-à-dire sa capacité à faire face à ses engagements de façon structurelle. L’analyse financière propose de nombreux outils pour en faire le diagnostic, mettre en œuvre des décisions de remédiation et éviter la faillite.
CABY Jérôme - IAE Paris |
02:59
La rentabilité de l’entreprise est à la fois un concept, l’aptitude de l’entreprise à dégager des excédents qui procèdent de moyens matériels et financiers qui ont été investis dans l’entreprise et une mesure qui prend la forme de ratios qui permettent de la qualifier. Elle est indispensable à la pérennité de l’entreprise en assurant le maintien du capital de production, le remboursement des emprunts et une rémunération suffisante du capital investi par les actionnaires.
CABY Jérôme - IAE Paris |
03:20
La soft law, que l’on traduit par « droit souple », « droit mou », ou encore par « petites sources du droit », désigne l’ensemble des règles de droit non-officiellement contraignantes qui visent à recommander, à inciter, à encadrer, à définir ou encore à servir de modèle. Mais on comprend mieux ce qu’est la soft law par ce qui est censé être son opposé, la « hard law ». Celle-ci est constituée par les règles de droit « classiques », qui émanent d’une autorité normative (dotée d’un pouvoir législatif ou réglementaire) et qui sont obligatoires, caractère qui se traduit par l’existence d’une sanction.
DOURNAUX Marianne - IAE Paris |
03:03
L’OPA, offre publique d’acquisition, est l’opération par laquelle une personne, physique ou morale, propose publiquement aux actionnaires d’une société cotée en bourse d’acquérir leur titre à un prix déterminé. Ce prix doit évidemment être suffisamment attractif par rapport au cours actuel pour inciter à les actionnaires à apporter leurs titres à l’initiateur de l’offre.
DOURNAUX Marianne - IAE Paris |

Vidéos de la même Thématique

La France compte, chaque année, entre 50.000 et 60.000 défaillances d’entreprises et des centaines de milliers d’entrepreneurs en difficultés. L’un des principaux enjeux à résoudre repose sur la nécessaire modification du logiciel culturel des Français face à l’échec entrepreneurial, qui est souvent vécu comme une marque d’infâmie dans notre pays. Or, au lieu d’être stigmatisés, les patrons de TPE ont besoin d’accompagnement financier, juridique, stratégique et humain.
CUSIN Julien - IAE Bordeaux |
Un marché efficient est un marché dans lequel le prix des titres financiers reflète à tout moment toute l’information pertinente disponible. Il y a trois degrés d’efficience selon (1) la capacité à prévoir les cours futurs, (2) la réponse des marchés à des évènements ponctuels et (3) l’influence des informations privilégiées sur le marché. L’efficience informationnelle est l’hypothèse la plus testée en finance.
LAJILI JARJIR Souad - IAE Gustave Eiffel |
Cet article analyse les effets des dispositifs de gestion publique de la crise de la Covid-19 sur les associations du spectacle vivant. Comment les acteurs perçoivent-ils la gestion de la crise sanitaire ? Nous basons notre recherche sur l’analyse d’entretiens et les témoignages recueillis dans l’enquête Auvergne-Rhône-Alpes Spectacle Vivant.
DEMEYERE Caroline - iaelyon School of Management |
HAVET-LAURENT Stéphanie - iaelyon School of Management |
Pendant la pandémie COVID-19, le traçage des contacts numérique complet, précis et opportun constitue une mesure décisive pour freiner la transmission virale. Une telle stratégie intègre l’innovation des entreprises, la prise de décision gouvernementale, la participation des citoyens et la coordination communautaire avec l’analyse des mégadonnées.
WANG Yihan - EM Normandie |

S'abonner aux vidéos