Qu’est-ce que « la Gouvernance cognitive » ?

1085 vues

Selon l’approche cognitive, « gouverner la conduite du dirigeant » peut aussi s’opérer sur le mode d’un soutien dans l’acquisition de connaissances et de compétences, au lieu de simplement s’assurer que le dirigeant ne lèse pas les intérêts des autres parties prenantes, même si cette dernière fonction reste évidemment très importante.

Mots clés

Médias de la même institution

03:20
Le propos de notre contribution est de clarifier la compréhension du lien entre bien-être au travail et performance. Cinquante-cinq entretiens ont été réalisés auprès de salariés d’une structure spécialisée dans le service social du travail, et proposant à ce titre des actions d’accompagnement social pour les salariés d’entreprises privées et d’organismes publics. Il ressort de l’analyse des représentations sociales que les deux concepts « bien-être au travail » et « performance » présentent une dualité complémentaire combinée à une imbrication ou une interdépendance des deux concepts. Il a également pu être mis en avant que la satisfaction était une dimension commune au bien-être au travail et à la performance.
BERNARD Nathalie - iaelyon School of Management |
02:58
Etabli en fin d’exercice, pour la période suivante, un budget est un outil de contrôle prévisionnel qui sert à organiser l’activité d’une organisation et d’en mesurer l’impact financier, sur un an maximum. Il s’agit de l’expression quantitative et financière du programme d’actions à court terme de la direction. En fin de période, l’atterrissage budgétaire permet de mettre à jour les prévisions en fonction des résultats de l’année écoulée et des objectifs à venir. Certaines entreprises choisissent de réaliser des budgets « glissants » ou « rolling forecast ». Les budgets font l’objet de nombreuses critiques. Face à cela, de nouvelles approches émergent.
TAHAR Caroline - iaelyon School of Management |
03:22
Comment réduire les coûts sans dégrader la valeur du produit pour le client ? Cette question est à l’origine de l’approche dite des coûts cibles ou target costing. Il ne s’agit pas d’une technique de calcul de coûts, mais d’un mode de gestion des coûts. Il a pour objectif d’obtenir un produit dont la valeur perçue satisfait les attentes des consommateurs tout en ne dépassant un coût plafond, le coût cible, qui permet de répondre aux exigences des actionnaires en matière de marge. Cette méthode repose sur deux principes : un principe d’additivité et un principe de symétrie. Cette démarche cherche à maîtriser les coûts tout en préservant la valeur pour le client. Toutefois, elle peut s’avérer très complexe.
TAHAR Caroline - iaelyon School of Management |
03:24
Cet article vise à examiner les actions, en termes de conditions de travail, que les entreprises pourraient mettre en œuvre pour influencer à la fois le bien-être au travail et la performance de l'entreprise. L'objectif de cette recherche est de permettre de comprendre les facteurs susceptibles de résoudre le paradoxe entre bien-être au travail et performance. Par une approche basée sur le paradoxe, cette question est étudiée à partir d'une base de données nationale représentative développée par la DARES au Ministère du Travail français, en croisant les réponses aux questionnaires des salariés et des employeurs français. Les résultats présentent les facteurs qui conduisent à un cycle vertueux, améliorant à la fois le bien-être au travail et la performance de l'entreprise.
BERNARD Nathalie - iaelyon School of Management |
LOUP Pierre - FNEGE |

Médias de la même thématique

La notion de dialogue social rencontre une situation assez paradoxale : elle est régulièrement convoquée dans le débat public ou dans le discours managérial comme une bonne pratique pour conduire le changement ou pour prendre des décisions éclairées. Pourtant, et malgré le consensus apparent dont il fait l’objet, le dialogue social est pris entre deux critiques dont on peine souvent à voir la compatibilité.
BOURGUIGNON Rémi - IAE Paris-Est |
La théorie des paradoxes permet de mettre en lumière les tensions liées aux situations et aux injonctions paradoxales auxquelles font face les individus dans les organisations. Elles sont créées par les organisations elles-mêmes et les évènements extérieurs ne font que mettre en lumière des phénomènes internes. Elles ont des effets positifs sur les organisations dans la mesure où elles les aident à rester en alerte et à se développer.
GUYOTTOT Olivier - OMNES Education |
Les dirigeants utilisent les ressources financières non engagées disponibles à leur discrétion pour répondre à la pression des parties prenantes ? Pour répondre à cette question, nous étudions la relation entre la performance sociale des entreprises industrielles cotées au Standard & Poor’s 500 et les ressources financières à la discrétion de leurs dirigeants. Nous montrons que ces derniers peuvent utiliser ce slack financier pour augmenter la performance sociale de leurs entreprises.
BONCORI Anne-Laure - OMNES Education |
La théorie de la dépendance des ressources, élaborée par Pfeffer et Salancik, part du principe que les organisations cherchent dans le cadre de leurs activités à réduire l’incertitude liée à leur environnement. Il est possible de définir les caractéristiques de l’environnement à partir de trois principaux critères : le degré de complexité, le degré de stabilité ou de prévisibilité, et le niveau de ressources externes, auquel l’organisation peut avoir accès pour conduire ses activités.
MEIER Olivier - Université Paris Est IUTSF Sénart |

S'abonner aux vidéos