Influence de la mention de labels employeurs et du mode de gouvernance sur l’attractivité employeur

982 vues

Prix Académique de la Recherche en Management – Prix SYNTEC CONSEIL –

Afin d’attirer les talents, de plus en plus d’entreprises cherchent à obtenir des labels employeurs. Mais ces labels sont-ils vraiment efficaces pour augmenter l’attractivité de l’entreprise aux yeux des candidats ? Et ces labels ont-ils la même efficacité selon le mode de gouvernance de l’entreprise ? Cette recherche s’appuie sur une étude expérimentale et montre que, quel que soit le mode de gouvernance, la communication du label Great Place to Work améliore l’attractivité de l’organisation aux yeux des candidats. Comparativement au label Great Place to Work, le label Employeur Ecologique utilisé seul n’augmente pas l’attractivité des coopératives et dégrade l’attractivité des entreprises cotées en bourse. En revanche, quel que soit le mode de gouvernance, la multilabellisation (présence simultanée des deux labels) n’améliore pas l’attractivité des employeurs.

En savoir plus

https://journals.sagepub.com/doi/abs/10.1177/0767370119828947

Mots clés

Vidéos de la même institution

03:24
« La santé n’a pas de prix », certes, mais elle a un coût. Quand on s’intéresse au management des organisations de santé, il s’agit en permanence de tenter de concilier au moins 2 logiques en apparence antagoniste : la recherche du meilleur soin d’une part, et la recherche de l’optimisation des ressources économiques, financières, humaines. C’est pourquoi le management des organisations de santé doit faire appel à toutes les disciplines classiques de la gestion – de la stratégie, la finance, la gestion de production, les systèmes d’information au marketing et à la gestion des ressources humaines, mais en attribuant un rôle spécifique à un partenaire singulier, qui n’est pas vraiment un client, ni un contrôleur, ni un bénéficiaire anonyme, mais qui est le patient.
VINOT Didier - iaelyon School of Management |
03:24
La valeur n’existe pas en tant que telle, mais s’exprime dans une relation entre deux personnes, deux entités, deux acteurs au moins. Historiquement, la valeur dans l’entreprise est appréhendée par le prisme comptable ou économique. Depuis les années 2000, les parties prenantes aux entreprises ne se contentent plus de la valeur au singulier. Ces parties prenantes ont DES Valeurs, parfois contradictoires, qu’il s’agit d’expliciter. Aussi, le management par les valeurs peut être défini comme l’art d’assurer les relations humaines de l’entreprise en développant une dynamique collective bien supérieure à l’addition des seules capacités individuelles ou de critères strictement liés à la performance économique. La question des valeurs se retrouve au niveau de l’entreprise dans sa globalité : qu
VINOT Didier - iaelyon School of Management |
03:33
Le seuil de rentabilité est un concept essentiel en matière de gestion d’entreprise. Le seuil de rentabilité correspond au niveau d’activité qu’une entreprise doit atteindre pour ne plus perdre d’argent. Si l’activité est moindre, l’entreprise fait des pertes. Au-delà du seuil de rentabilité, l’entreprise dégage un bénéfice. Son calcul repose sur le comportement des charges. Il permet estimer à l’avance s’il sera facile pour l’entreprise de réaliser un bénéfice, en fonction de la capacité de production, des prévisions de vente etc. Il permet donc d’apprécier le risque.
TAHAR Caroline - iaelyon School of Management |
03:43
Lorsqu’un manager prend une décision, il cherche à évaluer l’impact financier de cette décision. Le coût pertinent à calculer ne comprendra que la variation des charges issue de ce choix. Les charges déjà engagées, qui existeront quelle que soit la décision prise, ne doivent pas être prises en compte. Ces charges correspondent à des sunk costs.
TAHAR Caroline - iaelyon School of Management |

Vidéos de la même Thématique

00:00
Le cas d’une PME en fort développement à l’épreuve d’un métier en tension Les défis de l’intégration des salariés au sein des PME ont été renforcés par la crise sanitaire et un marché du travail en tension. La pénurie de main d’œuvre sur des métiers en tension dans ce type d’entreprise implique que les gestionnaires de ressources humaines mettent en œuvre une démarche d’amélioration continue de leurs processus d’intégration, voire qu’ils en créent de nouveaux.
DHEILLY Sophie - IAE Lille |
00:00
« Emotion » est un mot couramment utilisé dans un contexte personnel et professionnel. C’est un processus commençant par un stimulus qui conduit à des réponses cognitives et physiologiques, et qui nous amène à des tendances de comportement ou d’action. Une émotion peut se manifester pour diverses raisons, et la cause ou le stimulus qui la provoque n’est pas toujours évident. Parfois, c’est une caractéristique de l’environnement qui nous fait nous sentir émotionnellement stimulés.
GONZÁLEZ-GÓMEZ Hélena - NEOMA |
00:00
L’intelligence collective a toujours existé… C’est un concept innovant dans sa mise en œuvre mais ancien dans sa pratique… La dimension collective du concept d’intelligence en Sciences de Gestion est relativement récente (les années 90). C’est une construction pluridisciplinaire, protéiforme et multidimensionnelle. Ce concept est appréhendé en GRH comme un nouveau champ de compétences (comportementales et méthodologiques).
GRESELLE-ZAÏBET Olfa - LIRSA-CNAM |
00:00
L’innovation pédagogique par le numérique consiste en la mise à disposition d’applications informatiques pour l’enseignement. Les TICE ou Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement sont supposées accompagner et renforcer l’enseignement en mettant le numérique au service de la pédagogie. Cette étude interroge le phénomène de l’introduction des outils pédagogiques numériques dans la mission enseignement du métier d’enseignant-chercheur.
PIGNIER-HONDAREYTE Patricia - AUNEGE |

S'abonner aux vidéos