Enseigner à l’ère du numérique

1058 vues

Adaptive learning, Immersive learning, peer-to-peer learning… Derrière ces expressions se cachent de nouvelles façons d’enseigner et d’animer des connaissances, dans un paysage numérique qui remet en question la posture traditionnelle du professeur-sachant.

Mots clés

Médias de la même institution

01:44
Aujourd’hui l’impact des Business Schools est partout, c’est devenu une question centrale pour toutes les écoles car les parties prenantes et notamment les organismes d’accréditation y attachent une importance primordiale. BSIS est une approche globale tant quantitative que qualitative de l’impact des Business Schools au travers de 7 dimensions. Le livre « BSIS, a decade of impact », montre comment les Business Schools ont mis en place la mesure de leur impact. Pour plus d'informations : www.fnege.org/programmes-dimpact
KALIKA Michel - iaelyon School of Management |
04:58
Le dispositif BSIS a été conçu pour déterminer l’étendue et la nature de l’impact d’une Ecole de Management sur son territoire local – la ville ou la région dans laquelle elle est située.
BONVALET François - FNEGE |
03:48
Le design visuel d’un site d’e-commerce est un vecteur de différenciation pour les entreprises cherchant à acquérir un avantage compétitif sur des marchés de plus en plus concurrentiels. Bien que certaines études montrent que le design visuel exerce une influence positive sur les réactions des consommateurs, d’autres études ne confirment pas cette influence. Cette recherche vise à apporter un nouvel éclairage sur ces résultats contrastés en montrant que les effets du design visuel dépendent du moment d’évaluation du site et de la capacité des consommateurs à y naviguer. Ces résultats conduisent à formuler des recommandations sur la manière dont les sites d’e-commerce peuvent créer des expériences en ligne plus engageantes.
DAMPERAT Maud - FNEGE |
Eline JONGMANS - FNEGE |
JEANNOT Florence - OMNES Education |
03:57
De nombreuses organisations cherchent à créer des communautés d'innovation (CI) en ligne pour obtenir des connaissances précieuses et des idées novatrices, mais la recherche et la pratique indiquent qu'elles ont également du mal à maintenir une participation continue et de qualité des membres. Des modérateurs de CI désignés pourraient être en mesure d'inciter les membres de la CI à participer régulièrement et à apporter des contributions de qualité. En réponse aux appels à l'intégration du comportement organisationnel et de la recherche sur le CI, cette étude traite de l'impact de l'utilisation par les modérateurs de la communauté du langage du leadership transformationnel (TFL) sur la participation des membres.
COUSSEMENT Kristof - FNEGE |

Médias de la même thématique

00:00
On entend par culture d’entreprise, l’ensemble des manières de penser, de sentir et d’agir qui sont communes aux membres d’une même organisation. La culture d’entreprise correspond à un cadre de pensée, à un système de valeurs et de règles relativement organisé qui sont partagées par l’ensemble des acteurs de l’entreprise. Elle englobe les valeurs, les croyances, les postulats, les attitudes et les normes communes à ceux qui travaillent dans une même organisation.
MEIER Olivier - Université Paris Est IUTSF Sénart |
Au cours de la semaine du 16 au 20 septembre 2019, TBS Business School a lancé la première édition d’Inspiring Guest, un projet d’innovation pédagogique pensé pour injecter de la créativité et des émotions positives dans l’enseignement et l’apprentissage.
GRAY Elie - TBS Education |
PRASEUTH Guilain - TBS Education |
J'ai décidé de tester une initiative disruptive menée par l'un de nos partenaires, l'université du Maryland : compétition. Leur programme International Business Agility Labs se compose de six concours de cas virtuels dans différentes matières (marketing, chaîne d'approvisionnement, finance, comptabilité, analyse et entrepreneuriat), chacun résolvant un problème pour une entreprise réelle à l'étranger.
JONES Tracy - SKEMA Business School |
Le principe de gestion du consommateur-roi est devenu un véritable mythe. Pourtant depuis le début des années 80, des recherches sur la déviance des consommateurs soutiennent que ces derniers n’ont pas toujours raison, et que leurs comportements dépassent souvent les limites de l’acceptable. Variés et récurrents, ces comportements déviants représentent un coût financier pour une organisation.
SUQUET Jean-Baptiste - NEOMA |

S'abonner aux vidéos