Contestation politique et rigidité des contrats publics

536 vues

Les contrats publics sont-ils moins adaptables que les contrats privés ? À l’aide d’un échantillon de plus de 280 contrats concernant la gestion de parkings en France, nous comparons les contrats dans lesquels l’acheteur est une administration publique avec ceux dont l’acheteur est une société privée. Nous constatons que les contrats public-privé sont plus rigides que les contrats privés et que la rigidité des contrats publics augmente lorsque les risques politiques sont plus saillants. Nous soutenons qu’une partie importante de la rigidité accrue des contrats publics constitue une adaptation à l’opportunisme potentiel des tiers aux contrats, notamment des opposants politiques.

Mots clés

Médias de la même institution

02:00
Le « say on climate » est une résolution facultative et consultative proposée lors de l’assemblée générale annuelle des actionnaires soit par ceux-ci, soit par l’entreprise sur la politique de transition climatique conduite par celle-ci. Elle permet aux investisseurs et aux entreprises de traiter du sujet, mais présente des risques de « greenwashing ».
CABY Jérôme - IAE Paris-Sorbonne Business School |
02:41
L’évaluation d’entreprise a pour objet principal d’estimer la valeur de l’entreprise pour ses actionnaires. Elle est utilisée dans de nombreuses circonstances : fusions & acquisitions, introduction en bourse, investissement en bourse. Elle s’appuie sur deux grandes familles de méthodes : les multiples et les cash-flows actualisés. Les estimations fournies par les analystes sont des outils d’aide à la décision pour les acheteurs et les vendeurs d’actions et d’entreprises.
CABY Jérôme - IAE Paris-Sorbonne Business School |
04:18
Prix du Meilleur Ouvrage de Management 2022 - Catégorie Essai Ce livre propose une façon radicalement nouvelle d’aborder la gestion. Pour les auteurs, elle ne saurait être réduite à une ingénierie conjuguant bonnes pratiques et outils standards, rangés dans une superposition de fonctions cloisonnées. Au contraire, la gestion, inscrite dans les sciences humaines et sociales, a pour objet la régulation instrumentée d’activités collectives finalisées que nous qualifions de « nouvelle sociotechnique ». Cette régulation s’appuie sur des dispositifs de gestion, médiateurs essentiels entre les acteurs et leur environnement économique et social, pour satisfaire cet objet.
GILBERT Patrick - IAE Paris-Sorbonne Business School |
RAULET-CROSET Nathalie - IAE Paris-Sorbonne Business School |
02:56
La solvabilité de l’entreprise est la capacité de celle-ci à faire face à ses engagements, ses obligations, c’est-à-dire payer ses salariés, ses fournisseurs, ses impôts, rembourser ses emprunts et assurer le service de la dette et plus généralement rembourser toutes ses dettes. On distingue deux types de solvabilité, la solvabilité à court terme, désignée sous le terme de liquidité, c’est-à-dire sa capacité à faire face à ses engagements au jour le jour et la solvabilité à long terme, c’est-à-dire sa capacité à faire face à ses engagements de façon structurelle. L’analyse financière propose de nombreux outils pour en faire le diagnostic, mettre en œuvre des décisions de remédiation et éviter la faillite.
CABY Jérôme - IAE Paris-Sorbonne Business School |

Médias de la même thématique

L’audit légal consiste à faire certifier les comptes d’une entité par un cabinet indépendant et extérieur. L’équipe d’audit va mener des contrôles, adaptés en fonction de l’entité auditée, pour déceler d’éventuelles anomalies significatives dans les comptes. A l’issue de la mission d’audit, soit l’équipe d’audit va certifier que les comptes sont réguliers et sincères, soit au contraire refuser de les certifier si des anomalies significatives ont été décelées.
BASSIN Claire - iaelyon School of Management |
Pitch pour le Prix FNEGE de la Meilleure Thèse en 180 secondes 2018 / Prix AIM La thèse de ce travail de recherche se pose la question de la place de l’intuition dans le processus décisionnel en environnement big data.
VAZQUEZ LLANA Jordan - FNEGE |
00:00
On entend par culture d’entreprise, l’ensemble des manières de penser, de sentir et d’agir qui sont communes aux membres d’une même organisation. La culture d’entreprise correspond à un cadre de pensée, à un système de valeurs et de règles relativement organisé qui sont partagées par l’ensemble des acteurs de l’entreprise. Elle englobe les valeurs, les croyances, les postulats, les attitudes et les normes communes à ceux qui travaillent dans une même organisation.
MEIER Olivier - Université Paris Est IUTSF Sénart |
La procrastination est un terme utilisé en psychologie qui trouve une application concrète et directe dans le champ de la gestion. Elle renvoie à l’habitude pour une personne, de reporter à plus tard des tâches ou des activités considérées comme essentielles, et de les remplacer par des activités de moindre importance.
MEIER Olivier - Université Paris Est IUTSF Sénart |

S'abonner aux vidéos