Qu’est-ce que le « management de l’innovation » ?

557 vues

Dans une perspective managériale, une innovation est une façon nouvelle ou améliorée de créer de la valeur, avec une acception large de ce terme : valeur financière, valeur économique ou marchande, mais aussi valeur d’image, valeur symbolique, valeur d’usage, valeur sociale, valeur la propriété intellectuelle etc. Le management l’innovation relève quant à lui de l’ensemble des processus de gestion qui permettent à l’innovation, donc à la valeur nouvelle, d’advenir, d’être développée et lancée ; d’être diffusée puis renforcée.

Mots clés

Auteur(s)

Institution(s)

Médias de la même institution

03:47
Depuis quelques années, le secteur public promeut l’innovation en intégrant à ses logiques structurelles de nouvelles formes de management, qui tendent à repenser l’organisation et la gestion du travail dans le domaine. Ce désir d’innovation est primordial : pour repenser le secteur public, d’un point de vue conceptuel comme pratique, il convient d’introduire de nouvelles formes de gestion, d’organisations, de compétences pour provoquer une rupture avec le passé. Quelles formes prend cette innovation publique ? Quel type de management est appliqué au secteur public ? Comment innover en repensant les moyens d’interaction managériaux du secteur ?
RIVAL Madina - LIRSA-CNAM |
05:03
Cette étude vise à comprendre un phénomène pris pour acquis dans les organisations : la sous-utilisation des outils de gestion. Nous nous intéressons à un outil de gestion en particulier, un progiciel de gestion de la relation client dont nous avons suivi l’implantation et les usages sur une période de 10 ans (2002-2012). Nous nous appuyons sur les travaux de la théorie de l’Acteur-Réseau et plus particulièrement sur les concepts de script et d’intéressement pour identifier les racines de la sous-utilisation du CRM. Nos résultats montrent que la sous-utilisation se fabrique. Elle se crée à partir de trois dynamiques d’intéressement : l’abandon d’intéressement des utilisateurs, l’anti-intéressement et un intéressement à court terme se transformant en désintéressement sur le long terme.
GRALL Bénédicte - LIRSA-CNAM |
04:00
Cette recherche vise à examiner comment les partenaires d'une joint-venture internationale (JVI) peuvent renforcer la résilience pour la gestion d'une crise institutionnelle. Elle s’appuie sur une étude de cas d'une JVI entre une multinationale française et un partenaire tunisien pendant « le printemps arabe ». Elle apporte deux contributions principales. Premièrement, elle montre que la création de structures ad hoc ; le renforcement de l'engagement des partenaires ; et l'émergence d'un leadership transitionnel constituent des mécanismes de gouvernance efficaces pour la gestion d'une crise institutionnelle. Deuxièmement, elle contribue à comprendre les conséquences du printemps arabe sur l'environnement des affaires et les institutions.
BAHRI KORBI Fadia - LIRSA-CNAM |
04:10
Prix du Meilleur Ouvrage de Management 2022 - Ouvrage de recherche collectif Cet ouvrage s’efforce de dresser un portrait fidèle du management public au travers de « grands auteurs » ayant contribué à sa construction. Leur diversité témoigne des évolutions permanentes qui le traversent, de sa formation au fil d’une longue histoire et de multiples apports disciplinaires. Composé de cinq parties, l’ouvrage propose des clés de lecture pour mieux comprendre l’œuvre de chacun des 34 « grands auteurs » retenus et invite à les (re)lire. Fruit d’un travail collectif de 48 contributeurs universitaires, il s’adresse aux chercheurs, jeunes comme confirmés, aux étudiants mais aussi aux acteurs publics ou aux citoyens soucieux d’une approche rigoureuse de la chose publique.
BURLAUD Alain - LIRSA-CNAM |
GIBERT Patrick - FNEGE |
RIVAL Madina - LIRSA-CNAM |
CHATELAIN-PONROY Stéphanie - LIRSA-CNAM |

Médias de la même thématique

La théorie de l’acteur réseau s’inscrit dans les travaux en sociologie de la traduction. Elle met au cœur de l’analyse les relations entre sciences, technique et société. L’idée de réseau consiste ici rassembler des humains (direction, utilisateurs, prestataires…) et des « non-humains » (objets, technologies, outils, lieux, dispositifs) lesquels vont agir soit comme médiateurs ou intermédiaires les uns avec les autres au service de l’innovation et de la société.
MEIER Olivier - Université Paris Est IUTSF Sénart |
Les véhicules autonomes (VA) basés sur l’intelligence artificielle (IA) constituent l’une des avancées technologiques les plus attendues de notre époque, avec des implications sociales très importantes en termes de sécurité des conducteurs/passagers et d’aspects environnementaux. Cependant, la plupart des consommateurs sont réticents à l’adoption de ces VA.
MEYER-WAARDEN Lars - Toulouse School of Management |
Depuis quelques années, l’identité des fondateurs est devenue un sujet d’intérêt pour des chercheurs en entrepreneuriat qui souhaitent comprendre les facteurs qui mènent à une diversité de formes, de buts, et de stratégies parmi des entreprises naissantes. Le point de départ de cette étude était la question – comment la culture influence-t-elle l’identité des entrepreneurs ? Ce qui émerge de cette étude qualitative, c’est la question de l’alignement identitaire‒sociétal.
FOY Shirah - TBS Education |
Depuis quelques années, l’identité des fondateurs est devenue un sujet d’intérêt pour des chercheurs en entrepreneuriat qui souhaitent comprendre les facteurs qui mènent à une diversité de formes, de buts, et de stratégies parmi des entreprises naissantes. Le point de départ de cette étude était la question – comment la culture influence-t-elle l’identité des entrepreneurs ?
FOY Shirah - TBS Education |

S'abonner aux vidéos