Marketing, Vente et Communication

Épisodes du podcast

Le parcours d'achat est défini dans le modèle d'Engel, Kollat et Blackwell (1967) comme un processus complexe et dynamique qui met l'accent sur la façon dont les clients prennent des décisions d'achat à chaque étape et sur les facteurs qui les influencent. Ce parcours est influencé par une variété de facteurs, y compris les interactions directes avec la marque, les tendances du marché, les besoins personnels et les influences sociales. Chaque étape de ce parcours est essentielle à la façon dont l'expérience globale du client est façonnée.
ZAOUI Ishraf - OMNES Education |
Le SEO, ou "Search Engine Optimization", est un levier essentiel pour que toute page Web soit visible dans les résultats des moteurs de recherche. C'est une pratique incontournable dans le monde digital, car elle permet aux entreprises de différencier leur site Web des milliards d'autres sites Web. Les trois composantes principales de l'optimisation des moteurs de recherche sont le volet technique, le contenu et les liens entrants
ZAOUI Ishraf - OMNES Education |
La digitalisation du parcours client est un concept clé qui transforme la manière avec laquelle les entreprises interagissent avec leurs clients. Digitaliser le parcours revient à intégrer les technologies digitales à chaque étape de l’interaction avec le client, de la découverte du produit ou du service jusqu'à l'après-vente, en passant par l'acte d'achat. Le but est de créer des expériences d’achat client fluides et hautement personnalisées, répondant ainsi aux attentes croissantes des consommateurs modernes et connectés.
ZAOUI Ishraf - OMNES Education |
La vidéo présente le parcours du Professeur Jean-Pierre HELFER, Professeur des Universités émérite. Jean-Pierre HELFER présente sa vision sur le thème « le Professeur de Management à 360° ». Interview réalisée par Géraldine MICHEL.
HELFER Jean-Pierre - IAE Paris-Sorbonne |
Le terme « GAFAM » représente aujourd’hui les 5 plus grandes entreprises nord-américaines qui dominent et contrôlent en partie le marché du numérique dont l’intelligence artificielle. Au début on citait les GAFA : G pour Google, A pour Apple, F pour Facebook, A pour Amazon puis le M pour Microsoft s’est rajouté. Les GAFAM ont souvent été nommées « les big 5 » car elles sont comparées pour leur force et leur intelligence aux 5 espèces animales et sauvages les plus emblématiques. Les GAFAM qui sont originaires de la Silicon Valley en Californie sont en concurrences avec les NATU. Un autre acronyme pour désigner Netflix, Airbnb, Tesla, Uber.
JAUFFRET Marie-Nathalie - OMNES Education |
AUBRUN Frédéric - OMNES Education |
Le co-branding désigne un partenariat entre marques pour valoriser une action commune de communication ou de marketing. L’opération de co-branding commence généralement par l’analyse de la clientèle-cible qui se doit être la même pour chaque marque. En second lieu, vient la contractualisation du partenariat qui indique de quelle façon, chacune des entreprises, va promouvoir son produit ou son service. La question peut aussi se poser de rajouter des référents : des célébrités comme des stars, des influenceurs ou toutes autres personnes pouvant avoir un impact sur l’acte d’achat des consommateurs. La décision de présenter ce co-branding, sous une même forme de support de communication ou de marketing est aussi essentielle. Enfin, il s’agit de décider d’un espace commun d’exploitation, le lieu où va s’afficher ce co-branding ou le contexte dans lequel vont se prendre les photographies immortalisant cet instant.
AUBRUN Frédéric - OMNES Education |
JAUFFRET Marie-Nathalie - OMNES Education |
Le personal branding permet de créer une image de marque personnelle visible. Travailler son image personnelle, on le fait toutes et tous volontairement ou pas. « Moi » est une marque, chacun d’entre nous est une marque unique qu’on peut mettre en avant et valoriser, particulièrement sur le numérique. C’est tout l’enjeu de l’e-reputation de soi sur les plateformes digitales.
AUBRUN Frédéric - OMNES Education |
JAUFFRET Marie-Nathalie - OMNES Education |
L'effet de désirabilité sociale, révélant la propension des individus à présenter une image socialement favorable, est un biais fréquent dans les auto-évaluations, compromettant la validité des mesures. Particulièrement manifeste pour des sujets sensibles, il peut fausser les données. Des échelles ont été élaborées pour mesurer cet effet, mais ne garantissent pas son absence. Pour atténuer ce biais, des stratégies incluant l'assurance de l'anonymat, la création d'un environnement de confiance, et l'évitement de la suggestion de réponses attendues par la formulation des questions, doivent être mises en place.
DESTOUMIEUX Ludivine - Excelia Business School |
L'effet de simple exposition, un biais cognitif, se manifeste par une amélioration des sentiments envers une personne ou un objet grâce à une exposition répétée. Par exemple, la répétition d'une musique peut initialement susciter une indifférence, mais avec le temps, à force d’écoutes répétées, nous nous mettons à l’apprécier. Le simple fait d’avoir déjà été exposé à un stimulus rendrait nos jugements plus favorables Ce phénomène s'applique à des domaines variés, incluant les interactions sociales. Ce biais relève d’une importance considérable pour les sciences de gestion, notamment pour le marketing.
DESTOUMIEUX Ludivine - Excelia Business School |
Les marques utilisent le storytelling pour raconter une histoire. Le storytelling sert à asseoir l’identité d’une marque à travers un récit. Il permet, dans sa forme la plus basique, de justifier l’existence d’un produit ou d’un service, ou bien, dans sa forme la plus élaborée, de sortir de la relation strictement marchande. L’objectif assumé du storytelling est de susciter l’adhésion de la cible à la marque.
AUBRUN Frédéric - OMNES Education |