Vidéos et podcasts
en Gestion et Management

Recherche par mots-clés

Recherche par mots-clés

Établissements

Établissements

Auteurs

Auteurs

Thématique

Thématique

Formats

Formats

Types de média

Types de média

Trier par

Trier par
03:20
La soft law, que l’on traduit par « droit souple », « droit mou », ou encore par « petites sources du droit », désigne l’ensemble des règles de droit non-officiellement contraignantes qui visent à recommander, à inciter, à encadrer, à définir ou encore à servir de modèle. Mais on comprend mieux ce qu’est la soft law par ce qui est censé être son opposé, la « hard law ». Celle-ci est constituée par les règles de droit « classiques », qui émanent d’une autorité normative (dotée d’un pouvoir législatif ou réglementaire) et qui sont obligatoires, caractère qui se traduit par l’existence d’une sanction.
DOURNAUX Marianne - IAE Paris |
03:03
L’OPA, offre publique d’acquisition, est l’opération par laquelle une personne, physique ou morale, propose publiquement aux actionnaires d’une société cotée en bourse d’acquérir leur titre à un prix déterminé. Ce prix doit évidemment être suffisamment attractif par rapport au cours actuel pour inciter à les actionnaires à apporter leurs titres à l’initiateur de l’offre.
DOURNAUX Marianne - IAE Paris |
02:01
Gérer une société expose le dirigeant à la tentation de se servir de ses actifs dans un intérêt personnel. Pour prévenir et punir cette éventualité, le Code de commerce incrimine l’abus de biens sociaux, variante de l’abus de confiance propre aux sociétés à responsabilité limitée telles que la société anonyme, la société par actions simplifiées ou encore la SARL. Cette infraction a pour objet de protéger le patrimoine de la personne morale et par là même les intérêts des associés, particulièrement ceux qui ne participent pas à la gestion, et les intérêts des différentes parties prenantes, notamment des créanciers.
DOURNAUX Marianne - IAE Paris |
02:23
Peut-on être sanctionné pour avoir exercé un droit qui nous est reconnu ? La réponse, en droit, n’a jamais été douteuse : s’il est permis d’user de son droit, il ne l’est pas d’en abuser. L’abus de majorité est la transposition en droit des sociétés de la théorie civiliste de l’abus de droit.
DOURNAUX Marianne - IAE Paris |
03:03
Les banques coopératives partagent un principe simple : il s’agit d’associer des personnes physiques ou morales volontairement au sein d’une entreprise pour mobiliser collectivement l’épargne et accorder des prêts à ses clients qui en sont les propriétaires, appelés sociétaires. La naissance des banques coopératives est issue d’un mouvement coopératif européen. Si chaque banque coopérative a sa propre histoire, elles opèrent aujourd’hui au sein de groupes bancaires généralistes et internationaux qui représentent près de 63% des parts de marché en France. Les banques coopératives se distinguent des banques dites capitalistes par leur statut juridique, leur mode d’organisation et leur engagement envers la société.
PALLAS Valérie - IAE Gustave Eiffel |
03:05
L'investissement à impact ou Impact Investing est défini par le Global Impact Investing Network comme le fait d’investir avec l'intention de générer un impact social et environnemental positif et mesurable en même temps qu'un rendement financier. Le terme est employé dans ce sens pour la première fois en 2007 au sein de la fondation Rockfeller qui affiche l’ambition de changer les pratiques de l'investissement classique.
DUBOCAGE Emmanuelle - IAE Gustave Eiffel |
ROUSSELET Evelyne - IAE Gustave Eiffel |
03:54
Les institutions financières sociales ont pour objectif de financer des projets sociaux. Des exemples de telles institutions sont les fondations, les institutions de microfinance, les plateformes de financement participatif, les coopératives de crédit, ou encore les banques sociales ou éthiques. Leurs modes opératoires sont très variées : les fondations réalisent des dons, alors que les banques sociales octroient des crédits. Les institutions financières sociales prennent leurs décisions d’investissement et de financement en s’appuyant sur des critères sociaux, environnementaux et économiques.
COZARENCO Anastasia - MONTPELLIER Business School |
À l’heure des crises financières, de la crise des revenus agricoles, des burn out professionnels et de la délocalisation des emplois, les entreprises coopératives restent encore discrètes sur leur mode d’organisation.
CAPELLI Sonia - iaelyon School of Management |
GUILLOT-SOULEZ Chloé - iaelyon School of Management |
Peut-être avez-vous déjà entendu parler des trois piliers du développement durable qui intègrent: l’économique, le social et l’environnemental. Cette vision a été promue depuis les années 90 par le Conseil mondial des affaires pour le développement durable.
ETCHANCHU Helen - MONTPELLIER Business School |
Descriptif de la notion de RSE.
MARAIS Magalie - MONTPELLIER Business School |
Professeur de « Supply Chain Management » & « Sustainable Business Models » et co-directrice de la nouvelle Chaire Economie Circulaire à ESCP Europe, Valentina Carbone, a reçu avec ses coauteurs Aurélien Rouquet (Neoma Business School) et Christine Roussat (Université Clermont Auvergne et Cret-Log), le prix Consult’In France du meilleur article en Management dans la catégorie « Accélérer la transformation digitale des affaires et des organisations » lors de la Semaine du Management 2018
CARBONE Valentina - ESCP Business School |
Alors que la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) est reconnue comme revêtant diverses significations et pratiques nationales, la recherche n’a pas suffisamment étudié comment les multinationales parviennent simultanément à une RSE intégrée au niveau global et à son adaptation locale.
ACQUIER Aurélien - ESCP Business School |
CARBONE Valentina - ESCP Business School |