Vidéos et podcasts
en Gestion et Management

Recherche par mots-clés

Recherche par mots-clés

Établissements

Établissements

Auteurs

Auteurs

Thématique

Thématique

Formats

Formats

Types de média

Types de média

Trier par

Trier par
02:56
La solvabilité de l’entreprise est la capacité de celle-ci à faire face à ses engagements, ses obligations, c’est-à-dire payer ses salariés, ses fournisseurs, ses impôts, rembourser ses emprunts et assurer le service de la dette et plus généralement rembourser toutes ses dettes. On distingue deux types de solvabilité, la solvabilité à court terme, désignée sous le terme de liquidité, c’est-à-dire sa capacité à faire face à ses engagements au jour le jour et la solvabilité à long terme, c’est-à-dire sa capacité à faire face à ses engagements de façon structurelle. L’analyse financière propose de nombreux outils pour en faire le diagnostic, mettre en œuvre des décisions de remédiation et éviter la faillite.
CABY Jérôme - IAE Paris |
02:59
La rentabilité de l’entreprise est à la fois un concept, l’aptitude de l’entreprise à dégager des excédents qui procèdent de moyens matériels et financiers qui ont été investis dans l’entreprise et une mesure qui prend la forme de ratios qui permettent de la qualifier. Elle est indispensable à la pérennité de l’entreprise en assurant le maintien du capital de production, le remboursement des emprunts et une rémunération suffisante du capital investi par les actionnaires.
CABY Jérôme - IAE Paris |
02:58
La sémiotique et la sémiologie renvoient à l’étude des signes. Non seulement la production d’un signe mais aussi l’analyse de son sens, son système : sa relation dans différents contextes et aussi la façon dont on interprète ces signes. Chaque entreprise qui débute doit prêter attention à la sémiotique. Par exemple, le logotype, le logo qui va représenter la compagnie ou la marque peut être considéré comme un signe.
JAUFFRET Marie-Nathalie - OMNES Education |
02:19
La synesthésie désigne la faculté de percevoir un sens tout en captant un ou plusieurs autre sens en même temps et de les associer. De nombreuses recherches scientifiques travaillent sur des témoignages diférents tout autour du globe. Certains synesthètes entendent des couleurs, d’autres voient des lettres en relief se promener devant eux ou encore sentent des chiffres ou donne un goût à des sons ou même à des formes. Tout ceci, de manière tout à fait naturelle, involontaire, indépendante de consommation de produits…
JAUFFRET Marie-Nathalie - OMNES Education |
03:33
Le seuil de rentabilité est un concept essentiel en matière de gestion d’entreprise. Le seuil de rentabilité correspond au niveau d’activité qu’une entreprise doit atteindre pour ne plus perdre d’argent. Si l’activité est moindre, l’entreprise fait des pertes. Au-delà du seuil de rentabilité, l’entreprise dégage un bénéfice. Son calcul repose sur le comportement des charges. Il permet estimer à l’avance s’il sera facile pour l’entreprise de réaliser un bénéfice, en fonction de la capacité de production, des prévisions de vente etc. Il permet donc d’apprécier le risque.
TAHAR Caroline - iaelyon School of Management |
03:43
Lorsqu’un manager prend une décision, il cherche à évaluer l’impact financier de cette décision. Le coût pertinent à calculer ne comprendra que la variation des charges issue de ce choix. Les charges déjà engagées, qui existeront quelle que soit la décision prise, ne doivent pas être prises en compte. Ces charges correspondent à des sunk costs.
TAHAR Caroline - iaelyon School of Management |
03:38
Dans le secteur industriel, comme dans le monde des services, la capacité de production est un concept central. Elle correspond à la quantité maximale qui peut être produite par l’entité. Elle est liée aux moyens, ressources et actifs que cette dernière utilise pour produire. Différents indicateurs permettent de la gérer : mesure de la capacité, taux d’utilisation, rendement. Différents leviers peuvent être utilisés pour cela en agissant directement sur elle, ou sur la demande.
TAHAR Caroline - iaelyon School of Management |
03:20
La soft law, que l’on traduit par « droit souple », « droit mou », ou encore par « petites sources du droit », désigne l’ensemble des règles de droit non-officiellement contraignantes qui visent à recommander, à inciter, à encadrer, à définir ou encore à servir de modèle. Mais on comprend mieux ce qu’est la soft law par ce qui est censé être son opposé, la « hard law ». Celle-ci est constituée par les règles de droit « classiques », qui émanent d’une autorité normative (dotée d’un pouvoir législatif ou réglementaire) et qui sont obligatoires, caractère qui se traduit par l’existence d’une sanction.
DOURNAUX Marianne - IAE Paris |
03:03
L’OPA, offre publique d’acquisition, est l’opération par laquelle une personne, physique ou morale, propose publiquement aux actionnaires d’une société cotée en bourse d’acquérir leur titre à un prix déterminé. Ce prix doit évidemment être suffisamment attractif par rapport au cours actuel pour inciter à les actionnaires à apporter leurs titres à l’initiateur de l’offre.
DOURNAUX Marianne - IAE Paris |
03:08
Une entreprise doit communiquer sur sa marque, ses produits ou ses services. Dans ce sens, elle peut les promouvoir de différentes manières. Parmi toutes ses techniques plurielles et tant d’autres, pour construire l’image de la marque et augmenter sa valeur émotionnelle, il existe aussi le développement d’actions de communication, également nommée activation de marque. Il s’agit d’une technique qui consiste pour l’entreprise à créer des micros ou grands événements au sein desquels la cible va participer, pour mémoriser la marque et renforcer alors sa relation avec elle.
AUBRUN Frédéric - OMNES Education |
JAUFFRET Marie-Nathalie - OMNES Education |
02:09
Les compétences interculturelles font partie des soft skills recherchées par les entreprises. Selon Ang et Van Dyne, les compétences interculturelles sont ce qui vous permet de « fonctionner de manière efficace dans des situations de diversité culturelle ». En somme de vous y adapter et de savoir ajuster votre comportement à ce que vous comprenez de ces situations. On parle des compétences interculturelles au pluriel car elles comportent 4 dimensions : métacognitive, cognitive, motivationnelle et comportementale. Être capable de comprendre depuis quel univers culturel, l’autre me parle, comprendre quelles valeurs et quelles normes de comportements influencent ses pratiques est utile pour pour travailler dans des contextes multiculturels au sens large.
FAUST Catou - emlyon business school |
03:05
La gestion est une pratique instrumentée. Elle n’est donc pas seulement de l’ordre de la décision et de l’action. Elle ne peut exister sans la médiation d’une instrumentation de gestion. Cette notion regroupe l’ensemble des instruments (indicateurs, tableaux de bord, modèles formalisés, méthodes d’analyse, et autres outils) par lesquels les techniques de gestion sont mises en œuvre. Fondée sur des représentations collectives de l’action organisée, elle est dotée de propriétés structurantes, qui transforment l'information en données et contribuent à organiser les rapports de production.
GILBERT Patrick - IAE Paris |