Recherche par mots clés

Recherche par mots clés

Établissements

Établissements

Auteurs

Auteurs

Thématiques

Thématiques

Formats

Formats

Types de média

Types de média

Dico du management

Dico du management

Trier par

Trier par
Dans les années 1980, la CFDT et l’entreprise Axa ont décidé d’expérimenter le chèque syndical. Il s’agit d’un dispositif original permettant aux sections syndicales dans l’entreprise de faire face aux difficultés financières, d’élargir leurs bases syndicales et de générer de nouvelles ressources.
BOURGUIGNON Rémi - IAE Paris-Est |
La loi du 20 août 2008 réformant la représentativité des syndicats français impose une “transparence financière”. Cette recherche exploratoire aborde la question des effets organisationnels et politiques de cette nouvelle règlementation, ce qui conduit à revenir sur le traditionnel débat en matière de démocratie syndicale : comment les rationalités administratives et représentatives s’articulent-elles au sein des organisations syndicales ?
BOURGUIGNON Rémi - IAE Paris-Est |
Portrait du Professeur Gérard HIRIGOYEN par Jérôme CABY La vidéo présente le parcours du Professeur Gérard HIRIGOYEN, Professeur des Universités, ayant marqué sa discipline par ses recherches et ses enseignements. Jérôme CABY présente la carrière de ce grand Professeur, puis interview Gérard HIRIGOYEN sur son plus grand succès, son plus grand regret, ses conseils aux doctorants, aux enseignants-chercheurs, aux étudiants…
CABY Jérôme - IAE Paris-Sorbonne Business School |
HIRIGOYEN Gérard - IAE Bordeaux |
L’idée de la chaire Expérience Client repose sur un constat simple. Il n’existe pas d’entreprise qui ne délivre d’expérience à ses clients quel que soit son secteur d’activité. Mais pour autant toutes les entreprises ne mettent pas à profit la perspective expérientielle pour construire des avantages concurrentiels.
ROEDERER Claire - EM Strasbourg |
SCHMIDT Géraldine - IAE Paris-Sorbonne Business School |
02:00
Le « say on climate » est une résolution facultative et consultative proposée lors de l’assemblée générale annuelle des actionnaires soit par ceux-ci, soit par l’entreprise sur la politique de transition climatique conduite par celle-ci. Elle permet aux investisseurs et aux entreprises de traiter du sujet, mais présente des risques de « greenwashing ».
CABY Jérôme - IAE Paris-Sorbonne Business School |
02:41
L’évaluation d’entreprise a pour objet principal d’estimer la valeur de l’entreprise pour ses actionnaires. Elle est utilisée dans de nombreuses circonstances : fusions & acquisitions, introduction en bourse, investissement en bourse. Elle s’appuie sur deux grandes familles de méthodes : les multiples et les cash-flows actualisés. Les estimations fournies par les analystes sont des outils d’aide à la décision pour les acheteurs et les vendeurs d’actions et d’entreprises.
CABY Jérôme - IAE Paris-Sorbonne Business School |
04:18
Prix du Meilleur Ouvrage de Management 2022 - Catégorie Essai Ce livre propose une façon radicalement nouvelle d’aborder la gestion. Pour les auteurs, elle ne saurait être réduite à une ingénierie conjuguant bonnes pratiques et outils standards, rangés dans une superposition de fonctions cloisonnées. Au contraire, la gestion, inscrite dans les sciences humaines et sociales, a pour objet la régulation instrumentée d’activités collectives finalisées que nous qualifions de « nouvelle sociotechnique ». Cette régulation s’appuie sur des dispositifs de gestion, médiateurs essentiels entre les acteurs et leur environnement économique et social, pour satisfaire cet objet.
GILBERT Patrick - IAE Paris-Sorbonne Business School |
RAULET-CROSET Nathalie - IAE Paris-Sorbonne Business School |
02:56
La solvabilité de l’entreprise est la capacité de celle-ci à faire face à ses engagements, ses obligations, c’est-à-dire payer ses salariés, ses fournisseurs, ses impôts, rembourser ses emprunts et assurer le service de la dette et plus généralement rembourser toutes ses dettes. On distingue deux types de solvabilité, la solvabilité à court terme, désignée sous le terme de liquidité, c’est-à-dire sa capacité à faire face à ses engagements au jour le jour et la solvabilité à long terme, c’est-à-dire sa capacité à faire face à ses engagements de façon structurelle. L’analyse financière propose de nombreux outils pour en faire le diagnostic, mettre en œuvre des décisions de remédiation et éviter la faillite.
CABY Jérôme - IAE Paris-Sorbonne Business School |
02:59
La rentabilité de l’entreprise est à la fois un concept, l’aptitude de l’entreprise à dégager des excédents qui procèdent de moyens matériels et financiers qui ont été investis dans l’entreprise et une mesure qui prend la forme de ratios qui permettent de la qualifier. Elle est indispensable à la pérennité de l’entreprise en assurant le maintien du capital de production, le remboursement des emprunts et une rémunération suffisante du capital investi par les actionnaires.
CABY Jérôme - IAE Paris-Sorbonne Business School |
03:20
La soft law, que l’on traduit par « droit souple », « droit mou », ou encore par « petites sources du droit », désigne l’ensemble des règles de droit non-officiellement contraignantes qui visent à recommander, à inciter, à encadrer, à définir ou encore à servir de modèle. Mais on comprend mieux ce qu’est la soft law par ce qui est censé être son opposé, la « hard law ». Celle-ci est constituée par les règles de droit « classiques », qui émanent d’une autorité normative (dotée d’un pouvoir législatif ou réglementaire) et qui sont obligatoires, caractère qui se traduit par l’existence d’une sanction.
DOURNAUX Marianne - IAE Paris-Sorbonne Business School |
03:03
L’OPA, offre publique d’acquisition, est l’opération par laquelle une personne, physique ou morale, propose publiquement aux actionnaires d’une société cotée en bourse d’acquérir leur titre à un prix déterminé. Ce prix doit évidemment être suffisamment attractif par rapport au cours actuel pour inciter à les actionnaires à apporter leurs titres à l’initiateur de l’offre.
DOURNAUX Marianne - IAE Paris-Sorbonne Business School |
03:05
La gestion est une pratique instrumentée. Elle n’est donc pas seulement de l’ordre de la décision et de l’action. Elle ne peut exister sans la médiation d’une instrumentation de gestion. Cette notion regroupe l’ensemble des instruments (indicateurs, tableaux de bord, modèles formalisés, méthodes d’analyse, et autres outils) par lesquels les techniques de gestion sont mises en œuvre. Fondée sur des représentations collectives de l’action organisée, elle est dotée de propriétés structurantes, qui transforment l'information en données et contribuent à organiser les rapports de production.
GILBERT Patrick - IAE Paris-Sorbonne Business School |