Vidéos et podcasts
en Gestion et Management

Recherche par mots clés

Recherche par mots clés

Établissements

Établissements

Auteurs

Auteurs

Thématique

Thématique

Formats

Formats

Types de média

Types de média

Trier par

Trier par
39:45
"Notre rôle n’est pas de briller, il est d’éclairer" La vidéo présente le parcours de la Professeure Julienne BRABET, Professeur émérite, Université Paris Est Créteil, IAE Gustave Eiffel, IRG. Interview réalisée par Géraldine GALINDO.
BRABET Julienne - IAE Gustave Eiffel |
GALINDO Géraldine - ESCP Business School |
03:20
Cette étude apporte une réponse au problème des erreurs dans les variables (errors in variables ou EIV) dans l’estimation des modèles d’évaluation des actifs. Nous mettons en lumière l’importance de la méthode d’estimation dans les régressions en séries chronologiques des rentabilités des actions. Nous comparons la méthode largement utilisée des moindres carrées ordinaires à un estimateur alternatif basé sur un algorithme génétique compact (compact genetic algorithms ou CGA) dans le cas du modèle d’équilibre des actifs financiers ou MEDAF et des modèles de trois et cinq facteurs de Fama et French (1993 et 2015).
LAJILI JARJIR Souad - IAE Gustave Eiffel |
DIYARBAKIRLIOGLU Erkin - IAE Gustave Eiffel |
DESBAN Marc - IAE Gustave Eiffel |
03:03
Les banques coopératives partagent un principe simple : il s’agit d’associer des personnes physiques ou morales volontairement au sein d’une entreprise pour mobiliser collectivement l’épargne et accorder des prêts à ses clients qui en sont les propriétaires, appelés sociétaires. La naissance des banques coopératives est issue d’un mouvement coopératif européen. Si chaque banque coopérative a sa propre histoire, elles opèrent aujourd’hui au sein de groupes bancaires généralistes et internationaux qui représentent près de 63% des parts de marché en France. Les banques coopératives se distinguent des banques dites capitalistes par leur statut juridique, leur mode d’organisation et leur engagement envers la société.
PALLAS Valérie - IAE Gustave Eiffel |
03:02
Les cryptomonnaies atteignent des records en termes de prix et sont la source de nombreuses innovations. La première cryptomonnaie est Bitcoin (2008) dont l’objectif est la création d’un système de paiement international sans tiers de confiance grâce à la technologie de la blockchain. Aujourd’hui, 17 000 cryptomonnaies sont comptabilisées proposant soit des améliorations techniques soit des buts très spécifiques (altcoins, tokens, NFTs…). Aucun consensus n’a été trouvé quant à la définition des cryptomonnaies, elles sont définies à la fois comme étant des « monnaies », des « matières premières » ou encore comme des actifs similaires aux « actions ». Un consensus est clair sur leur pouvoir de diversification qui attirent de nombreux investisseurs.
ALFIERI Elise - IAE Gustave Eiffel |
02:43
La chaîne globale de valeur, cela veut dire « l’organisation transfrontalière des activités nécessaires pour produire des biens ou des services et les amener aux consommateurs par le biais d’intrants et de diverses phases de développement, de production et de livraison ». Si l’émergence des chaînes globale de valeur a dessiné de nouvelles opportunités économiques pour les pays en voie de développement, leur absence de régulation a également conduit à des violations des droits des travailleurs. Pour répondre aux enjeux de régulation des chaînes globales de valeur, une diversité d’instruments a été développée au cours des dernières décennies. Chacun de ces mécanismes est à lui seul trop faible pour assurer une protection suffisante des droits des travailleurs.
OKA Chikako - IAE Gustave Eiffel |
03:47
Cet article s’intéresse au rôle particulier joué par les infirmières en région éloignée : le "rôle élargi ». A géométrie et temporalité variable, il ne cesse d’être redéfini par les infirmières en fonction de leurs expériences en dispensaire. Pour comprendre ce caractère évolutif et dynamique, nous avons mené une recherche qualitative et ethnographique auprès des infirmières pratiquant dans les villages de la communauté inuite de l’arctique québécois. Au-delà d’une compréhension fine de ce rôle, nous montrons que ce système de soins, bien que perfectible, permet une prise en charge à la fois rapide, efficace et sécuritaire de la patientèle inuite. Ce système propose des pistes de réflexion pour nos systèmes de soins occidentaux aujourd’hui à bout de souffle.
FOURNIER Céleste - IAE Gustave Eiffel |
BLANCHET GARNEAU Amélie - FNEGE |
PEPIN Jacinthe - FNEGE |
02:37
Cette étude qualitative explore la fonction de la matérialité dans la transmission culinaire intergénérationnelle, en s’attachant aux objets utilisés dans la préparation et la consommation des repas. Des entretiens ont été réalisés avec 20 personnes de 3 générations différentes au sein de 4 familles. Les résultats mettent en évidence le rôle joué par les objets par rapport à six significations attribuées à la transmission des pratiques culinaires : l’établissement d’un lien affectif, la transmission d’un capital social, l’extension symbolique d’une identité (ou de celle de ses parents), la manifestation d’une créativité, l’expression d’un rôle maternel et la transmission d’une appartenance régionale. Les résultats révèlent aussi le rôle joué par les objets par rapport aux différentes modal
JOSION-PORTAIL Margaret - IAE Gustave Eiffel |
03:11
L'Investissement Socialement Responsable - dit ISR – est apparu aux Etats-Unis dans les années 1980 puis en Europe une dizaine d’années plus tard. Il correspond à l’application du principe du développement durable à l'investissement. Il s’agit, autrement dit, d’investir dans des entreprises qui intègrent les dimensions sociales et environnementales dans leur modèle de développement et, ce, quel que soit leur secteur d’activité.
DUBOCAGE Emmanuelle - IAE Gustave Eiffel |
ROUSSELET Evelyne - IAE Gustave Eiffel |
03:05
L'investissement à impact ou Impact Investing est défini par le Global Impact Investing Network comme le fait d’investir avec l'intention de générer un impact social et environnemental positif et mesurable en même temps qu'un rendement financier. Le terme est employé dans ce sens pour la première fois en 2007 au sein de la fondation Rockfeller qui affiche l’ambition de changer les pratiques de l'investissement classique.
DUBOCAGE Emmanuelle - IAE Gustave Eiffel |
ROUSSELET Evelyne - IAE Gustave Eiffel |
02:48
La notion de participation peut prendre différentes significations lorsqu’on l’emploie dans le monde du travail et de la gestion des ressources humaines. S’il n’est pas toujours évident de voir le lien entre les différentes dimensions de la participation, disons qu’elles ont en commun une vision partenariale des entreprises ou des organisations. La participation peut en effet être comprise comme participation financière mais la notion de participation renvoie aussi au fait de permettre aux salariés de prendre la parole pour participer aux décisions de l’entreprise.
BOURGUIGNON Rémi - IAE Gustave Eiffel |
03:21
Cet article aborde le rôle des "living labs" dans les écosystèmes d'innovation. Un living lab est une nouvelle forme de laboratoire développant des approches d’expérimentation participatives, centrées sur les utilisateurs, pour concevoir et évaluer des solutions innovantes à partir de données dites de « vie réelle ». S'appuyant sur une initiative française récente dans les domaines de la santé et de l'autonomie, l'article montre que les living labs peuvent contribuer à l’émergence de formes d’innovation plus ouvertes et inclusives, non seulement à l’échelle locale d’un projet donné, mais également à l’échelle plus globale d’un écosystème d’innovation régional voire national. La recherche s'inscrit dans le cadre du projet ANR DYNSANTE (ANR-20-CE26-0015).
BEJEAN Mathias - IAE Gustave Eiffel |
Cet article propose un aménagement de la Service Dominant Logic (SDL) dans le cas des relations de service avec les publics vulnérables sur la base d’une étude qualitative menée dans un service gériatrique. Cette étude révèle d’une part, des pratiques de soins régies par des représentations du patient âgé « déficient », et d’autre part, des pratiques de soins irriguées par des représentations du patient âgé « en capacité ».
AMINE Abdelmajid - IAE Gustave Eiffel |
BONNEMAIZON Audrey - Université Paris Est IUTSF Sénart |
JOSION-PORTAIL Margaret - IAE Gustave Eiffel |