Marketing, Vente et Communication
Marketing, Vente et Communication
Web Crash, le jour où le Web a fait faillite
Loading
/

4 écoutes

Partager

Web Crash, le jour où le Web a fait faillite

« Web Crash, le jour où le Web a fait faillite » analyse le modèle économique du Web, dépendant de la publicité, face aux défis imminents technologiques et éthiques nécessitant une réinvention. Le livre dépeint une dystopie où l’effondrement du Web provoque une anarchie sociale et une crise économique, avec une prise de pouvoir par des IA. Il critique les pratiques trompeuses du marketing numérique et l’opacité du traitement des données, soulignant les effets déstabilisateurs des modèles économiques dominés par les GAFAM sur l’économie et la société. L’ouvrage aborde l’impact des technologies persuasives sur le bien-être mental et plaide pour des législations strictes pour protéger les utilisateurs. Envisageant l’avenir, il explore les transformations potentielles du Web par les IA génératives, de l’automatisation complète à un Web favorisant les libertés individuelles.

Mots clés

Médias de la même institution

Le retail media est un levier clé du commerce qui représentera 25% de la publicité digitale d’ici 2026 selon le BCG. Il s’agit de stratégies publicitaires déployées par les marques sur les sites, applications mobiles et magasins des distributeurs pour toucher les consommateurs juste avant ou pendant leurs achats. Cela offre une visibilité accrue pour les marques et permet aux distributeurs de monétiser leurs données clients. Présent dans tous les secteurs de la distribution, le retail media est multi-canal, englobant des formats comme les bannières, publicités natives et vidéos. Les publicités peuvent être diffusées sur le site du retailer (on-site) pour inciter à l’achat ou sur des sites partenaires (off-site) pour le reciblage. Le marché, dominé par des acteurs comme Amazon et Alibaba, repose sur une collecte précise de données et des outils de ciblage sophistiqués.
MERCANTI-GUERIN Maria - IAE Paris-Sorbonne Business School |
La publicité programmatique optimise l’achat et la vente d’espaces publicitaires en ligne via des logiciels et des algorithmes. Au cœur de ce système se trouve l’enchère en temps réel (RTB), où les impressions publicitaires sont mises aux enchères en quelques millisecondes en fonction du profil de l’utilisateur sur des Ad Exchanges. Les annonceurs utilisent des plateformes côté demande (DSP) pour enchérir sur ces impressions, ciblant des audiences spécifiques, tandis que les éditeurs emploient des plateformes côté offre (SSP) pour maximiser leurs revenus publicitaires. Le processus implique des agences spécialisées ou des Trading Desks, et de plus en plus, les annonceurs préfèrent les accords privés pour de meilleurs tarifs et des environnements sécurisés. Les défis de la programmatique incluent la complexité, la qualité de l’inventaire, la fraude et les problèmes de respect de la vie privée.
MERCANTI-GUERIN Maria - IAE Paris-Sorbonne Business School |
Le marketing d’affiliation est un modèle où un annonceur récompense des partenaires pour chaque vente ou action réalisée grâce au trafic qu’ils génèrent. Les acteurs principaux incluent les annonceurs qui proposent des offres, les affiliés qui promeuvent ces offres sur leurs plateformes, et les plateformes d’affiliation qui coordonnent la relation et gèrent les paiements. Les affiliés utilisent des liens de suivi pour diriger le trafic vers les annonceurs, et les commissions sont calculées en fonction des ventes ou actions spécifiques. Ce modèle présente plusieurs modes de rémunération, tels que le coût par vente, par lead ou par clic. Cependant, le marketing d’affiliation fait face à des défis comme la fraude au clic, les conflits d’attribution et la saturation du marché, tout en offrant l’avantage de réduire les risques financiers pour les marques et d’offrir une monétisation pour les affiliés.
MERCANTI-GUERIN Maria - IAE Paris-Sorbonne Business School |
Parmi les tendances internationales qui façonnent nos modes de vie urbains, la notion de proximité polycentrique et de proximité heureuse s’est répandue à travers le globe, incarnée par la ville du quart d’heure et le territoire de la demi-heure. Ce mouvement est porté par une coalition comprenant des maires, des gouvernements locaux, des associations municipales et des institutions internationales. Il constitue une réponse systémique aux défis climatiques, économiques et sociaux auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui. Dans le contexte des récentes tensions géopolitiques, telles que celles en Ukraine et le Moyen Orient, ce concept offre une approche axée sur la relocalisation, le développement des économies locales, la création d’emplois et la consolidation des territoires grâce à des chaînes d’approvisionnement en circuits courts. Il favorise également les interactions sociales, une utilisation optimale de l’espace public et une meilleure intégration sociale et fonctionnelle. Nous sommes fiers d’être à l’origine de cette initiative et nous nous engageons à en faire une source d’inspiration pour les politiques publiques à l’échelle mondiale.
MORENO Carlos - IAE Paris-Sorbonne Business School |

Médias de la même thématique

Chaque année en France, le nombre de sites marchands augmente en moyenne de 5 à 10 %. Il est actuellement de 220000. Face à une telle croissance, comment réussir à se différencier durablement ?
LEMOINE Jean-François - ESSCA |
La notion de cadre est utilisée en sciences de gestion pour comprendre comment se forme le sens d’une situation. Les cadres de l’expériences forment à partir de normes, des règles, de cultures communes, la base à la construction du sens dans les situations. Les acteurs y font référence en jouant des rôles qui renforcent le sens qu’ils veulent donner à la situation. Lorsqu’un cadre n’est plus adapté pour faire sens de la situation les acteurs en choisissent un nouveau dont ils confèrent de la crédibilité en modifiant les rôles qu’ils y jouent.
SZPIRGLAS Mathias - IAE Paris-Est |
Le 28 mars 1979, l’accident nucléaire de Three Mile Island en Pennsylvanie a marqué un tournant dans la gestion des risques majeurs. En 1984, le sociologue Charles Perrow en a tiré une analyse montrant que les organisations complexes et fortement couplées seraient inévitablement sujettes à des « Accidents Normaux » majeurs. Cependant, des chercheurs de l’université de Berkeley ont montré que ces mêmes organisations présentaient aussi un taux extrêmement faible d’accidents ou d’incidents. Ils les appellent « Organisations à Haute Fiabilité ».
SZPIRGLAS Mathias - IAE Paris-Est |
Les 4 activités du management peuvent être résumées selon l’acronyme PODC (Planifier, Organiser, Diriger, Contrôler) établi par Henri Fayol en 1916. Planifier implique de définir des objectifs et de tracer un chemin cohérent pour les atteindre. Organiser concerne la coordination de l’action collective et la mobilisation des ressources. Diriger consiste à donner une direction et à réorienter l’action en cas d’imprévu. Contrôler vérifie la réalisation des plans et favorise l’apprentissage pour progresser. Ces activités, interagissent souvent simultanément dans la pratique du management.

Découvrez nos podcasts