Développement Durable et RSE
Développement Durable et RSE
Explorer les rapports homme-nature pour en comprendre l’influence sur les pratiques de consommation face aux enjeux de durabilité
Loading
/

2 écoutes

Partager

Explorer les rapports homme-nature pour en comprendre l’influence sur les pratiques de consommation face aux enjeux de durabilité

Pitch pour le Prix FNEGE de la Meilleure Thèse en Management 2024 (thèse en 180 secondes) – Prix de thèse AFM

Cette recherche examine l’influence des rapports à la nature sur les pratiques de consommation. S’appuyant sur la remise en question de la distinction entre nature et culture opérée par Descola (2005), cette étude met à l’épreuve l’hypothèse d’une coexistence des rapports à la nature. À partir du prisme anthropologique de l’ontologie, l’approche analyse la manière dont les individus se relient à la nature et dont différentes perceptions de continuités/discontinuités avec des non-humains influencent leurs pratiques de consommation. Sur la base d’une étude qualitative, cette recherche révèle la coexistence de rapports ontologiques hybrides qui imprègnent les conceptions du monde et les pratiques, et motivent des changements de consommation et de mode de vie. Les résultats offrent une meilleure qualification de certaines pratiques de consommation et un éclairage nouveau sur le « consommateur responsable ». Ils proposent une compréhension inédite de la réception de certains biens, services et circuits d’achat. Les potentialités ouvertes au plan sociétal sont aussi discutées, notamment pour la valorisation des comportements durables.

Mots clés

Auteur.e(s)

Institution(s)

Médias de la même institution

L'homme le plus riche d'Allemagne, Klaus-Michael Kühne, propriétaire de l'entreprise de logistique Kühne + Nagel, 80000 employés, a aussi sa "grande école" : c'est la KLU (Kühne Logistics University), une université privée reconnue par l'État basée à Hambourg, qui est depuis l'année dernière dirigée par Andreas Kaplan. Ancien cadre de l'ESCP, Andreas Kaplan est l'avant-dernier invité du podcast "Le Grand Oral AEF info x Fnege" cette saison : il nous parle du paysage allemand des business schools, de KLU, mais aussi de son dernier livre, un "guide de survie à l'usage des business schools". 
KAPLAN Andreas - FNEGE |
CABY Jérôme - IAE Paris-Sorbonne Business School |
PIOVEZAN Sarah - FNEGE |
Pitch pour le Prix FNEGE de la Meilleure Thèse en Management 2024 (thèse en 180 secondes) – Prix de thèse de l’ARIMHE Présentation par Christian Makaya de sa thèse soutenue à l’université de Paris-Nanterre sous la direction du Professeur Céline Barrédy. Titre de la thèse : Incidence de la posture interactionnelle de l’enseignant en entrepreneuriat sur la soutenabilité de la génération de connaissances : une approche écosystémique.
MAKAYA Christian - FNEGE |
Pitch pour le Prix FNEGE de la Meilleure Thèse en Management 2024 (thèse en 180 secondes) – Prix de thèse AIRMAP Les collectivités territoriales françaises sont gérées par les Directeurs Généraux des Services (DGS). Ces DGS, nommés par les maires, coordonnent les services sans garantie d’emploi et font face à de nombreuses contraintes. Ma thèse explore ce qui motive ces managers, en s’appuyant sur le concept de « Motivation de Service Public » (MSP). Une enquête quantitative menée auprès de 308 DGS et une enquête qualitative sur la base de 23 entretiens ont permis de souligner l’importance du parcours scolaire et universitaire dans le développement des valeurs publiques. Les managers décident de rejoindre le service public pour participer au processus de décision. Plus un DGS est motivé, plus il améliore l’esprit d’équipe ce qui contribue au bon fonctionnement du service public. Pour attirer et retenir ces talents, il faut cultiver l’éthique du service public, au-delà des simples incitations financières.
COLIN Pauline - FNEGE |
Pitch pour le Prix FNEGE de la Meilleure Thèse en Management 2024 (thèse en 180 secondes) – Prix de thèse RIODD Cette thèse porte sur les difficultés de certains ménages à accéder à l’énergie. La précarité énergétique est définie en France depuis loi Grenelle II de 2010 mais s’enracine dans un ensemble institutionnel plus ancien qui se structure dans les années 1970-1980 et qui est l’un des symptômes du passage du capitalisme fordiste au capitalisme néolibéral. La précarité énergétique est-elle une catégorie particulière d’action sociale ou une nouvelle catégorie au croisement des questions sociale et écologique ? À partir d’une méthode mixte de recherche articulant analyse statistique et analyse d’entretiens semi-directifs, cette thèse interroge les processus par lesquels les difficultés d’accès à l’énergie des ménages sont qualifiées sur les plans social et écologique et engendrent, en même temps, une variété de formes de prise en charge.
SEBERT Adèle - FNEGE |

Médias de la même thématique

Malgré les performances avérées des méthodes modernes d’intelligence artificielles, peu de travaux s’intéressent aux impacts environnementaux liés à la quantité de ressources nécessaires à l’entrainement et à l’usage de ces modèles. Ceci est très alarmant, lorsqu’on sait que le réchauffement climatique est une menace majeure qui met en péril notre planète et nos sociétés. Ainsi, nous abordons globalement dans ce travail la question de la mesure de l’empreinte carbone des modèles d’intelligence artificielle. Plus précisément nous considérons le cas des modèles visant à réduire les émissions de CO2. Pour de tels modèles, nous proposons de mesurer leurs impacts négatifs (quantité CO2 émise par l’entrainement et l’usage des modèles), et leurs impacts positifs (quantité de CO2 non émise du fait de l’usage des modèles). Les évaluations réalisées démontrent que l’empreinte carbone générée par l’entrainement et l’usage des modèles d’intelligence artificielle est globalement non-négligeable. Ainsi, les nouvelles métriques que nous proposons peuvent permettre d’évaluer et de comparer l’impact environnemental de ces modèles, au-delà des métriques usuelles d’évaluation des performances prédictives.
TCHUENTE Dieudonné - TBS Education |
Pitch pour le Prix FNEGE de la Meilleure Thèse en Management 2024 (thèse en 180 secondes) – Prix de thèse RIODD Cette thèse porte sur les difficultés de certains ménages à accéder à l’énergie. La précarité énergétique est définie en France depuis loi Grenelle II de 2010 mais s’enracine dans un ensemble institutionnel plus ancien qui se structure dans les années 1970-1980 et qui est l’un des symptômes du passage du capitalisme fordiste au capitalisme néolibéral. La précarité énergétique est-elle une catégorie particulière d’action sociale ou une nouvelle catégorie au croisement des questions sociale et écologique ? À partir d’une méthode mixte de recherche articulant analyse statistique et analyse d’entretiens semi-directifs, cette thèse interroge les processus par lesquels les difficultés d’accès à l’énergie des ménages sont qualifiées sur les plans social et écologique et engendrent, en même temps, une variété de formes de prise en charge.
SEBERT Adèle - FNEGE |
Pitch pour le Prix FNEGE de la Meilleure Thèse en Management 2024 (thèse en 180 secondes) – Prix de thèse AFC Dans le cadre de sa déclaration de performance extra-financière, la multinationale étudiée dans le cadre de cette thèse va aligner reporting et contrôle en mobilisant les mêmes indicateurs pour tenter de rendre compte de l’efficacité de ses politiques à travers le reporting extra-financier tout en orientant les comportements au sein de l’organisation au moyen des instruments du contrôle organisationnel. Or, en tant que signe, l’indicateur extra-financier est une représentation de quelque chose sous un certain rapport. En s’appuyant sur cette approche triadique de la représentation, cette thèse présente comment les indicateurs extra-financiers, capturés par des acteurs éloignés des opérations, tendent à devenir des symboles, perdant leur capacité à faire référence à des contextes particuliers. Nos résultats attirent l’attention sur les limites de la quête d’une convergence des représentations et des buts lorsqu’elle se traduit par leur normalisation. Cette thèse montre que l’alignement conduit à invisibiliser les éventuelles tensions et paradoxes entre reddition de comptes et contrôle.
BOUCAUD Lucas - FNEGE |
Les ODD forment la clé de voûte de l’Agenda 2030 adopté par les Nations Unies en 2015 pour un développement plus durable de notre société. Aujourd’hui, si des progrès ont été réalisés dans de nombreux domaines, la rapidité et l’ampleur des mesures prises pour atteindre les ODD demeurent, dans l’ensemble, insuffisants. Selon la CNUCED (Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement), les besoins d’investissement sont estimés entre 5 000 et 7 000 milliards de dollars US par an, et seuls 15% des ODD sont aujourd’hui en bonne voie. L’Organisation de Coopération et de développement économiques (OCDE) estime par ailleurs qu’un déficit annuel de financement de 3 700 milliards de dollars US existe pour atteindre les ODD d’ici 2030. La pandémie de la COVID-19 ayant créé des besoins de capitaux supplémentaires et la réduction des possibilités de financement existantes. De plus, le contexte géopolitique, particulièrement la guerre en Ukraine a considérablement bouleverser la donne. Ces défis de financement se révèlent alors même qu’il reste à peine moins de six ans avant l’échéance de 2030. Aussi, étant donné l’importance des investissements nécessaires, même si les financements provenant de toutes les sources publiques sont maximisés, ces derniers ne peuvent à eux seuls suffire. Le secteur privé devrait donc jouer un rôle sans précédent dans le financement des ODD.
MOUSSAVOU Jean - Excelia Business School |

Découvrez nos podcasts