Développement Durable et RSE
Développement Durable et RSE
Comment le pouvoir est-il justifié et soutenu dans les relations entreprises-société modernes ?
/

4 écoutes

Comment le pouvoir est-il justifié et soutenu dans les relations entreprises-société modernes ?

La complexité des grands défis mondiaux, tels que les objectifs de développement durable des Nations Unies, exige la coopération d’acteurs multinationaux : ONG, multinationales, États, l’ONU, la Banque mondiale et autres institutions transnationales. Ces derniers rassemblent les parties prenantes concernées, et de plus en plus d’acteurs privés possédant une expertise sur le sujet en question, pour ensuite proposer des solutions efficaces, principalement sous la forme de normes et de codes de conduite. A travers une perspective parentale, cette recherche théorise différentes stratégies que les entreprises utilisent dans le contexte de la gouvernance privée pour légitimer leur pouvoir sur leurs parties-prenantes.

Mots clés

Médias de la même institution

La Chaire en Digital Business utilise des méthodologies de pointe pour étudier les implications et conséquences des technologies émergentes telles que la robotique, l’intelligence artificielle, les plateformes d’innovation participative et d’autres technologies digitales, sur le futur du lieu de travail. Les activités de recherche de la chaire sont conduites par des experts dans leurs domaines, en coopération avec des chefs d’entreprises et de fait, sont pertinentes, tant sur le plan de la prati
BENBYA Hind - MONTPELLIER Business School |
Prix Syntec Conseil 2019 du Meilleur Article de Recherche en Management Dans les grandes entreprises internationales, les business units sont souvent amenées à coopérer entre elles tout en développant en même temps des produits qui seront en concurrence. Cette situation, que l’on appelle de la coopétition interne, génère différentes tensions pour les business units. En étudiant le cas d’Ubisoft, nous montrons que les entreprises peuvent faire appel à des « knowledge brokers », c’est-à-dire une s
CHIAMBARETTO Paul - MONTPELLIER Business School |
MASSE David - SKEMA Business School |
MIRC Nicola - Toulouse School of Management |
L’importance de la culture organisationnelle pour l’orientation entrepreneuriale (EO) et la performance d’une PME a été largement étudiée dans la littérature, mais peu d’attention a été accordée à la compréhension des mécanismes sous-jacents à ces relations. Dans la présente étude, nous avons mobilisé le Cadre des Valeurs en Concurrence (Competing Values Framework – CVF) pour examiner les relations entre les dimensions clés de la culture organisationnelle (c.-à-d. Adhocratie, clan, hiérarchie et
KHEDHAOURIA Anis - MONTPELLIER Business School |

Médias de la même thématique

La valeur n’existe pas en tant que telle, mais s’exprime dans une relation entre deux personnes, deux entités, deux acteurs au moins. Historiquement, la valeur dans l’entreprise est appréhendée par le prisme comptable ou économique. Depuis les années 2000, les parties prenantes aux entreprises ne se contentent plus de la valeur au singulier. Ces parties prenantes ont DES Valeurs, parfois contradictoires, qu’il s’agit d’expliciter.
VINOT Didier - iaelyon School of Management |
Comment font-elles face aux impératifs de croissance sans répercuter cette pression sur leurs employés ?
DENIS Lucie - iaelyon School of Management |
La stratégie militaire est née à la même époque en Chine et en Grèce, il y a près de 2500 ans. Ce n’est que très récemment (début du XXème siècle) que la stratégie a été appliquée aux domaines du management et de l’entreprise, pour devenir progressivement le « management stratégique ».
GOY Hervé - iaelyon School of Management |
Deux grandes approches de la décision peuvent être trouvées. D’une part, l’approche optimisatrice vise à trouver, grâce à des algorithmes, la meilleure des solutions dans l’ensemble du champ des possibles. Dans cette approche, la décision est donc le meilleur choix dans l’absolu. Le décideur ne joue pas de rôle. D’autre part, l’approche cognitive initiée par H. Simon stipule qu’en raison de limites exogènes et endogène, la rationalité est limitée.
LEBRATY Jean-Fabrice - iaelyon School of Management |

S'abonner aux vidéos