Marketing, Vente et Communication
Marketing, Vente et Communication
Apprendre à utiliser un nouveau produit : comment faire et quel rôle pour le marketing ?
Loading
/

17 écoutes

Partager

Apprendre à utiliser un nouveau produit : comment faire et quel rôle pour le marketing ?

Prix Académique de la Recherche en Management – Prix Syntec Conseil 2022
Un certain nombre de recherches en marketing s’intéressent aux coûts d’apprentissage de l’utilisation des produits qui sont liés à l’acquisition de connaissances déclaratives et procédurales dans ce contexte. En revanche, peu d’attention est accordée au processus d’apprentissage lui-même et à la manière dont les clients apprennent concrètement à utiliser les nouveaux produits. Cette recherche explore la dynamique de l’expérience d’apprentissage du client et son hétérogénéité, dans le cas de la première utilisation d’un produit, en s’appuyant sur le cercle d’apprentissage expérientiel de Kolb (1984).

Mots clés

Auteur.e(s)

Institution(s)

Médias de la même institution

Emmanuel Métais, directeur général de l’Edhec, est l’invité du 19e épisode du podcast "Le Grand Oral AEF info x Fnege", pour parler de la stratégie "en ligne" de la grande école, et désormais aussi dans l’IA. "On ne voulait pas se soumettre à un quelconque 'Spotify de l’éducation supérieure'", dit le DG pour expliquer le lancement, il y a 7 ans, de sa plateforme "Edhec Online", pour "attirer des gens qui ont de bonnes raisons de pas pouvoir venir sur le campus", ainsi que son adhésion à l’alliance Fome, pour mutualiser ses efforts digitaux avec une quinzaine de grandes universités étrangères.
METAIS Emmanuel - FNEGE |
CABY Jérôme - IAE Paris-Sorbonne |
PIOVEZAN Sarah - FNEGE |
Alice Guilhon, invitée du 18e épisode du podcast "Le Grand Oral AEF info x Fnege", s'est forgé une place centrale dans le milieu des business schools, aux confluents de tous les réseaux de décision. Au moment où les acteurs du privé lucratif se renforcent, riches des fonds auxquels ils sont parfois adossés, et à l'heure où le MESR réfléchit à la régulation de ce "marché", comment la DG de Skema voit-elle évoluer le modèle économique de son école associative? Longtemps opposée au privé lucratif, Alice Guilhon n’exclut plus, dit-elle, d’y avoir recours un jour pour financer sa croissance.
GUILHON Alice - SKEMA Business School |
RAMANANTSOA Bernard - FNEGE |
Deuxième plus gros IAE de France derrière celui de Lyon, avec 4 400 étudiants depuis qu’il a fusionné avec deux autres entités universitaires en 2019, l’IAE de Lille est dirigé par Pascal Grandin, invité de ce 17e épisode du "Grand Oral AEF info x Fnege", le podcast d’entretiens avec les dirigeants de l’enseignement supérieur de gestion. Comment gère-t-on un surplus de moyens, issus de ressources propres, dans une université en déficit ? Comment tenir son rang face aux nombreuses grandes écoles de commerce lilloises ? Et quels sont les défis qui se posent à l’IAE de Lille dorénavant ?
GRANDIN Pascal - IAE Lille |
CABY Jérôme - IAE Paris-Sorbonne |
PIOVEZAN Sarah - FNEGE |
Caroline Roussel dirige l’Iéseg, école de commerce postbac de la Catho de Lille, depuis 2022, mais y a déjà effectué 20 ans de carrière. Invitée du 16e épisode du "Grand Oral AEF info x Fnege", elle revient sur les signes distinctifs de cette école très internationalisée, où tous les cursus sont proposés en anglais et où le staff compte 70 nationalités. Elle est interrogée sur l'avenir du format postbac en 5 ans à l'heure de la mode des bachelors, sur la typologie du recrutement étudiant de l'école, et sur le défi de l'ouverture sociale quand les coûts de scolarité atteignent 64500 euros sur l'ensemble du parcours "grande école". "On est face à des injonctions contradictoires et paradoxales de l’État", considère-t-elle à propos des attentes des pouvoirs publics et de leur faible soutien financier. 
ROUSSEL Caroline - FNEGE |
PIOVEZAN Sarah - FNEGE |
CABY Jérôme - IAE Paris-Sorbonne |

Médias de la même thématique

La notion de notoriété de marque indique si les consommateurs ont entendu parler de votre marque et s’ils sont capables de la reconnaître. Il existe 2 types de mesure de la notoriété : notoriété spontanée et notoriété assistée que l’on peut organiser en « échelle de la notoriété » La notoriété spontanée se compose de 2 parties : le « Top of mind » qui est la notoriété spontanée de premier rang, la marque ou le produit que le consommateur citera en premier. Le questionnaire de notoriété permet de mesurer le nombre de fois où la marque sera citée spontanément et à quelle place elle se trouve par rapport aux concurrents.
BOUCHER Ronald - ISTEC Business School |
La notion de notoriété de marque indique si les consommateurs ont entendu parler de votre marque et s’ils sont capables de la reconnaître. Il existe 2 types de mesure de la notoriété : notoriété spontanée et notoriété assistée. Lorsqu’une personne interrogée ne cite pas spontanément une marque, l’enquêteur proposera alors au consommateur une liste dans laquelle se trouvera la marque qui souhaite mesurer sa notoriété. Si la marque est reconnue, elle sera considérée comme reconnue en notoriété assistée. La question pour mesurer la notoriété assistée peut-être : Dans cette liste de marques lesquelles connaissez-vous ?
BOUCHER Ronald - ISTEC Business School |
The Triple Bottom Line (TBL) concept emphasizes that business success should not be measured solely by financial performance. It includes social and environmental impacts alongside profit. Additionally, dynamic capabilities help firms adapt to rapid environmental changes and enhance sustainability performance. Previous studies have shown that TBL initiatives can also improve sustainability performance. However, no research has investigated how dynamic abilities and TBL initiatives jointly impact B2B firms’ sustainability performance in the post-COVID-19 period. This study aims to examine the implications of dynamic capabilities on TBL performance, particularly from a B2B marketing perspective. By developing and validating a conceptual research model, it contributes to the literature related to dynamic capability view, TBL, and sustainability.
CHAUDHURI Ranjan - EMLV |
Based on institutional theory and the dynamic capability view, this study delves into the relationship between a firm’s climate change adaptation (CCA) capability and its performance, with a focus on the mediating influence of business-to-business (B2B) marketing capability. The study poses two main research questions: RQ1: What role do institutional pressures play in fostering CCA capability among B2B firms in both developed and developing countries? RQ2: How does the CCA capability of B2B firms impact their performance? To validate the theoretical model developed, data is collected through surveys conducted in a developed country (Australia) and a developing country (South Africa). The study holds significance on two fronts: (a) being among the first to examine the influence of institutional pressures on CCA capability development, and (b) uncovering the mediating role of marketing capability in enhancing B2B firm performance through CCA capability. The study’s novel contribution lies in identifying pivotal elements for driving exceptional B2B firm performance amidst climate change, while employing institutional theory and the dynamic capability view to elucidate underlying mechanisms.
BAG Surajit - EMLV |

Découvrez nos podcasts