Le modèle (non) linéaire de l’innovation : Richard Nelson et l’économie de l’invention

Le modèle (non) linéaire de l’innovation : Richard Nelson et l’économie de l’invention

Le modèle linéaire de l’innovation, qui fait l’hypothèse d’une relation unidirectionnelle allant de la science vers la technologie, est un cadre conceptuel très critiqué. Par contraste avec la thèse dominante en histoire de la pensée économique, nous montrons que les économistes de la science dans les années cinquante et soixante n’ont pas développé le modèle linéaire de l’innovation. Pour ce faire, nous nous concentrons principalement sur les contributions de Richard Nelson à l’économie de la science et de l’ « invention ». Nous soulignons que Nelson a développé une représentation interactionniste des liens entre la science et technologie fondée sur une approche économique évolutionniste. Ces éléments permettent enfin d’expliquer les critiques que porte Nelson aux brevets.

The linear model of innovation, which assumes a unidirectional relationship from science to technology, is a much criticized conceptual framework. Against the received view in the history of economics, the aim of this research is to show that economists of science in the fifties and sixties did not develop the linear model of innovation. To do so, we mainly focus on Richard Nelson’s contributions to the economics of science and « invention ». We show that Nelson developed an interactionist model of the links between science and technology based on an evolutionary approach to economics. Those elements enable to explain Nelson’s criticisms of patents.

En savoir plus

https://www.essca.fr/

À propos de l'auteur

Nom(s) BALLANDONNE Matthieu;
Institution(s) ESSCA School of Management;
Fonction(s) Professeur Assistant
Tags
  • innovation
  • Economie+des+sciences
  • Economie+évolutionniste
  • Histoire+de+la+pensée+économique
  • Modèle+linéaire+de+l’innovation
  • Richard+Nelson.

Plus d'infos
L'économie de l'innovation présente habituellement un modèle linéaire : un entrepreneur rencontre un problème et créé une solution qu'il développe pour y répondre. Richard Nelson, par ses recherches, a montré que l'innovation était en fait intéractive : c'est de la rencontre entre différents talents, et suite à plusieurs itérations, que la solution va surgir sous sa meilleure forme. L'innovation est alors un processus continu et sans fin, car des améliorations sont toujours possibles. La question de l'économie de l'innovation est aussi posée dans la thèse de Marine Hadengue, sur l'innovation de rupture.